Olivier Père

Le Lauréat de Mike Nichols

ARTE a décidé de bouleverser ses programmes pour rendre hommage au cinéaste américain Mike Nichols, décédé le 19 novembre dernier à l’âge de 83 ans, en diffusant son film le plus célèbre, Le Lauréat (The Graduate, 1967) dimanche 30 novembre à 20h45 : son plus célèbre mais aussi son plus aimé du public et l’un de ses plus réussis. Et aussi son plus grand succès international. A l’inverse de plusieurs cinéastes américains (Jerry Lewis, Woody Allen, Brian De Palma, John Carpenter) l’étoile de Mike Nichols a toujours davantage brillé dans son pays d’origine qu’en France. Considéré comme un auteur aux Etats-Unis, à peine comme un faiseur dans le reste du monde, Mike Nichols a toujours été snobé par nos critiques et n’a rencontré que par intermittences des faveurs du public. On lui accorde tout au plus d’être un excellent directeur d’acteurs et d’actrices. Certes inégale, la carrière de Nichols s’est bien terminée dans les années 2000 avec deux films réussis Closer : entre adultes consentants et La Guerre selon Charlie Wilson. Il a réalisé en 1973 un étrange film d’espionnage devenu rare vanté par certains cinéphiles qu’on aimerait bien voir, Le Jour du dauphin avec George C. Scott et une musique de Georges Delerue.

Dustin Hoffman et Anne Bancroft dans Le Lauréat

Dustin Hoffman et Anne Bancroft dans Le Lauréat

Mais Le Lauréat est sans conteste son « hit », immédiatement séduisant – et dont la séduction perdure encore aujourd’hui – et synchrone avec les préoccupations et l’état d’esprit de la jeunesse américaine des années 60. Un film mode, mais dont le style, loin de s’être démodé, est encore un modèle d’élégance et inspire Quentin Tarantino – le générique de Jackie Brown est calqué sur celui du Lauréat – Sofia Coppola, Wes Anderson et bien d’autres. Situé dans le milieu de la bourgeoisie californienne, ses villas de luxe avec piscine, son alcoolisme mondain, ses conventions sociales étouffantes et son ennui ensoleillé, Le Lauréat décrit la crise existentielle de Benjamin qui vient de finir ses études et rechigne à suivre le parcours tout tracé que lui prédisent ses parents : gagner beaucoup d’argent et se marier avec la jolie fille idéale. Un incident imprévu va venir dérégler l’ordre établi. Benjamin devient malgré lui l’amant d’une femme mariée, Mrs. Robinson, amie de ses parents, et mère d’une jeune fille de son âge. Le Lauréat est le film qui propulsa Dustin Hoffman – 30 ans au moment du tournage, soit dix de plus que son personnage et seulement six de moins que Anne Bancroft qui interprète Mrs Robinson ! – dans un rôle initialement pensé pour Robert Redford. Son physique de corniaud tranche avec son entourage caricatural de Californiens jeunes blonds et bronzés, et les réticences inaugurales de Mike Nichols se transformeront en atout pour le film, portrait d’un vilain petit canard semant le chaos dans une société WASP policée et rigide.

Dustin Hoffman dans Le Lauréat

Dustin Hoffman dans Le Lauréat

Historiquement, Le Lauréat est le premier titre marquant du Nouvel Hollywood, un an avant Bonnie et Clyde de Arthur Penn, les deux films subvertissant de l’intérieur les genres et la morale hollywoodiennes et se livrant à quelques audaces stylistiques. Les chansons de Simon et Garfunkel qui rythment Le Lauréat en font un objet pop et mélancolique, sublimé par la photographie couleur de Robert Surtees et la direction artistique de Richard Sylbert. Le Lauréat fait partie de ces films qu’on peut revoir sans se lasser et auxquels il est difficile de résister : Anne Bancroft y est toujours aussi sexy et Dustin Hoffman aussi nigaud, sa scène de cavale finale et le changement soudain dans l’expression du visage de Benjamin ouvrent des horizons inquiets, des fuites en forme de béances et de fissures névrotiques dans lesquels s’engouffreront Dennis Hooper, Monte Hellman, Martin Scorsese et Michael Cimino, entre autres.

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *