Olivier Père

The Go-Go Boys : rencontre avec Hilla Medalia, Menahem Golan et Yoram Globus

Voici une rencontre filmée avec Hilla Medalia, Menahem Golan et Yoram Globus pour The Go-Go Boys (The Go-Go Boys : The Inside Story of Cannon Films) de Hilla Medalia, documentaire franco-israélien présenté dans le cadre de Cannes Classics lors du dernier Festival de Cannes, et qui sort sur les écrans français le 22 octobre, distribué par Paradis Films. Ce long métrage a reçu le soutien de ARTE COFINOVA. Les deux cousins étaient particulièrement heureux d’accompagner le documentaire que Hilla Medalia leur avait consacré et de revenir à Cannes où ils avaient présenté tant de films. Ce sera hélas le dernier festival de Menahem Golan, déjà très malade en mai mais qui avait insisté pour faire le voyage sur la Croisette. Le producteur et réalisateur israélien est décédé le 8 août 2014 à l’âge de 85 ans à Tel Aviv, après une vie bien remplie et entièrement dédiée au cinéma. Nous lui avions décerné un prix pour l’ensemble de sa carrière au Festival del film Locarno en 2010.

 

Version longue de l’interview :

 

Yoram Globus et Menahem Golan dans les années 80 au Festival de Cannes, surnommé à cette époque le "Cannon Film Festival"

Yoram Globus et Menahem Golan dans les années 80 au Festival de Cannes, surnommé à cette époque le « Cannon Film Festival »

Le documentaire de Hilla Medalia retrace la carrière des fantasques producteurs Yoram Globus (le gestionnaire) et Menahem Golan (l’homme de cinéma, mi visionnaire mi bateleur de foires), cousins israéliens partis à la conquête du cinéma international puis de Hollywood, en rachetant la compagnie Cannon sous la bannière de laquelle ils produisirent plus de 300 films, d’abord des séries B d’action puis des films plus ambitieux signés par les grands auteurs de l’époque, de John Cassavetes à Andrei Konchalovsky, et même Jean-Luc Godard, sans jamais renier leur goût du divertissement et du cinéma populaire.

Car la Cannon reste pour de nombreux cinéphages et nostalgiques des multiplexes des années 80 la firme qui produisit les derniers « vigilante movies » de Charles Bronson, lança la carrière cinématographique du « kickboxer » belge Jean-Claude Van Damme, propulsa Chuck Norris vers les sommets du box-office avec les films d’action patriotiques Delta Force, Portés disparus et Invasion USA, lança la mode du film de ninjas hors du Japon, offrit des contrats de plusieurs films à de nombreux cinéastes parmi lesquels John Frankenheimer, Tobe Hooper, Jack Lee Thompson, échoua à produire une adaptation de Spiderman bien avant Sam Raimi, distribua aux Etats-Unis des centaines de films du monde entier, connut de sévères revers de fortune avec le mélo sportif Over the Top avec Stallone, Les Maîtres de l’univers avec Dolph Lundgren et surtout une calamiteuse quatrième partie des aventures de Superman, qui coula le studio indépendant à la fin d’une décennie flamboyante et extravagante.

L’odyssée rocambolesque de ces deux passionnés de cinéma les mènera du cinéma d’exploitation aux marches du Festival de Cannes avec de nombreux films en compétition officielle, jusqu’à la faillite de la Cannon et la séparation des deux cousins. Décriées en leur temps les productions Cannon sont désormais entrées au panthéon de la culture pop des années 80.

Le documentaire, très exhaustif et bénéficiant de longs entretiens avec les deux principaux intéressés, plus des images d’archives à foison, revient sur les débuts des deux cousins et leurs premiers succès en Israël – la série Lemon popsicle, sorte de réponse kascher à American Graffiti et Porky’s – sans rien occulter de la déchéance pathétique de la Cannon, avec les bides terribles, la mauvaise gestion de la compagnie et la rupture des deux cousins, Yoram participant à l’aventure trouble du rachat de la MGM, Menahem s’enlisant dans des projets de série Z, jusqu’à la ruine totale, mais sans jamais se départir de sa légendaire énergie.

 

Catégories : Actualités · Coproductions · Rencontres

2 commentaires

  1. Marius Cezar dit :

    I love The Go Go guys. Those cousins rocked the world.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *