Olivier Père

À l’ouest rien de nouveau de Lewis Milestone

ARTE diffuse lundi 23 juin à 20h50, dans son cycle sur la Guerre de 14-18, À l’ouest rien de nouveau (All Quiet on the Western Front, 1930) de Lewis Milestone, dans sa version intégrale restaurée. Le film, d’une durée originale de 152 minutes, avait en effet été réduit à 103 minutes quelques années après sa sortie, et censuré dans plusieurs pays. La version présentée par ARTE dure 128 minutes. Elle correspond à celle récemment éditée en DVD par Universal à l’occasion du centième anniversaire du studio, qui rend honneur à ce classique et à la force extraordinaire de ses images et de son histoire. Pendant la Première Guerre mondiale, du côté allemand, de très jeunes engagés volontaires, galvanisés par leur professeur patriote, font la dure expérience du front et perdent leurs illusions, et aussi la vie pour la plupart.

Adapté d’un roman à succès d’Erich Maria Remarque, À l’ouest rien de nouveau est un des premiers grands films parlants du cinéma américain et surtout un pamphlet antimilitariste dont la force et le courage ne furent que rarement égalés. Il faudra attendre Les Sentiers de la gloire de Stanley Kubrick pour retrouver la violence et l’intensité des scènes de combats et d’assaut des tranchées, ainsi qu’un discours anti belliciste d’une telle virulence. Le film est encore impressionnant aujourd’hui grâce aux moyens mis en œuvre et la virtuosité des mouvements de caméra lors des scènes d’action. À l’ouest rien de nouveau s’inscrit dans la lignée de ses illustres prédécesseurs La Grande Parade de King Vidor ou Au service de la gloire de Raoul Walsh, deux chefs-d’œuvre du muet ayant pour théâtre la Grande Guerre, qu’il parvient à rejoindre sur le terrain de la mise en scène et de l’aventure humaine. À l’ouest rien de nouveau demeure une date dans l’histoire du cinéma, un exemple de l’audace des grands producteurs hollywoodiens des années 30 (en l’occurrence Carl Laemme Jr, qui avec ce film allait reprendre en mains le studio Universal dirigé par son père, à l’âge de vingt-et-un ans) prêts à défier les modes et les préjugés pour mener à bien des projets ambitieux, voire démesurés, par leur budget mais aussi leur propos politique ou social.

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *