Olivier Père

Fog de John Carpenter

ARTE diffuse ce soir à 22h50 Fog (The Fog, 1980) de John Carpenter. Le cinéaste d’Assaut et de La Nuit des masques réalise une très belle histoire de fantômes, où il s’agit moins de faire peur à tout prix ou de multiplier les effets sanguinolents que de montrer une apparition surnaturelle de la meilleure façon possible.

Antonio Bay s’apprête à célébrer le premier centenaire de sa naissance. Mais les habitants de ce paisible port de pêche semblent ignorer que leurs ancêtres étaient des écumeurs qui fondèrent la ville grâce aux richesses pillées dans le navire en détresse dont ils provoquèrent le naufrage. Cent ans plus tard, les marins du vaisseau fantôme reviennent se venger, accompagnés d’un brouillard surnaturel. Cette histoire fantastique à l’ancienne, sous le haut patronage d’Edgar Allan Poe, H.P. Lovecraft et Robert Louis Stevenson est un des meilleurs films de John Carpenter qui n’a jamais aussi bien utilisé l’écran large et exploré les différentes façons de susciter la peur ou l’inquiétude en partant de presque rien et du quotidien. Le brouillard lumineux qui envahit régulièrement le cadre devient alors une métaphore astucieuse du fantastique selon Carpenter, un état intermédiaire entre le visible et l’invisible, une manifestation météorologique qui dissimule une essence maléfique. Le brouillard ne sert pas seulement à masquer l’avancée des spectres meurtriers, il symbolise également la mauvaise conscience de la collectivité.  Le « fog » vient débarrasser les habitants de la culpabilité et des vilains secrets qu’ils n’ont pas voulu découvrir eux-mêmes. Carpenter se révèle un excellent disciple des poètes de la série B, capable d’instaurer une atmosphère fantastique à l’aide d’éléments aussi ténus que le vent, la nuit ou le « fog », mais aussi de donner vie à des personnages en les dessinant très vite, telles des esquisses, sans les traiter comme dans la plupart des films d’horreur où les comédiens sont des pantins qui attentent leur exécution ou leur salut.

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *