Olivier Père

Mishima de Paul Schrader

Mishima

Mishima

Paul Schrader est un cinéaste de la fascination. Si ses ambitions (très grandes) de metteur en scène n’ont pas toujours abouti à des réussites aussi spectaculaires que ses scénarios filmés par d’autres (Taxi Driver en tête), il demeure un auteur sous-estimé du cinéma américain moderne.

Avec son magnifique La Féline (Cat People, 1982), meilleur remake jamais réalisé avec Scarface (De Palma) et The Thing (Carpenter), Mishima  (Mishima : A Life in Four Chapters, 1985) est le chef-d’œuvre de Schrader, du moins l’apogée de sa filmographie. Obsédé par la chute, la pureté et le mal, Schrader ne pouvait que se passionner pour Mishima, figure controversée et paradoxale de la culture japonaise.

Ecrivain brillant, cinéaste occasionnel, homosexuel flamboyant et père de famille, homme public aux idées fortement nationalistes, Mishima créa une milice privée puis tenta la dérisoire prise d’otage du général commandant en chef des forces d’autodéfense le 25 novembre 1970, avant de se donner la mort par seppuku (éventrement).

Le film de Schrader propose une interprétation non chronologique de la vie de Mishima, en choisissant trois axes (et trois esthétiques) : l’évocation biographique (des années d’enfance à la célébrité), la mise en scène hyper stylisée de trois romans, enfin la reconstitution sous une forme pseudo documentaire de la dernière journée de Mishima.

Le résultat est une symphonie visuelle d’une stupéfiante beauté glacée et d’une rare intelligence.

Grâce au soutien financier de Francis Coppola et George Lucas, Schrader a pu finalement tourner son film dans de bonnes conditions malgré l’opposition de la veuve de Mishima et l’hostilité de l’extrême droite nippone.

Le cas Mishima est toujours tabou au Japon, où le film de Schrader demeure inédit.

Koji Wakamatsu vient de consacrer un film à la dernière journée de Mishima, présenté cette année au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard. Pas encore vu.

Catégories : Actualités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *