Olivier Père

Les meilleurs films de l’année 2021

Un chef-d’œuvre : Annette de Leos Carax

 

Une actrice : Léa Seydoux (France, Tromperie, The French Dispatch, Mourir peut attendre)

 

Films aimés en 2021 (sans ordre)

France de Bruno Dumont

Les 2 Alfred de Bruno Podalydès

Bergman Island de Mia Hansen-Løve

Benedetta de Paul Verhoeven

Onoda – 10 000 nuits dans la jungle de Arthur Harari

Titane de Julia Ducournau

Tromperie de Arnaud Desplechin

La Fièvre de Petrov de Kirill Serebrennikov

Memoria de Apichatpong Weerasethakul

Bad Luck Banging or Loony Porn de Radu Jude

The Nightingale de Jennifer Kent (DVD)

The Beach Bum de Harmony Korine (DVD)

La Loi de Téhéran de Saeed Roustayi

La Traversée de Florence Miailhe

Bonne Mère de Hafsia Herzi

Le Genou d’Ahed de Nadav Lapid

Julie (en douze chapitres) de Joachim Trier

Une histoire d’amour et de désir de Leyla Bouzid

Drive My Car de Ryusuke Hamaguchi

Un héros de Hasghar Farhadi

Madres paralelas de Pedro Almodóvar

West Side Story de Steven Spielberg

The Card Counter de Paul Schrader

La Croisade de Louis Garrel

Les Amours d’Anaïs de Charline Bourgeois-Taquet

First Cow de Kelly Reichardt

 

Beaucoup de beaux et d’excellents films en 2021, vus en salle, dans les festivals ou en ligne, mais c’est la première fois qu’il m’est impossible de les hiérarchiser avec un peu de précision et de certitude, mis à part Annette de Leos Carax que je place au-dessus de nombreux longs métrages réalisés depuis le début des années 2000. Je vous livre donc mes enthousiasmes en vrac. Il n’y avait déjà pas eu de top 10 en 2020 en raison de la fermeture des salles. Tout ça reste bien sûr parfaitement subjectif et ne prétend détenir aucune sorte de vérité ou d’exhaustivité. Il me reste sans doute quelques séances de rattrapage à effectuer, au gré des sorties DVD et Blu-ray.

Je vous souhaite une belle année 2022, riche en plaisirs, émotions, surprises et découvertes cinématographiques. Merci de suivre ce blog.

Catégories : Actualités

13 commentaires

  1. Regnault. dit :

    Très belle liste !
    Bonne année 2022.
    Amitiés

  2. Frédéric CAMUS dit :

    Bonjour Olivier, et bonne année, quand même.

    Une année particulière, avec beaucoup de films qui pourraient impressionner, mais qui, finalement, laissent sur sa faim ou échouent à provoquer plus qu’une étincelle d’émotion. Au milieu, très subjectivement :

    4 grands films :
    – Onoda
    – The Card Counter
    – Get Back
    – The French Dispatch

    4 films loin d’être parfaits, mais qui donnent matière à… :
    – Belle
    – The King’s Man
    – La Loi de Téhéran
    – Le Dernier Voyage

    4 découvertes/rattrapages :
    – Lovers Rock
    – La Cible Hurlante
    – Dragon Inn
    – Small Soldiers

    Amitiés cinéphiles,

    FC

  3. Gabet dit :

    Très belle liste, pertinente, comme d’habitude, manque juste, « À l’abordage » de Guillaume Brac, déjà passé sur Arte cette année, et l’un des meilleurs jeune réalisateur Français.
    Cordialement

  4. damien dit :

    Bonne année à vous également Olivier.
    Et… THE FATHER de Florian Zeller ?

    Selon The Times, The Father est « l’une des plus grandes expériences cinématographiques de la décennie »
    dans The Guardian, The Father est considéré comme l’un des meilleurs films de 2020
    Dans The Hollywood Reporter, Todd McCarthy y voit « le meilleur film depuis Amour sur le ravage du grand âge. […] The Father traite de la démence sénile d’une façon intuitive, subtile et nuancée en nous plaçant dans le point de vue de ceux qui en sont atteints. Menée par une interprétation stupéfiante d’Anthony Hopkins, cette œuvre pénétrante marque un début exceptionnel de Florian Zeller en tant que metteur en scène… Cela s’imposera certainement comme l’une des plus grandes interprétations de Hopkins…
    Dans The New York Times, Jeannette Catsoulis estime que le film est « à la fois prodigieusement efficace et profondément émouvant » et le décrit comme « une peinture majestueuse des choses qui s’en vont »
    2 oscars
    Ce n’est pas THE GODFATHER mais ce n’est pas si mal.

  5. Damien dit :

    Bonjour Olivier,
    Je viens de voir FRANCE de Bruno Dumont.
    Sans doute le film le plus accessible et le plus politique du cinéaste qui arrive à montrer les coulisses réelles de l’information à la télévision. Son héroïne est une synthèse de Laurence Ferrari et BHL. L’utilisation de la misère, de la pauvreté, de la guerre comme décor pour promouvoir un égo pathologique ( mais aussi par appât du gain ). Dumont nous décrit avec gourmandise des vautours grimés en colombes. Il est dommage que le film ne montre pas la connivence, la soumission de la télévision au monde politique et au pouvoir pour obtenir les postes à responsabilité. L’autocensure de ces derniers ensuite pour rester en place. Si Dumont était allé dans cette voie, il n’aurait sans doute pas trouvé de financement pour son film.
    Sur la forme, j’ai trouvé que le film ressemblait aux films japonais avec la lenteur des mouvements de caméra, les lents zooms sur le visage silencieux de Léa Seydoux. J’ai pensé au film NUAGES ÉPARS de Mikio Naruse. Surtout quand Léa Seydoux va à la rencontre des parents du livreur accidenté ( la séquence la plus incroyable du film je trouve ) et leur propose de les dédommager.
    Olivier, avez vous vu NUAGES ÉPARS ?
    Ensuite, Dumont montre, à juste titre, toute sa détestation de ce monde médiatique. Il fait dire à blanche gardin que « les icônes sont faites de boue et de merde ». Très drôle.
    Il joue avec ses personnages comme un chat joue avec une souris avant de les détruire. Il fait croire a son héroïne que sa réparation viendra de l’amour alors que le gars dans le centre de cure s’avère être un journaliste qui va la piéger…. son mari et son fils dans la belle voiture dans l’Esterel qui au lieu de tomber directement dans le précipice après la crevaison du pneu, va faire de multiples tonneaux, se faire trainer longuement par un camion, tomber dans le précipice et enfin prendre feu. Très drôle ce jeu de massacre orchestré, avec jubilation, par Dumont qui semble indiquer au peuple spectateur qu’il est temps de faire la révolution et chasser cette oligarchie. Comme l’avait fait avant lui, Antonioni dans ZABRISKIE POINT en faisant durer l’explosion de la magnifique villa bourgeoise.
    Olivier, avez vous écrit sur votre blog une critique de FRANCE (est-il possible d’avoir le lien svp ?)
    Sur THE FATHER, pas d’avis ou pas vu?
    Cordialement
    Damien

  6. Olivier Père dit :

    Oui j’ai vu les films de Naruse, qui sont admirables.

  7. Damien dit :

    Malheureusement, les vidéos de votre blog ne sont pas accessibles depuis mon pays…
    J’espère que vous allez publier prochainement votre analyse de FRANCE ainsi que celle sur BENEDETTA et LE DERNIER DUEL que je viens de voir dernièrement.
    Bien à vous

  8. J’ai eu le même ressenti que vous sur Annette, non seulement j’ai tout de suite perçu qu’il s’agissait d’un chef-d’oeuvre mais j’ai eu l’impression de ne pas avoir ressenti cela depuis 25 ans (date de la dernière fois où j’ai eu envie de revoir un film). Et lorsque j’ai fait mon propre classement, il y a eu Annette et puis les autres même si parmi ceux que j’ai vu en 2021, il y en a que j’aime aussi beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.