Olivier Père

L’Aventure du Poséidon de Ronald Neame

ARTE diffuse L’Aventure du Poséidon (The Poseidon Adventure, 1972) Jeudi 30 décembre à 20h55. Il s’agit de la superproduction qui va lancer la mode du film-catastrophe, très populaire dans les années 70. Un seul long métrage parviendra à égaler cette réussite inaugurale : La Tour infernale, sorti deux ans plus tard. On doit ces triomphes du box-office mondial à la même personne : le producteur Irwin Allen. Cet entrepreneur du show-business a alimenté pendant près de quarante ans les écrans de cinéma et de télévision de divertissements aux ambitions fantastiques, sans aucun souci du bon goût. Après le péplum et la fresque historique dans les années 50 et 60, le film-catastrophe va devenir dans la décennie suivante le modèle du spectacle cinématographique colossal, en associant effets spéciaux, émotions fortes et glamour hollywoodien. Les qualités de L’Aventure du Poséidon sont à mettre au crédit de l’association de nombreux talents devant et derrière la caméra, dotés de moyens considérables, au service d’une histoire haletante. La mise en scène a été confiée à Ronald Neame, solide artisan du cinéma britannique qui s’illustra dans divers postes – il fut notamment producteur, scénariste ou directeur de la photographie des premiers films de David Lean. Les chevronnés Stirling Silliphant et Wendell Mayes ont écrit un scénario aux multiples trames narratives, qui développe les destins individuels de personnages plongés dans une tragédie collective. Ils parviennent, avec la complicité des interprètes (Ernest Borgnine, Stella Stevens, Shelley Winters), à insuffler de la subtilité et de l’humanité à des caractères au départ stéréotypés. Le film respecte une unité de lieu : un paquebot de croisière bientôt renversé par une gigantesque lame de fond, et exploite dans ses moindres recoins toutes les potentialités de cet extraordinaire décor. L’Aventure du Poséidon pose les bases du genre et illustre à la perfection une idée commune à presque tous les films-catastrophe : la fragilité et la vanité des édifices humains devant la puissance destructrice de mère nature, la révélation des forces et des faiblesses de personnages confrontés à un danger mortel, le sens du sacrifice. Les relents bibliques du spectacle sont soulignés par la présence à bord d’un révérend en proie au doute, qui se révèle un guide salvateur et prend sous sa protection un petit groupe bigarré de survivants. Ce rôle va conforter le statut de nouvelle vedette anticonformiste de Gene Hackman, un an après French Connection.

 

 

L’Aventure du Poséidon a été édité en Blu-ray cette année par BHQL.

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.