Olivier Père

Rusty James de Francis Ford Coppola

ARTE diffuse Rusty James (1983) de Francis Ford Coppola jeudi 27 décembre à 23h10. Au début des années 80, Francis Ford Coppola réalise coup sur coup deux films adaptés des romans pour adolescents de S. E. Hinton, aux ambitions et aux partis-pris formels diamétralement opposés. Le premier, Outsiders, ressuscite dans un élan élégiaque le cinéma classique hollywoodien. Le second, Rusty James (Rumble Fish en v.o.), s’inscrit dans la veine expérimentale et intime du réalisateur. Dans un noir et blanc extrêmement stylisé qui rappelle Orson Welles, Coppola met en scène un ballet amoureux sur les retrouvailles entre un jeune rebelle et son frère aîné, motard légendaire aux ailes brulées. Fumigènes, images accélérées, hallucinations, cadrages expressionnistes : Coppola crée un poème cinématographique sur le thème de la fuite du temps, un pied dans l’avant-garde, l’autre pied dans une nouvelle grammaire visuelle très contemporaine – MTV a été inauguré en août 81. C’est une véritable cure de jouvence pour le réalisateur revenu des tournages dantesques et des budgets pharaoniques de Apocalypse Now et Coup de cœur. On ne compte plus les vidéoclips qui pilleront l’esthétique rétro et l’homo-érotisme du film de Coppola. Rusty James est vite devenu le teen movie iconique de toute une génération. C’est pour nombre de cinéphiles qui ont grandi dans les années 80 la première rencontre avec le cinéma de Coppola, lorsque le wonder boy couvert d’Oscars est déjà tombé de son piédestal, entré en disgrâce à Hollywood après l’échec catastrophique de Coup de coeur. Pourtant le mythe Coppola va perdurer. L’Europe réservera à Rusty James un accueil chaleureux, tandis que le public américain l’ignorera complètement. Avec Outsiders et Rusty James, Coppola révèle plusieurs jeunes acteurs, parmi lesquels de futures stars. Le cinéma est une affaire de famille pour Coppola, qui dirige son neveu Nicolas Cage et sa fille Sofia (petit rôle sous le pseudonyme de Domino). Le cinéaste mentor magnifie dans Rusty James le débutant Matt Dillon et Mickey Rourke, inoubliable en ange déchu au charisme déglingué.

Matt Dillon et Mickey Rourke dans Rusty James de Francis Ford Coppola

Matt Dillon et Mickey Rourke dans Rusty James de Francis Ford Coppola

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *