Olivier Père

Le Monde perdu de Harry O. Hoyt

ARTE diffuse Le Monde perdu (The Lost World) dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 juin à 0h55. Le film sera également disponible en télévision de rattrapage pendant 30 jours sur le site d’ARTE. Sorti en 1925, Le Monde perdu peut être encore considéré de nos jours comme l’un des meilleurs films d’aventures jamais réalisés. C’est une adaptation fidèle du roman de Sir Arthur Conan Doyle paru en 1912, et la première des nombreuses surprises du film, dès le premier plan, consiste à convoquer l’écrivain en personne pour introduire le fantastique récit qui va suivre. Le roman de Conan Doyle demeure un merveilleux souvenir pour plusieurs générations d’enfants ou jeunes adolescents amateurs d’évasion, qui l’ont lus, avec les œuvres de Verne, Wells et bien sûr les aventures de Sherlock Holmes. Le film est à la hauteur du livre. Il bénéficia de moyens importants et rencontra un succès colossal et mérité. Il s’agit du seul titre de gloire du réalisateur Harry O. Hoyt, dont les histoires du cinéma n’ont guère retenu le nom. Le film est interprété notamment par l’adorable Bessie Love et le bouillonnant Wallace Beery, deux grandes vedettes du cinéma muet américain. Mais le véritable artiste génial du film – et aujourd’hui sa véritable star – est sans conteste Willis O’Brien, responsable des effets spéciaux et pionnier de l’animation image par image. Dès les années 10, Willis O’Brien invente l’animation en volume en filmant des figurines en pate à modeler dans des courts métrages mettant en scène, déjà, des animaux préhistoriques ou des hommes des cavernes. Sa passion pour les dinosaures et le perfectionnisme de ses trucages trouvent leur aboutissement dans Le Monde perdu, où il donne vie à la faune fantastique d’un haut plateau en pleine foret amazonienne, oublié du temps et peuplé de différentes espèces de dinosaures. Les images et les péripéties du Monde perdu sont fabuleuses, et le film maintient sans cesse l’équilibre entre aventure humaine, action et visions poétiques. Il faudra attendre 1933 pour qu’un film surpasse Le Monde perdu en matière d’exotisme, d’aventure et de monstres animés : le génial King Kong, porté lui aussi par les créations extraordinaires de Willis O’Brien, dont le travail servira de référence à tous les spécialistes des effets spéciaux jusque dans les années 80, avant l’arrivée du numérique et des CGI.

Le Monde perdu

Le Monde perdu de Harry O. Hoyt

Le Monde perdu a longtemps été un film perdu, du moins dans sa version d’origine. Le film a en effet été retiré assez rapidement (en 1929) de la circulation, malgré son immense succès commercial. D’abord parce que l’arrivée du parlant l’avait rendu obsolète, à l’instar d’autres productions de la fin du muet, mais surtout pour ne pas faire d’ombre à son successeur direct alors en préparation, King Kong. Les éléments positifs et négatifs furent détruits, et le film ne circulait que dans des copies 16mm de mauvaise qualité, avec un montage drastiquement raccourci. Dans les années 90 puis 2000, des travaux de restauration et la découverte d’éléments de conservation permirent de présenter à nouveau le film dans une version proche de son montage original.

Un DVD à la vente propose une toute nouvelle restauration effectuée en 2016 par Lobster films, avec des scènes supplémentaires retrouvées depuis, les teintes et les intertitres d’origine. Le film dure désormais 103 minutes, quasiment sa durée lors de sa sortie. Seule une attaque de cannibales dans la jungle semble perdue à tout jamais. C’est cette version qui sera diffusée sur ARTE.

Catégories : Sur ARTE