Olivier Père

Jeannette de Bruno Dumont

Produit pour et par la télévision (avec l’Unité Fiction d’ARTE France) Jeannette de Bruno Dumont est diffusé mercredi 30 août à 22h45 sur ARTE, après une présentation remarquée au Festival de Cannes. Le film est déjà disponible en télévision de rattrapage sur ARTE+7.

Jeannette est une œuvre de création qui pulvérise les frontières entre les disciplines artistiques, le petit et le grand écran, opère un lien puissant entre sacré et profane, trivial et sublime, sans oublier des touches burlesques auxquelles le cinéaste semble désormais attaché. Bruno Dumont s’empare de la figure de la pucelle d’Orléans par l’intermédiaire du texte poétique de Charles Péguy, « Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc » publié pour la première fois en 1896. Il n’y est pas question de la Jeanne guerrière, martyre ou sainte, mais de la petite fille gardienne de moutons visitée par les saints, sa révélation mystique et l’incrédulité de ses proches. Bruno Dumont relève le défi du tournage d’un film chanté et dansé en plein air par des enfants et adolescents, tous non professionnels et choisis dans les terres du Nord du cinéaste. Il opte pour le son direct qui fait entrer les bruissements du vent, les bêlements des moutons dans de longs plans majestueux. Soit la vie, qui empêche le film de se figer dans un dispositif scénique verrouillée. Le texte de Péguy, respecté à la lettre, retrouve sa puissance incantatoire sous une forme chantée a cappella, avec les hésitations et les maladresses de l’enfance qui ne font que renforcer sa pureté et sa ferveur populaire. Le sens du cadre et la matière sonore du cinéma de Dumont, toujours aussi admirables, accueillent les chorégraphies de Philippe Decouflé et la musique de IGORRR au même titre que les corps juvéniles et les paysages de dunes. Passé l’effet de surprise provoqué par l’injection de danses contemporaines et de rythmes techno dans une époque médiévale stylisée, le résultat est plus sidérant qu’excentrique, et frappe par sa paradoxale harmonie. Tout est grâce dans Jeannette, tout est beauté.

 

Jeannette connaîtra aussi une exploitation en salles le mercredi 6 septembre, dans un format et un montage légèrement différents, sous le titre Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc (version montrée à Cannes), distribué par Memento Films Distribution.

Jeannette de Bruno Dumont

Jeannette de Bruno Dumont

Catégories : Coproductions · Sur ARTE

7 commentaires

  1. ballantrae dit :

    Un grand film, dans une version ou l’autre! Il me faut revoir la version cinéma maintenant pour recenser les changements qui ne m’ont pas complètement sauté aux yeux.
    Bruno Dumont s’est affirmé d’entrée de jeu comme un regard important dans le paysage, sachant imposer des corps singuliers pour des récits qui permettent de voir le monde de manière augurale, comme débarrassé du poids des représentations usuelles.Et cette qualité de regard valait pour les paysages qu’ils accueillent des scènes contemplatives ( que ce soit le Nord usuel ou les paysages plus sudistes du magnifique Camille Claudel 1915 qui a ressuscité J Binoche d’une manière inouie) ou des éclairs plus crus ( la scène sexuelle avec des corps tronqués de leur visage dans La vie de Jésus, le début terrible de L’humanité, les ébats des amants dans le désert antonionien de 29 palms, la scène mi sexuelle mi sorcière de Hors Satan digne du baiser du diable de Bernanos dans Sous le soleil de Satan,etc…).
    P’tit Quinquin (et donc vous cher Olivier Père, et Arte avec!) ont comme permis de débrider encore plus un cinéma de haute altitude vers des contrées qui sans être totalement étrangères (on reconnaît sa façon de travailler avec les acteurs, de filmer les paysages et les corps) est indéniablement neuve et réjouissante.
    En trois films ( je compte P’tit Quinquin comme un long film) donc , Dumont nous éblouit par sa réinvention de l’humour et par son rapport à la langue.
    Jeannette est un chef d’oeuvre limpide qui repose sur un matériau complexe, dans la lignée d’un Oliveira.
    Merci Olivier et merci Arte!!!

    • olivierpere dit :

      Merci ARTE France et son unité fiction je n’ai aucun mérite dans la coproduction de Jeannette mais je suis entièrement d’accord avec vous au sujet de la beauté du nouvel opus de Dumont.

      • ballantrae dit :

        Aucun mérite, c’est vite dit…bref, quels que soient ceux qui ont donné carte blanche à B Dumont, qu’ils soient chaleureusement remerciés.
        Le moment de l’apparition des saints ( simplement présent chez Péguy par le récit de Jeannette et non représenté) est un petit miracle de beauté, une sorte d’enclave enchantée dans le flux du film à la manière de certains films de Paradjanov ou de Pasolini quand ils s’attaquaient de manière poétiquement primitive aux mythes.
        Et quelle sera la suite pour Dumont? Seconde saison de P’tit Quinquin, je crois, non?

        • olivierpere dit :

          Oui Bruno Dumont tourne actuellement la suite de P’tit Quinquin toujours avec le même duo de policiers, le gamin qui a grandi et une histoire de science-fiction qui promet un croisement délirant entre L’invasion de profanateurs de sépultures et Le gendarme et les extraterrestres! Et ça s’appelle Coin Coin et les Z’inhumains!

          • ballantrae dit :

            Coin coin et les Z’inhumains!!! Qu’est ce que ce titre ahurissant?
            Maintenant, il va donc se mettre à la SF…mais bon, Van Der Weyden et Carpentier n’étaient ils pas déjà des ET???
            Grand suspense: Carpentier saura t’il conduire? Va t’il devoir piloter un vaisseau spatial?

  2. ballantrae dit :

    J’aurais aimé revenir sur les différences de montage en attendant de revoir le film sur grand écran.Sont elles si nombreuses? Je n’arrive pas à me rappeler ce qui était différent dans la version que j’ai vue en avant première au début de l’été.

    • olivierpere dit :

      Non elles ne sont pas si nombreuses je crois me rappeler que cela concerne surtout l’ouverture du film où l’apparition de Jeannette est appréhendée dans un cadre plus large conçu pour la version cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *