Olivier Père

Marie-Octobre de Julien Duvivier

ARTE diffuse mercredi 12 octobre à 20h55 dans le cadre de son cycle Julien Duvivier Marie-Octobre.

Marie-Octobre réalisé en 1959 est le dernier grand succès critique et public de Julien Duvivier, qui avait débuté sa carrière à l’époque du muet et a réalisé de nombreux classiques du cinéma français sur quatre décennies. Les six derniers longs métrages qu’il réalisera dans les années 60 n’apporteront rien à sa gloire. Parfaitement à l’aise dans tous les genres, Duvivier signe avec Marie-Octobre un film à suspens qui respecte la règle classique des trois unités : le temps, le lieu et l’action.

Ce huis clos à onze personnages se déroule entièrement dans le vaste salon d’un manoir. L’intrigue policière permet à Duvivier et son dialoguiste Henri Jeanson d’aborder un sujet brulant : la trahison au sein d’un réseau de résistance pendant l’Occupation. La recherche du traître, quinze ans plus tard, va faire tomber les masques. Pourtant Duvivier s’intéresse moins à la politique qu’aux passions humaines, violemment dévoilées dans une atmosphère particulièrement tendue.

Marie-Octobre réunit une pléiade de vedettes et c’est avec beaucoup de plaisir que l’on retrouve Danielle Darrieux entourée de Paul Meurisse, Lino Ventura, Bernard Blier, Serge Reggiani, Paul Guers, Noël Roquevert, Robert Dalban, Daniel Ivernel… et Paul Frankeur qui apporte une touche humoristique. Ce groupe d’anciens résistants propose un microcosme guère flatteur de la société française de l’après-guerre, prétexte à un ultime épanchement d’amertume de la part de Julien Duvivier.

Danielle Darrieux dans Marie-Octobre de Julien Duvivier

Danielle Darrieux dans Marie-Octobre de Julien Duvivier

 

Catégories : Sur ARTE

5 commentaires

  1. MB dit :

    bravo pour la programmation, Arte la vraie chaîne du cinéma bravo

  2. MB dit :

    Je viens de voir MARIE OCTOBRE dont je suis découragé à lister les qqs défauts que j’y déniche: artificialité, invraisemblance, théâtralité en effet sont à mon avis peu de choses à côté d’une maîtrise parfaite de l’espace et des personnages nombreux qui s’y déplacent. C’est un grand film de mise en scène et découpage plus que d’acteurs (pourtant excellents) qui vous colle à l’écran avec maestria, du grand art. J’espérais que vous diffuseriez ce chef d’oeuvre du film noir, CHAIR DE POULE mais bon, Brion l’a fait l’année dernière. Qu’en est-il du dernier Duvivier, DIABOLIQUEMENT VOTRE avec Delon?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *