Olivier Père

The Bling Ring de Sofia Coppola

ARTE diffuse The Bling Ring (2012) mercredi 17 février à 20h55. Le cinquième long métrage de Sofia Coppola s’inspire d’une histoire vraie qui défraya la chronique à Los Angeles il y a quelques années. Un groupe de jeunes filles plus un garçon issus des milieux aisés de la ville et fascinés par le monde de la mode et des célébrités profitent de l’absence de certaines d’entre elles (Paris Hilton, Orlando Bloom, Rachel Bilson…) pour visiter leur résidence et piller leur garde-robe. Ils subtiliseront pour plus de trois millions de dollars d’objets de luxe : bijoux, vêtements, chaussures, etc. avant de se faire attraper à cause de leur imprudence et surtout leur vantardise. Les médias ont surnommé ce gang le « Bling Ring. »

Version adolescente de la satire du luxe, de l’argent et de la culture du vide déjà à l’œuvre dans les romans de Brett Easton Ellis, The Bling Ring séduit par l’élégance de sa mise en scène (une constante chez Sofia Coppola) mais surtout par son intelligence et son regard critique et moral sur un fait-divers affligeant. Ces enfants gâtés ne sont pas désignés comme des petits monstres, c’est le monde qui les entoure qui est monstrueux : parents complètement débiles, endormis ou absents, idoles de substitution qui sont elles-mêmes des simulacres de stars hollywoodiennes et font parfois les mêmes bêtises qu’eux en passant aussi par la case prison (comme Linsday Lohan, à la différence que l’ex enfant star des studios Disney sera autorisée à conserver ses extensions capillaires derrière les barreaux.)

Sofia Coppola captait déjà avec beaucoup de talent l’atmosphère et la lumière de Los Angeles dans son film précédent Somewhere (The Bling Ring est dédié à son directeur de la photographie Harris Savides, décédé durant le tournage.)

Dans The Bling Ring l’ambiance est plus triviale, moins poétique, davantage connectée à une actualité qui témoigne d’une certaine décadence de notre époque. Ce n’est pas un hasard s’il s’agit du premier film de Sofia Coppola tourné en numérique.

The Bling Ring

Emma Watson dans The Bling Ring

Les adolescents entrent par effraction dans des villas de stars qui ressemblent à des boutiques de fringues de luxe où s’étalent des monticules de vêtements, chaussures, sacs, bijoux, lunettes de soleil… Ils font du shopping à domicile tandis que Lindsay Lohan et d’autres starlettes déglinguées se font attraper en train de voler dans les magasins de prêt-à-porter ou les bijouteries. Il n’y a plus de contre-champs, le dehors et le dedans, le public et le privé se mélangent jusqu’à atteindre une sorte de confusion ultime et absurde qui est celle de l’image des « people » d’aujourd’hui, relayée par les médias et la presse : si loin et si proches de leurs fans, beaux et laids, sexy et asexués comme eux. Pas de sexe dans le film, la jouissance passe par la kleptomanie, l’ivresse des drogues et de l’argent facile. Certaines des adolescentes impliquées dans ces cambriolages deviendront à leur tour des vedettes avec leurs propres shows à la télévision. Tout mène à la célébrité, la célébrité mène à tout. L’intrusion dans la véritable villa de Paris Hilton – avec la bénédiction de cette dernière qui a volontiers confié ses clés à la réalisatrice – se transforme en cauchemar éveillé, révoltante insulte au bon goût et à la décence qui est sans doute le plus grand crime, voué à rester impuni, commis dans ce film.

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *