Olivier Père

ARTE France Cinéma coproduit les films de Hafsia Herzi, Thierry de Peretti et Serge Bozon

Le comité de sélection d’ARTE France Cinéma, réuni le 24 septembre, a décidé de soutenir trois projets, qui témoignent de l’ambition et de la diversité du jeune cinéma d’auteur français – auquel ARTE consacrera un cycle sur son antenne en octobre-novembre – entre social et romanesque, politique et émotion : le premier long métrage de la comédienne Hafsia Herzi (photo en tête de texte), le deuxième de Thierry de Peretti et le nouveau film de Serge Bozon.

 

Bonnes Mères de Hafsia Herzi (Quat’sous Films)

Dans une cité HLM des Quartiers nord de Marseille, l’histoire de Nora, une femme d’une soixantaine d’années, animée d’une énergie inépuisable, qui veille sur sa petite famille, ses enfants et leurs amis. Produit par Abdellatif Kechiche qui avait révélé Hafsia Herzi comme actrice dans La Graine et le Mulet en 2007, Bonnes Mères est un hymne à l’amour maternel, débordant d’émotion, d’espoir et de vitalité.

« Mon scenario est né de l’observation d’une génération de femmes au contact desquelles j’ai grandi : ma mère, les amies de ma mère, les mères de mes amis, mes tantes… pour lesquelles j’éprouve un profond respect. » (Hafsia Herzi)

Hafsia Herzi

Hafsia Herzi

Une vie violente de Thierry de Peretti (Les Films Velvet)

Ecrit par Thierry de Peretti et Guillaume Bréaud.

Après Les Apaches réalisé en 2013 Une vie violente sera le deuxième long métrage de Thierry de Peretti, également acteur et metteur en scène de théâtre.

En exil à Paris depuis une année, Stéphane décide de retourner en Corse, malgré la menace de mort qui pèse sur sa tête, pour assister à l’enterrement de son ami d’enfance qui vient d’être assassiné. C’est l’occasion pour lui de se rappeler les événements qui l’ont vu passer, lui, petit bourgeois cultivé de Bastia, de la petite délinquance à la voyoucratie, de la voyoucratie au radicalisme politique et à la clandestinité, puis au bannissement.

« Le film, comme mes films précédents, est inspiré d’événements réels. Il est une chronique criminelle et intime qui se déroule en Corse et à Paris entre 1991 et 2001. » (Thierry de Peretti)

Thierry de Peretti © Elise Pinelli

Thierry de Peretti © Elise Pinelli

 

Madame Hyde de Serge Bozon (Les Films Pelléas)

Ecrit par Serge Bozon et Axelle Ropert.

Après Tip Top en 2013 Madame Hyde marque les retrouvailles entre Isabelle Huppert et le réalisateur Serge Bozon, dans une surprenante version, moderne, libre et féminine, de la nouvelle de Robert Louis Stevenson « L’Etrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde ». Madame Géquil, timide professeure de technique dans un lycée professionnel, sent monter en elle une énergie nouvelle et mystérieuse après une expérience ratée. Madame Hyde offre la promesse d’une comédie fantastique sur les enjeux de l’éducation aujourd’hui, les questions de l’apprentissage à l’école, la relation entre les élèves et les enseignants. Isabelle Huppert sera entourée par Gérard Depardieu dans le rôle de son mari et Romain Duris dans le rôle du proviseur de l’établissement.

« Après L’Amitié, Mods, La France et Tip Top, j’ai toujours la même intuition : c’est en jouant à fond la carte de la fiction (c’est-à-dire de ce qui ne peut pas arriver dans la réalité) qu’on peut toucher la réalité dans ce qu’elle a de plus violent et d’imprévisible. » (Serge Bozon)

Serge Bozon © Frédéric Stucin

Serge Bozon © Frédéric Stucin

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Actualités · Coproductions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *