Olivier Père

Miguel Gomes tourne Les Mille et Une Nuits

Nous avions annoncé sur ce blog l’entrée d’ARTE France Cinéma en coproduction sur le prochain film de Miguel Gomes le 14 juin dernier. Le cinéaste portugais de 41 ans (photo en tête de texte) tourne actuellement son quatrième long métrage, As 1001 Noites (« Les Mille et Une Nuits. ») Le film s’inspire de la structure narrative des célèbres contes orientaux pour raconter la crise économique mais aussi l’état émotionnel d’un pays, le Portugal, aujourd’hui.
Un communiqué de presse diffusé durant la Berlinale par le vendeur international du film Match Factory (Les Mille et Une Nuits est une coproduction entre le Portugal, la France et l’Allemagne comme le précédent film de Gomes Tabou, avec les mêmes partenaires – plus ARTE France Cinéma) rappelle que les différents épisodes du film seront tirées d’histoires vraies liées à la crise économique au Portugal et puisées dans la presse et les informations lors de la période de production. Cela implique un tournage au long cours et des méthodes d’écriture inhabituelles (les prises de vues ont débuté le 9 décembre 2013 et vont continuer tout au long de l’année 2014.) Le scénario s’écrit donc au fur et à mesure du tournage du film, grâce à une équipe de journalistes sillonnent le pays à la recherche d’histoires – privées ou publiques – collectées auprès des gens ou de la presse locale, dessinant le portrait d’un pays malade et écrivant la chronique de la vie quotidienne de ses habitants touchés par la crise. Le cinéaste et son équipe de scénaristes choisissent ensuite parmi cette récolte de faits-divers criminels, affaires politiques, actualité sportive, romances celles qui méritent d’être intégrées au film, devenant les histoires interrompues que Schéhérazade raconte au roi Shahryar nuit après nuit.

Miguel Gomes travaille avec une partie de son équipe habituelle, rejoint pour la première fois par le directeur de la photographie thaïlandais Sayombhu Mukdeeprom qui a signé les images de plusieurs films d’Apichatpong Weerasethakul parmi lesquels Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), Palme d’or au Festival de Cannes en 2010.

Parmi les acteurs on retrouvera (pour l’instant) Adriano Luz, Carloto Cotta, Rogério Samora, Crista Alfaiate dans le rôle de Schéhérazade et le merveilleux Diogo Dória vu dans de nombreux films de Manoel de Oliveira.

Il est possible de suivre cette aventure cinématographique hors du commun et son excitant processus de création grâce au blog du film

http://www.as1001noites.com/en/

En attendant de découvrir le film (pas avant 2015), voici les premières photos de tournage, qui font déjà rêver à ces nouvelles mille et une nuits.

Diego Dora sur un dromadaire et Miguel Gomes à la caméra

Diogo Doria sur un dromadaire et Miguel Gomes à la caméra

Catégories : Actualités · Coproductions

3 commentaires

  1. Jean-Pascal Mattei dit :

    Titre pasolinien et inspiration fellinienne, dans la méthodologie (“La dolce vita”, même baroque, repose sur des choses vues ou entendues) et l’imagerie (le monstre échoué au final devient ici une baleine ensablée derrière une sirène ; le rhinocéros de “Et vogue le navire…”, situé en 1914, se transforme en éléphant) – déjà dans sa version du “Satyricon”, Fellini cherchait à rendre compte du présent par le biais du passé, toujours là sous d’autres avatars (les Barbares à moto de “Roma”, par exemple). Miguel Gomes valide-t-il cette filiation ?

    • olivierpere dit :

      Pasolini, Fellini, auxquels nous pourrions ajouter le Bunuel de “La Voie lactée” et Joao César Monteiro… Nous poserons la question à Miguel Gomes !

  2. Cristian Leighton dit :

    grande Miguel. Espero que la antigua versión chilena del libro que compró en Chile lo haya inspirado, se nos viene un film gomeziano (la zeta se la presta Ruiz)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *