Olivier Père

Barabbas de Richard Fleischer

ARTE diffuse ce soir à 20h50 Barabbas (Barabba, 1965) de Richard Fleischer, superproduction italo-américaine adaptée du roman de l’écrivain suédois Pär Lagerkvist (scénario du dramaturge anglais Christopher Fry), produite par Dino De Laurentiis avec une distribution internationale dominée par Anthony Quinn dans le rôle-titre.

Barabbas, assassin et voleur, est gracié par le peuple de Jérusalem alors que Jésus est crucifié. Incapable de comprendre la foi des premiers Chrétiens, il retrouve son ancien mode de vie. Mais plusieurs hommes et femmes autour de lui, parmi lesquels sa maîtresse Rachel, sont devenus des disciples du Christ.

Ce péplum hors du commun est une nouvelle démonstration du talent exceptionnel de Richard Fleischer, cinéaste également doué dans les registres du spectaculaire et de l’intime. Il le prouve à l’intérieur même de ce film qui met en scène à la fois le cheminement d’une âme, de la damnation au salut, et des morceaux de bravoure épiques et grandioses, toujours appréhendés du point de vue de Barabbas, voleur ordinaire dont la capacité à survivre aux épreuves les plus inhumaines (prisonniers dans des mines de soufre en Sicile pendant vingt ans, gladiateur à Rome) deviendra légendaire. Fleischer, à juste titre, était très fier de Barabbas, longtemps sous-estimé parmi les nombreux films bibliques réalisés dans les années 60, aujourd’hui considéré comme l’un des chefs-d’œuvre du genre, et l’un des meilleurs titres du cinéaste. Fleischer déclarait dans un entretien : « Barabbas est une juxtaposition de symbolisme sur la Lumière et les Ténèbres, la Mort et la Résurrection. (…) La difficulté du film résidait dans la possibilité de visualiser les tourments intérieurs d’un homme illettré et peu communicatif, qui ne se rend même pas compte de ses propres sentiments ou ignore la façon de les interpréter. »

Malgré des capitaux américains et la présence de Fleischer à la mise en scène Barabbas est une superproduction avant tout italienne qui jouit du talent des meilleurs artistes et artisans de Cinecittà, notamment le directeur de la photographie Aldo Tonti, collaborateur régulier de Rossellini et Lattuada qui signe des images superbes, clairs-obscurs aux tons monochromes (inoubliables séquences de la mine de soufre, dignes de l’enfer de Dante.) La composition picturale des plans, d’une beauté constante, renvoie aux tableaux de la Renaissance. Les deux crucifixions qui ouvrent et closent le film comptent parmi les plus impressionnantes de l’histoire du cinéma.

Anthony Quinn

Anthony Quinn

Interprétation admirable d’Anthony Quinn, bien entouré par Silvana Mangano et Vittorio Gassman, sans oublier Jack Palance au sommet de sa démence grimaçante en gladiateur sanguinaire. On pourra comparer l’entraînement des gladiateurs et les combats dans l’arène avec ceux de Spartacus diffusé la semaine dernière sur ARTE. La démesure des décors et la figuration gigantesque du film de Fleischer laissent penser que ce dernier bénéficia de moyens encore plus colossaux que Kubrick.

Catégories : Sur ARTE

6 commentaires

  1. Jean-Pascal Mattei dit :

    L’image choisie – prise en studio ? – résonne avec l’iconographie religieuse volontiers homoérotique (cf. le martyre de Saint Sébastien) et le travail d’Andre Serrano. Le rôle de Quinn, admirable encore chez Minnelli, Lean ou dans le méconnu « Cyclone à la Jamaïque », renvoie bien sûr à « La Strada » mais aussi au destin du Meursault de Camus. 15 ans plus tard, en Caïphe, l’acteur passera du côté obscur pour le « Jésus de Nazareth » de Zeffirelli (inoubliable Robert Powell !).

    • olivierpere dit :

      Outre deux crucifixions citées comme influences majeures par Scorsese pour « La Dernière Tentation du Christ » le film contient plusieurs scènes admirables sur le plan visuel (l’éclipse du début…) et d’autres passages homoérotiques mais je n’en dis pas plus pour ceux qui découvriront le film ce soir. Il est vrai que Barrabas magnifiquement interprété par Quinn est un personnage moderne, en proie à un doute existentiel, loin de tout catéchisme sulpicien. Quinn souvent – toujours?- admirable…

  2. ballantrae dit :

    A quand une édition de Mandingo que je rêve de voir depuis des années et que le duo Coursodon/Tavernier vante de manière vibrante.

    • olivierpere dit :

      Mandingo est un grand film, comme Les flics ne dorment pas la nuit et L’Etrangleur de Rillington Place qui viennent d’être édités en blu-ray par Carlotta. Terreur aveugle est un cran en dessous mais demeure un excellent thriller. Hâte de les revoir.

  3. JICOP dit :

    Bonjour .
    Je viens de découvrir votre blog ; très interessant .
    Etant grand fan de Fleischer , je suis assez satisfait de voir que certains de ses films sont réhabilités avec le temps .
     » Barabbas  » fait partie de ceux là , ainsi que  » les flics ne dorment la nuit  » .
    Une bonne partie de la critique n’a souvent voulu voir en lui qu’un bon technicien et pas forcément un auteur à part entière , malgré des titres évidents .
    Sa modestie et l’éclectisme de ses choix ont pu faire diversion .
     » Barabbas  » est tout à fait révélateur tant il a pu échapper régulièrement aux listes habituelles des  » plus grands péplums  » alors qu’il en est objectivement un des meilleurs représentants .
    Une explication comme une autre : l’insolite mais pertinent choix de cette  » gueule  » d’Anthony Quinn pour un premier role , bien loin des Robert Taylor , Charlton Heston ou Kirk Douglas en terme de glamour Hollywoodien .

    • olivierpere dit :

      Merci. Je suis un grand admirateur de Fleischer aussi. Ses meilleurs films ont rarement été considérés à leur juste valeur au moment de leur sortie, sauf peut-être Les Vikings et 20.000 Lieues sous les mers – alors jugées comme des superproductions impersonnelles alors qu’ils valent plus que cela. Barabbas, L’Etrangleur de Boston, L’Etrangleur de Rillignton Place, Les Flics ne dorment pas la nuit, Les Complices de la dernière chance sont des chefs-d’oeuvre. Peu de carrières hollywoodiennes commencées dans les années 40 sont aussi riches et passionnantes. Même un film aussi controversé que Mandingo est en voie de réhabilitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *