Goulag - Une histoire soviétique (3/3)Apogée et agonie 1945-1957

58 min
Disponible du 04/02/2020 au 10/04/2020
Sous-titrage malentendant
Ce programme est disponible en vidéo à la demande ou DVD.

Le troisième et dernier volet de cette série documentaire sur l'histoire méconnue du système concentrationnaire soviétique couvre la période 1945-1957, de son apogée à son agonie.

Acronyme russe formé en 1930 à partir des mots "Administration centrale des camps", le Goulag, phénomène majeur du XXe siècle, demeure pourtant largement méconnu. Créés dès 1918, les camps soviétiques connaissent dans les années 1930, avec la terreur stalinienne, et jusqu'à la mort du tyran en 1953, un développement exponentiel qui fait d'eux le cœur économique et politique caché du régime. Ignoré, puis nié pendant des décennies et rapidement occulté par le pouvoir russe après la chute de l'URSS, ce système concentrationnaire qui a brisé les existences de millions de déportés a été dénoncé et décrit au fil du temps par nombre de ses victimes, aux premiers rangs desquelles l'ancien officier de l'Armée rouge, devenu prix Nobel de littérature, Alexandre Soljenitsyne. Mais le secret instauré par l'URSS, l'aveuglement de l'Occident, qui a tardé à reconnaître sa réalité, puis le déni persistant des autorités russes ont longtemps entravé le travail historique nécessaire pour le comprendre dans toutes ses dimensions. Grâce à l'ouverture des archives, écrites mais aussi filmées, et au travail extraordinaire de collecte de témoignages accompli depuis trente ans par l'organisation russe Memorial – que Poutine a mise à l'index dès son arrivée à la tête de l'État –, cette série documentaire déroule pour la première fois en images l'histoire dantesque d'un "archipel", comme l'écrivait Soljenitsyne, largement oublié et incompris. En compétition au Fipadoc 2020, ce récit à la fois dense et fluide, sobre et plein de souffle, se fonde notamment sur les recherches de l'historien Nicolas Werth, l'un de ses trois coauteurs, spécialiste du régime soviétique. Sa force réside aussi dans sa capacité à tisser itinéraires individuels et destin collectif, par un art combiné du détail et de la synthèse.

3. Apogée et agonie : 1945-1957
Les populations des nouveaux territoires occupés de l’Est restent elles aussi particulièrement soupçonnées d’antisoviétisme. La troisième catégorie visée est celle des intellectuels, notamment au sein d'une population étudiante soviétique en expansion. Assujetties comme les hommes à des tâches épuisantes, les femmes, dont nombre de veuves de guerre condamnées à de lourdes peines pour de petits chapardages alimentaires, représentent désormais un quart des zeks. "Je n'ai que faire de votre travail. Ce qui m'intéresse, ce sont vos souffrances", résume un jour une responsable de camp aux déportées, comme le rapporte l'une d'elles, trente ans après, à Memorial. Près de 2 millions de détenus, dont beaucoup à l'extrême limite de la survie, s’entassent toujours dans les camps. Peu à peu, ces conditions de vie effroyables font chuter la rentabilité économique du Goulag. Le 5 mars 1953, après la mort de Staline, un million de libérations sont prononcées. En 1956, Khrouchtchev, s'exonérant au passage de sa responsabilité, pourtant indéniable, dénonce les crimes du stalinisme, provoquant dans le monde une immense onde de choc. Le système concentrationnaire ne disparaît pas totalement, mais ne retrouvera jamais l'ampleur que lui ont conférée quarante années de répression de masse.


  • Réalisation :
    • Patrick Rotman
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2017