Olivier Père

Hercule contre les vampires de Mario Bava

Hercule contre les vampires (Ercole al centro della terra, 1961) est le deuxième long métrage signé par le directeur de la photographie Mario Bava, un an après son triomphe inaugural, Le Masque du démon. Avant de s’atteler au projet de ce nouveau film, Bava accepte des corvées alimentaires – parmi lesquelles la co-réalisation du médiocre Les Mille et Une Nuits, ce qui démontre une modestie dont il ne se départira jamais tout au long de sa carrière. Hercule contre les vampires s’inscrit dans la veine du péplum, remise au goût du jour en Italie par le succès des Travaux d’Hercule de Pietro Francisi, avec Steve Reeves. Les nombreux décalques de ce film d’aventures mythologiques employaient des culturistes anglais ou américains et respectaient un cahier des charges bien précis – conspirations de palais, révoltes et batailles mais surtout bagarres, exhibition de muscles, destruction de matériel et soulèvement d’objets volumineux. Ces scènes de culture physique, répétées jusqu’à l’absurde, ne manquent pas de susciter l’ironie de Mario Bava, qui insuffle un humour parodique à certaines situations d’Hercule contre les vampires. Engagé par Achille Piazzi qui venait de produire Hercule à la conquête de l’Atlantide, autre péplum hétérodoxe réalisé par Vittorio Cottafavi, Mario Bava obéit à la commande mais demeure fidèle à son goût du fantastique. Avec ses scénaristes, il parsème les exploits d’Hercule (alter ego romain du grec Héraclès) d’éléments surnaturels et plonge son héros dans un univers où les forces de la mort combattent celles de la vie. Le voyage au centre de la terre du titre italien est celui qu’entreprennent Hercule et ses comparses Thésée et Télémaque au royaume d’Hadès pour trouver une pierre sacrée capable de sauver Diane, victime d’un envoûtement magique. Leur périple est semé d’embûches et de tentations. Ils doivent notamment affronter un monstre de pierre et traverser un torrent de lave. Ces péripéties offrent à Bava le prétexte de rivaliser d’ingéniosité et de composer des effets spéciaux visuels parfois naïfs, souvent sidérants. Avec des moyens modestes, il parvient à créer un univers onirique et morbide qui le distingue des productions anonymes de ses collègues. Hercule contre les vampires permet de vérifier les talents de coloriste de Bava, qui nimbe son film de couleurs violentes, capables de renforcer l’expressionnisme des décors. Les contraintes se transforment en défis de mise en scène. Grand formaliste, Bava s’exprime avec davantage de bonheur dans le cinéma fantastique, qui lui permet d’inventer des images poétiques, violentes et pulsionnelles, débarrassées du moindre souci de logique ou de réalisme. Le film appartient au sous-genre du péplum fantastique, qui combine la mythologie, l’action, à des éléments empruntés au cinéma d’épouvante gothique. Bava a souvent travaillé sur des productions commerciales hybrides qui lui permettaient paradoxalement d’introduire des obsessions personnelles, comme c’est le cas ici. La présence de Christopher Lee, dans le rôle du tyran Lycos, renvoie au monde des ténèbres qu’il avait si bien incarné en étant Dracula dans le film de Terence Fisher. Lycos n’est pas à proprement parler un vampire, contrairement à ce que suggère le titre français, mais il apparait comme un sorcier capable de réveiller des puissances infernales, adepte des sacrifices humains. C’est dans la dimension fantastique du film qu’éclatent la modernité de Bava et son imagination visuelle extraordinaire. La vision de zombies volants échappés de leurs sépultures annonce aussi bien les films d’horreur de Lucio Fulci que les débordements délirants des films de fantômes hongkongais. Quant à l’image, brève mais frappante, du visage de Lycos, reflétée à l’envers dans une flaque de sang, elle sera reprise telle quelle par l’un des plus fervents disciples de Mario Bava, Dario Argento, dans son chef-d’œuvre Les Frissons de l’angoisse. Longtemps méprisé et décrit par la critique comme un artisan sans ambition, Mario Bava se révèle aujourd’hui, au-delà de ses qualités artistiques, comme l’un des cinéastes les plus pillés de l’histoire du cinéma.

Hercule contre les vampires est proposé par Artus dans un combo DVD, Blu-ray et livre, qui permet de revoir ce classique du cinéma populaire italien en version restaurée et intégrale, avec un prologue, absent de nombreuses copies, qui plonge d’emblée le film dans une atmosphère fantastique.

Profitons de l’édition de ce film pour saluer la traduction en 2018, dans l’excellente collection « la muse celluloïd » de La Tour Verte, de l’essai d’Alberto Pezzotta Mario Bava, un désir d’ambiguïté, à lire pour tout savoir sur le réalisateur italien.

 

Catégories : Actualités

4 commentaires

  1. Rymé dit :

    Hâte de découvrir ce film…J’ai découvert Mario Bava grâce au cycle proposé par ARTE en 2017 il me semble.
    Depuis je découvre petit à petit son œuvre grâce aux magnifiques éditions proposées et qui rendent un bel hommage à ce génie.

    Y aura t-il d’autres films diffusés prochainement?
    Bien à vous.

    • Olivier Père dit :

      Pas de film de Bava programmé pour l’instant sur ARTE, mais des titres de Fulci et Argento prévus pour la fin de l’année. Bien à vous,

  2. Chris toffer dit :

    Bonjour. Est ce que les films de Fulci, qui seront diffusés, seront ceux déjà édités par les différents éditeurs français (le chat, artus..) ou en aura t on des nouveaux, inédits en vidéo ?
    Merci

    • Olivier Père dit :

      Nous allons diffuser L’Emmurée vivante, qui n’est pas encore sorti en blu-ray en France, mais qui a été réédité en salles l’année dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *