Olivier Père

Down by Law de Jim Jarmusch

Dans le cadre de son « printemps du polar », ARTE diffuse Down by Law de Jim Jarmusch lundi 30 mars à 22h25. Le film sera également disponible gratuitement en télévision de rattrapage sur ARTE.tv jusqu’au 5 avril.

Programmé la même soirée qu’Arizona Junior, Down by Law (troisième long métrage de Jim Jarmusch) participe comme le second film de frères Coen à l’apparition d’une nouvelle scène indépendante dans le cinéma américain, avec l’émergence de fortes personnalités, dans les marges de la production « mainstream ». C’est aussi la preuve que le film noir a traversé les époques et a su se réinventer à chaque nouvelle décennie – les deux titres sont particulièrement représentatifs de l’esthétisme des années 80, entre couleurs flashy et noir et blanc stylisé. Tandis que les frères Coen s’inscrivent dans une tradition satirique très américaine, le new yorkais Jarmusch a le regard tourné vers l’Europe. Enfant de la post-modernité, il ne retient du cinéma hollywoodien que ses poètes et ses parias, à commencer par Nicholas Ray, cinéastes des amants maudits et des perdants magnifiques. Jarmusch ancre son film dans une ville fantôme, la Nouvelle Orléans, dont il enregistre le déclin comme il le fera plus tard avec Detroit dans Only Lovers Left Alive. Le film débute par des travellings sur des paysages urbains transformés en cimetières désertés, sur la voix éraillée de Tom Waits, également acteur. Dès les premiers plans, nous sommes éblouis par la beauté de la photographie de Robbie Müller, génial chef-op des road movies existentiels de Wim Wenders, grand frère allemand de Jarmusch. Avec plus d’humour que Wenders, mais avec un dandysme comparable, Jarmusch imagine la rencontre improbable de trois anti-héros à la drôle de dégaine, sortes de Stooges dépareillés, enfermés dans la même cellule. Une gigantesque ellipse plus tard, qui évacue toutes les scènes obligées de la préparation d’une évasion, les voici en fuite dans les égouts, puis dans les bayous de Louisiane. Après la ville et la prison, le film épouse alors un monde naturel aqueux et inhospitalier, autre manière d’enfermer les trois hommes dans une promiscuité non désirée. Entre nonchalance du récit, pose rock et formalisme cool, Jarmusch impose son style. Il y restera fidèle, avec des fortunes diverses mais un amour réaffirmé des personnages flottants et des voyages immobiles.

Catégories : Sur ARTE

9 commentaires

  1. Gayo dit :

    3e long-métrage de Jarmush , après le génial Permanent Vacation (1980) et Stranger than Paradise (1984) et il tourne déjà en rond. Heureusement, Dead Man (1995) lui permet de sortir de l’ornière.

    • Olivier Père dit :

      Oui c’est vrai, Down by Law est en réalité un troisième film. Jarmusch est le seul réalisateur à a voir remporté la caméra d’or avec un deuxième film ! C’est vrai aussi que Dead Man reste son meilleur film.

  2. Ballantrae dit :

    Je pense que c’est avec Night on earth ( qui reprend vraiment le côté sketch de Mystery train) que Jarmusch tourne en rond et semble à court de nouvelles idées.
    Les quatre premiers films sont passionnants et poetiques et Dead man le remettra en selle.
    Idem après un Limits of control assez décevant il saura se réinventer notamment avec Only lovers left alive puis Paterson.
    Parions que le plutôt fainéant Dead don’t die pourra être oublié au profit de films plus intéressants.

  3. Ballantrae dit :

    Jarmusch est un cinéaste secret mais important dans le cinéma depuis les 80′ à mon sens precieux pour son sens de la poésie explicite dans Dead man et Paterson. Un cinéaste aussi talentueux dans son expressivite visuelle que sonore, un vrai amoureux de la musique de son temps: John Lurie puis Tom Waits, Neil Young, RZA et les moments extatiques de Only lovers…
    Cinéma de poésie donc qui ne compte pas tant de grands noms…et me semble indispensable!

    • Olivier Père dit :

      Paterson, très beau film de Jarmusch sur le rapport poétique au monde, et sur le monde devenu poésie, sera diffusé sur ARTE au mois de mai.

  4. Ballantrae dit :

    Au final qqs films mineurs ( Night on earth, Limits of control, Dead don’die, Coffee and cigarettes) mais tout le reste s’impose avec évidence. Pas si mal le parcours, non?
    Tous les cinéastes ne peuvent se targuer d’une telle régularité sur 40 ans! Y compris chez les plus grands …

  5. Ballantrae dit :

    Le passage de R Muller par les USA au mitan des 80′ est incroyable: la même année il signe la photo de Down by law et To live and die de Friedkin, deux projets plastiques somptueux et antinomiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *