Olivier Père

Liens d’amour et de sang de Lucio Fulci

 

Si Lucio Fulci (1927-1996) tourna beaucoup (quarante ans de production, cinquante-six films pour le cinéma et la télévision), au gré des modes du cinéma populaire italien, élève de Visconti et Antonioni, débutant comme assistant et scénariste de Steno (Stefano Vanzina) pour Un Americano a Roma, travaillant avec Totò, réalisant de nombreuses comédies pour le tandem Franco et Ciccio ou Adriano Celentano, il trouva dans la violence et l’horreur ses marques de cinéaste, au point de développer une approche de plus en plus personnelle du fantastique. Ses caractéristiques sont une atmosphère putride et onirique, des espaces déconnectés, des dimensions parallèles et des récits aléatoires, permettant ainsi le rapprochement vers Poe, Lovecraft mais aussi Artaud. Ses plus fameuses réussites se situent dans deux genres distincts, appartenant à deux périodes de la filmographie du cinéaste : le thriller morbide et le fantastique gore. Ses premiers films « cruels » sont le western Le Temps du massacre (… Tempo di massacro, 1966) avec Franco Nero, puis le drame historique Liens d’amour et de sang (Beatrice Cenci, 1969), véritable film maudit qui nous est proposé dans un superbe combo Blu-ray et DVD par l’éditeur Artus. Liens d’amour et de sang est l’adaptation méconnue d’une affaire criminelle du 17ème siècle qui offrit à Stendhal l’argument de l’une de ses chroniques italiennes, enflamma l’imagination de plusieurs dramaturges à différentes époques (Shelley, Artaud, Moravia…) et fut portée à diverses reprises à l’écran, dès le cinéma muet. La version cinématographique la plus célèbre demeure Le Château des amants maudits de Riccardo Freda, dont Bertrand Tavernier envisagea un temps d’entreprendre le remake, pour finalement réaliser un film au sujet proche, La Passion Béatrice. Liens d’amour et de sang, assez anachronique, survient en pleine vague du western italien et du giallo érotique ; il en adopte les tics visuels, alliés à un style expressionniste dégradé. Le cinéaste assouvit ses pulsions sadiques en insistant sur les scènes de torture. La violence extrême du film ne doit pourtant pas le réduire à un simple produit d’exploitation. La vie tragique de Béatrice Cenci, fille d’un aristocrate romain pervers et décadent qui terrorise sa famille et son entourage, inspire à Fulci un mélodrame sombre qui refuse le moindre lyrisme, et opte au contraire pour un récit morcelé et fragmenté. Fulci inverse la chronologie – la condamnation de Béatrice et de ses complices survient avant la révélation de leur crime – et insère des flash-backs à l’intérieur d’autres flash-backs. Cette histoire cruelle mêlant inceste et parricide offre l’occasion au cinéaste, qui deviendra quelques années plus tard le spécialiste du « gore » transalpin, de réaliser son chef-d’œuvre. Cette ambition formelle et la modernité de la mise en scène de Fulci ne seront pas saluées au moment de la sortie du film en Italie. Le cinéaste, victime de sa mauvaise réputation auprès de la critique, essuiera l’un de ses plus gros échecs. Liens d’amour et de sang connut une distribution française confidentielle et différée, amputé de scènes importantes. Cette édition blu-ray providentielle permet d’apprécier ce film à sa juste valeur, et de lui accorder enfin l’attention qu’il mérite, dans le riche panorama du cinéma italien des années 60-70.

Catégories : Actualités

3 commentaires

  1. damien dit :

    « élève de Visconti et Antonioni » et votre critique donnent envie de voir ce film. Merci pour l’info !

  2. damien dit :

    J’avais une autre question qui n’a rien à voir avec ce film…
    Comme vous êtes le directeur d’Arte Cinéma, comment se passent, en ce moment, les productions en cours ? Tous les tournages sont-ils arrêtés ? Le festival de Cannes va-t-il être annulé ?
    Pensez-vous qu’il va y avoir une période où les cinémas n’auront plus rien à projeter? Pareil pour Arte au niveau des nouveautés cinéma?
    Merci pour votre réponse

    • Olivier Père dit :

      Les tournages sont arrêtés un peu partout dans le monde, mais la plupart des réalisateurs continuent à travailler (à distance) sur leurs films en post-production. Le Festival de Cannes a annoncé qu’il reportait son édition, prévue pour fin juin début juillet si la situation le permet. Non il risque au contraire d’y avoir un engorgement des sorties lors de la réouverture des salles, en raison des nombreuses annulations de mars et avril. Ce retard va en effet provoquer un délai supplémentaire par rapport à la diffusion antenne de nos coproductions (respect de la chronologie des médias), mais cela concerne un nombre très limité de films – nous étions dans une période creuse de sorties salles, précédant le Festival de Cannes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *