Olivier Père

ARTE France Cinéma coproduit les prochains films de Tarik Saleh et Albert Serra et le premier long métrage de Charline Bourgeois-Taquet

Le comité de sélection d’ARTE France Cinéma, qui s’est réuni le jeudi 16 janvier, a décidé de s’engager sur trois nouveaux projets excitants : les prochains films de deux réalisateurs confirmés et le premier long métrage extrêmement prometteur d’une jeune réalisatrice française.

 

Boy from Heaven

de Tarik Saleh

Memento Film Production (France), Atmo (Suède), Kasbah Film (Maroc), Bufo (Finlande)

Avec Fares Fares.

Après Le Caire confidentiel (le 12 février 2020 sur ARTE), le cinéaste suédois d’origine égyptienne Tarik Saleh poursuit son exploration du monde musulman moderne, dans un thriller politique dont l’action se déroule dans une prestigieuse université religieuse au Caire. Le jour de la rentrée, le grand Imam s’effondre, mort, devant les étudiants. Démarre alors une guerre d’influence sans pitié pour lui succéder.

« J’ai envie d’ouvrir une boîte de Pandore et d’y embarquer le public avec moi. Montrer un monde lui-même imbriqué dans un univers plus large qu’aucune caméra n’a encore filmé. Ce n’est pas un film à proprement parler sur l’Islam, mais sur l’idéologie et la guerre des idées. Un propos plus politique que religieux. » (Tarik Saleh)

Tournage prévu en août 2020 au Maroc et en Suède.  

 

Bora Bora (titre provisoire)

de Albert Serra

Idéale Audience (France), Andergraun Films (Espagne), Rosa Filmes (Portugal), Lupa Film (Allemagne).

Avec Benoit Magimel.

Sur une île du Pacifique, l’histoire d’amour contrariée entre un diplomate français et une écrivaine polynésienne, sur fond de tensions raciales, de crises politiques et d’espionnage.

Albert Serra (La Mort de Louis XIV, le 12 février 2020 sur ARTE) s’empare du mélodrame.

Tournage prévu à partir de mi-juin 2020.

 

Les Amours d’Anaïs (1er film)

de Charline Bourgeois-Tacquet (photo en tête de texte)

Les Films Pelléas, Année Zéro (France)

Avec Anaïs Demoustier, Valeria Bruni Tedeschi.

Après son premier court métrage très remarqué Pauline asservie, Charline Bourgeois-Tacquet retrouve Anaïs Demoustier pour cette comédie sur les amours compliquées d’une trentenaire virevoltante, soudainement troublée par la femme de son amant.

Tournage prévu à l’été 2020.

Catégories : Actualités · Coproductions

5 commentaires

  1. ballantrae dit :

    Assez étonnant et du coup excitant ce nouveau projet d’A Serra.
    Je crois qu’il n’a pas fini de nous surprendre!
    En parlant projets soutenus par Arte, où en est le film d’A Harari dont l’ambition semble incroyable?
    J’ai entrevu un morceau de storyboard dans les derniers Cahiers…en savez vous plus?

    • Olivier Père dit :

      Le film est en finition de montage, nous l’attendons aussi avec beaucoup d’impatience. Le premier film d’Arthur Harari Diamant noir était très réussi.

  2. Damien dit :

    J’espère que de bons films vont naître de ce partenariat.
    A propos de Benoît Magimel, je viens de le voir dans le film « Une femme facile » qui se laisse regarder avec plaisir. On pense parfois au Mépris de Godard surtout grâce a la présence de Zahia. Mais dommage que le film n’affiche pas un point de vue plus affirmé surtout au niveau de la réalisation. Ça partait plutôt bien notamment quand la jeune cousine descend les escaliers a l’intérieur du bateau et que les râles et les souffles prennent le dessus. Un moment de cinéma était en train de naître. Mais le film quitte malheureusement trop rapidement cette atmosphère artistique pour être plus conventionnel et explicatif comme un téléfilm. Alors que Zahia et sa sensualité pouvait offrir un grand film. C’est comme si on avait demandé a une panthère de simplement lever la patte. Ou a Lionel Messi de rester sur le banc de touche…
    Le scénario très académique avec trop de personnages secondaires inutiles et surtout prétextes à un discours social simplet, prend le dessus au détriment de la création cinématographique. On dirait vraiment que le scénariste a fait le film sans la présence d’un réalisateur. C’est vraiment dommage. En se libérant du scénario et avec plus d’audace, il aurait pu sortir un très bon film.
    Olivier, Avez vous vu ce film ? Votre opinion ?

  3. damien dit :

    J’ai l’impression de jeter des bouteilles à la mer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *