Olivier Père

Une femme fantastique de Sebastián Lelio

ARTE diffuse Une femme fantastique (Una Mujer Fantástica), réalisé en 2017 par Sebastián Lelio, mercredi 11 septembre à 20h55. Le film sera également disponible gratuitement en télévision de rattrapage pendant sept jours sur ARTE.tv. A la suite de la mort soudaine de son compagnon, Marina, une jeune aspirante chanteuse de cabaret à Santiago, doit affronter une situation aussi douloureuse que choquante, liée à sa propre identité. Bouleversante histoire de deuil, de courage et d’amour, cette réussite du nouveau cinéma chilien a été récompensée par l’oscar du meilleur film étranger, après une présentation remarquée, et primée, à la Berlinale. En compagnie de Pablo Larraín (co-producteur de son film), Sebastián Lelio participe depuis les années 2000 au renouveau du cinéma latino-américain. Le Chili a vu émerger depuis une dizaine d’année une génération de cinéastes talentueux, attentifs aux singularités et à l’histoire d’un pays traversé par de violentes contradictions. Lelio a fait du couple et de la famille le terrain privilégié d’études sociales et psychologiques en prise directe avec la réalité du Chili, et qui évitent la moindre forme de grandiloquence. L’actrice transgenre Daniela Vega, qui porte Une femme fantastique sur ses épaules, a d’abord été recrutée comme consultante afin de rendre le scénario plus crédible. Elle a finalement été choisie par Sebastián Lelio pour interpréter le rôle principal de Marina. Malgré son sujet, Une femme fantastique n’est pas un film militant. Au-delà de sa dénonciation de l’intolérance et des préjugés contre les personnes transgenres, le réalisateur entend dresser le portrait de la société chilienne moderne, toujours hantée par les fantômes de la dictature. Il le fait avec beaucoup de pudeur et d’émotion, avec des touches de réalisme magique. Son film est un beau mélodrame sec et politique.

Daniela Vega dans Une femme fantastique de Sebastian Lelio

 

 

 

Catégories : Coproductions · Sur ARTE

2 commentaires

  1. m.a. acchiappati dit :

    un film merveilleux, fin, délicat, et pourtant fort et violent dans les sentiments et la pudeur

  2. Michèle Ettori dit :

    Tout a fait d’accord, c’est tres justement dit. Le sujet est dur mais il se dégage beaucoup de sensibilité et d’humanite. La mise en scene est subtile, Et la scene muette du miroir… dans la rue. ! J’ai ete tres touchée par la sobriete et la profondeur du jeu de l’actrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *