Olivier Père

Marius et Jeannette de Robert Guédiguian

En hommage au producteur Pierre Chevalier, directeur de l’unité fiction d’ARTE dans les années 90, disparu le 9 mars, ARTE bouleverse ses programmes et vous propose de voir, ou revoir, dimanche 24 mars à 14h30, Marius et Jeannette (1997) réalisé par Robert Guédiguian. Le film est également disponible en télévision de rattrapage sur ARTE.tv jusqu’au 12 avril.

Robert Guédiguian, dont c’est le septième long métrage, met en scène la naissance de l’amour entre Jeannette, une caissière mère de deux enfants, veuve d’un travailleur immigré et Marius, un gardien de chantier au passé mystérieux. Quadragénaires solitaires blessés par la vie, ils sont prêts à se battre pour retrouver le bonheur. « Je n’ai plus assez de musique dans mon cœur pour faire danser ma vie » : sous l’emprise de l’alcool, lui qui ne boit ordinairement jamais, Marius s’approprie cette citation de Céline, pour tenter d’expliquer à son ami le désespoir qui le frappe. Cette tristesse ne sera que passagère, tandis que les liens – physiques et sentimentaux – qui unissent les personnages se révéleront solides et durables. Robert Guédiguian assume la comédie, le mélodrame et même le roman-photo tout en proposant un petit inventaire des valeurs fondatrices de son cinéma. Avec Marius et Jeannette, il ne fait aucun doute que le cinéaste entend « réenchanter » le monde ouvrier et le peuple de gauche, dans une fiction optimiste qui laisse néanmoins entrer les inquiétudes de l’époque et les cicatrices de l’Histoire. il ne s’agit pas de rendre leur dignité à des hommes et des femmes qui ne l’ont jamais perdue, mais de leur conférer une dimension héroïque.

Marius et Jeannette appartient à la série des contes de l’Estaque, quartier populaire de Marseille. Histoire d’un couple, le film n’en demeure pas moins, avant tout, l’histoire d’un groupe. Robert Guédiguian réunit une nouvelle fois sa fidèle troupe d’acteurs, dont les trois principaux membres se nomment Ariane Ascaride (son épouse), Gérard Meylan (son camarade de classe) et Jean-Pierre Darroussin, et filme les lieux de son enfance. Profondément attaché à sa ville et à ses habitants, il en exalte la truculence et la solidarité. Les cours et les maisonnettes de l’Estaque se transforment en théâtre à ciel ouvert, où se joue une comédie humaine miniature, où le verbe tient lieu de soudure, de ciment entre les personnages.

C’est avec Marius et Jeannette que Robert Guédiguian a rencontré son premier grand succès. Cette histoire simple et universelle a su toucher le cœur d’un large public. Produit à l’origine comme un téléfilm ARTE, Marius et Jeannette a été sélectionné au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard, distribué en salles et a reçu de nombreuses récompenses. Toutes méritées.

Gérard Meylan et Ariane Ascaride dans Marius et Jeannette de Robert Guédiguian

Gérard Meylan et Ariane Ascaride dans Marius et Jeannette de Robert Guédiguian

 

 

Catégories : Actualités · Coproductions · Sur ARTE

2 commentaires

  1. Rémi dit :

    C’est le “J’accuse” du XXème siècle. Et nul doute que le prochain Guédiguian, prévu pour bientôt, sera le “J’accuse” du XXIème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *