Olivier Père

Le Voleur de Louis Malle

ARTE diffuse Le Voleur lundi 7 janvier à 20h55, lors d’une soirée avec deux films interprétés par Jean-Paul Belmondo – le second étant Un homme qui me plaît (1969) de Claude Lelouch.

« Il y a des voleurs qui prennent mille précautions pour ne pas abîmer les meubles, moi pas. Il y en a d’autres qui remettent tout en ordre après leur visite, moi jamais. Je fais un sale métier, mais j’ai une excuse, je le fais salement... »

Cette phrase, énoncée en voix off par Georges Randal (Belmondo) lors de la fameuse scène d’ouverture du film – le cambriolage nocturne, solitaire et méthodique d’une propriété cossue – annonce la couleur d’un film qui, malgré le luxe de sa reconstitution historique, évite tous les effets de séduction pour exprimer au contraire une colère et un mépris qui sont ceux de son personnage principal mais aussi de l’homme derrière la caméra.

Réalisé en 1967 par Louis Malle, Le Voleur est la libre adaptation du livre de Georges Darien, écrivain anarchiste dont l’œuvre se place sous le signe de la révolte et de l’écœurement. Le film dresse le portrait d’un homme qui, au début des années 1890, est devenu voleur par désillusion, dégoûté par l’hypocrisie de la société bourgeoise dont il est issu. Le film peint également le tableau politique de la France de la fin du XIXème siècle, période où l’anarchisme se répand. Le Voleur est l’un des plus beaux films de Louis Malle, et l’un des plus personnels. Le cinéaste s’identifie au personnage de Randal avec lequel il partage la même classe sociale, le même désir de transgression contre l’ordre établi et les bonnes moeurs. Au-delà des destinées individuelles des protagonistes de son film, libertaires ou réactionnaires, malhonnêtes ou conformistes, Malle propose une réflexion sur le pouvoir de l’argent. D’une sobriété et d’une gravité exceptionnelles, très loin de la décontraction qu’il pouvait exprimer dans ses grandes réussites des années 60 signées Godard ou de Broca, Jean-Paul Belmondo offre dans Le Voleur l’une de ses meilleures interprétations.

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *