Olivier Père

Prix Jean Vigo 2018 pour Un couteau dans le cœur et Shéhérazade ex aequo

Créés en 1951, les Prix Jean Vigo distinguent l’indépendance d’esprit, la qualité et l’originalité des cinéastes de court et long métrages. Plutôt que saluer l’excellence d’un film, le Prix Jean Vigo tient à remarquer un auteur d’avenir, à découvrir à travers lui une passion et un don. Le “Vigo » n’est pas un prix de consécration mais un prix d’encouragement, de confiance. Un pari. il a souvent récompensé des jeunes cinéastes à l’orée d’une belle carrière. Parions que ce sera le cas des lauréats de cette année, déjà auteurs de courts et de longs métrages remarquables et qui viennent d’enrichir un parcours cinématographique plus que prometteur.

Lundi 11 juin le jury du Prix Jean Vigo a récompensé trois beaux films et trois jeunes cinéastes talentueux lors d’une soirée au Centre Pompidou. Le Prix Jean Vigo du court métrage a été attribué à Guillaume Brac pour L’Amie du dimanche (produit par Nicolas Anthomé), première partie de Contes de juillet qui sortira en salles le mercredi 25 juillet, distribué par Les Films du Losange.

Guillaume Brac Prix Jean Vigo du court métrage 2018 © Alain Keit

Guillaume Brac Prix Jean Vigo du court métrage 2018 © Alain Keit

Exceptionnellement, le jury a décidé d’attribuer le Prix Jean Vigo du long métrage à deux films : Shéhérazade, premier long métrage de Jean-Bernard Marlin (produit par Grégoire Debailly) et Un couteau dans cœur, deuxième long métrage de Yann Gonzalez (produit par Charles Gillibert). Nous ne pouvons que nous réjouir des choix du jury Jean Vigo qui a cette année, comme souvent dans un passé proche, primé deux coproductions ARTE France Cinéma. Nous avons déjà salué ces deux films comme ils le méritaient au moment de leur présentation à Cannes (Un couteau dans le cœur était invité en compétition officielle, Shéhérazade en séance spéciale à la Semaine de la critique), nous ne manquerons de les accompagner lors de leur distribution en salles.

Un couteau dans le cœur sortira le mercredi 27 juin (distribué par Memento), Shéhérazade le mercredi 5 septembre (distribué par Ad Vitam).

Les deux films nous entraînent dans des univers très différents et témoignent d’une sensibilité artistique propre à leurs auteurs. il n’échappera pourtant à personne que Yann Gonzalez et Jean-Bernard Marlin ont glissé dans leurs films un hommage plus ou moins discret à Brian De Palma, l’un situant son thriller amoureux dans le monde du porno (bonjour Body Double), l’autre citant le générique de Scarface pour introduire son mélodrame des bas-fonds marseillais. De Palma est actuellement honoré à la Cinémathèque française, et c’est à un autre grand cinéaste, beaucoup moins prolifique hélas, que le jury du Prix Jean Vigo a décidé d’attribuer le Vigo d’Honneur cette année : Jean-François Stévenin, dont la riche carrière d’acteur ne doit pas éclipser les merveilleuses qualités de cinéaste. Seulement trois films réalisés chaque fois à près de dix ans d’écart, mais une empreinte durable et unique dans le cinéma français. Passe montagne, Double Messieurs et Mishka débordent d’amitié, d’aventure et de poésie, à l’image d’un homme qui a cultivé dans ses films l’art de la fugue et le goût des chemins de traverse. De Stévenin et de ses films nous parlerons très bientôt sur ce blog, en sa compagnie, avec un long entretien filmé que le cinéaste nous a accordé aujourd’hui.

 

Photo en tête de texte : Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin.

Yann Gonzalez et Jean-Bernard Marlin lauréats du Prix Jean Vigo 2018 © Alain Keit

Yann Gonzalez et Jean-Bernard Marlin lauréats du Prix Jean Vigo 2018 © Alain Keit

Vanessa Paradis et Kate Moran dans Un couteau dans le coeur de Yann Gonzalez

Vanessa Paradis et Kate Moran dans Un couteau dans le coeur de Yann Gonzalez

Catégories : Actualités · Coproductions