Vacances à Venise de David Lean

ARTE diffuse Vacances à Venise (Summertime, 1955) de David Lean dimanche 24 septembre à 20h55, en version restaurée. Le film sera également disponible en télévision de rattrapage pendant sept jours sur le site d’ARTE.

Le style de David Lean se caractérise par sa clarté et son classicisme. Dans la première partie de son œuvre, bien avant les superproductions historiques à grand spectacle, il est aussi à l’aise dans le drame que la comédie, comme en témoigne Chaussure à son pied en 1954 avec Charles Laughton. Lean est toujours tiraillé entre des aspirations personnelles très romantiques et parfois sombres, et son goût pour des projets ouvertement commerciaux. Le dernier film de cette période est Vacances à Venise, un mélodrame tourmenté avec Katherine Hepburn se déroulant dans une Venise de carte postale sublimée par le Technicolor. C’était paraît-il le film préféré de son auteur. Il s’agit d’un film étrange dont l’héroïne est une vieille fille américaine interprétée par la star vieillissante, antipathique, osseuse et sans la moindre once de séduction, névrosée et hystérique, dont les tentatives amoureuses, éveillées par la sensualité de la Cité des Doges, se soldent par des ratages humiliants. Ce film atypique dans la carrière de Lean est pourtant parfaitement représentatif de son style et de ses aspirations : beauté visuelle un rien figée et frigidité émotionnelle, maniaquerie de rombière et soif d’absolu. Beau film sur la solitude et la déception, Vacances à Venise aborde de manière explicite un thème qui traverse, parfois secrètement, parfois de manière assez crue (voir son dernier film, La Route des Indes), l’œuvre de Lean : la frustration sexuelle.

Vacances à Venise de David Lean

Katharine Hepburn et Rossano Brazzi dans Vacances à Venise de David Lean

Catégories : Sur ARTE

Comments