Olivier Père

Les Bas-fonds de Akira Kurosawa

Dans les années 50, Kurosawa sur la voie de la reconnaissance internationale que lui apportera Rashomon adapte plusieurs classiques de la littérature occidentale, transposés dans le Japon contemporain ou féodal : L’Idiot (1951) d’après Dostoïevski et Le Château de l’araignée (1957) d’après Macbeth de Shakespeare. On a longtemps reproché au cinéaste japonais de puiser son inspiration dans des œuvres exogènes, comme s’il s’agissait d’une trahison de ses racines culturelles. Rien n’est plus faux. Kurosawa respecte la réalité et les traditions japonaises, cela n’empêche pas ses films d’aborder des thèmes universels qui concernent l’humanité entière.

Les Bas-fonds (Donzoko, 1957) est une adaptation d’une pièce de Gorki, déjà portée à l’écran par Jean Renoir. Les Bas-fonds respecte la théâtralité de Gorki, puisque Kurosawa confine ses acteurs dans un décor unique de taudis. “Dans un quartier insalubre de Tokyo pendant l’ère Edo, une auberge est tenue par Rokubei et sa femme. Les ratés y trouvent refuge : un voleur, un ancien acteur, un ferrailleur, un ex samouraï… Tous ces gens qui vivent dans la misère, ont des rêves et des espoirs. Un jour, un mystérieux pèlerin arrive, et redonne courage aux habitants de l’auberge en leur mentant, leur faisant croire aux miracles. Le voleur Sutakichi (interprété par Toshiro Mifune acteur de prédilection de Kurosawa pendant cette décennie et la suivante, jusqu’à leur brouille définitive sur le tournage de Barberousse en 1965) tombe amoureux de Okayo, la sœur de la propriétaire, et souhaite partir avec elle. Mais la propriétaire ne le lui permettra uniquement s’il accepte de tuer son mari, or, celle-ci va tuer Rokubei toute seule et va faire porter le chapeau du meurtre à Sutakichi. Le seul à pouvoir l’innocenter, est le vieux pèlerin, qui a cependant pris la fuite… »

Les Bas-fonds fait parti des films sous-estimés de Kurosawa qu’il faut revoir. La violence de ce sous monde invivable soulève un dilemme qui reviendra souvent dans la filmographie de Kurosawa (voir le génial Dode’s Kaden) : faut-il trouver refuge dans le rêve et la folie ou affronter l’horreur de la réalité ?

Les Bas-fonds est disponible dans un combo Blu-ray + DVD édité par Wild Side dans la collection Akira Kurosawa, les années Toho.

Les Bas-fonds de Akira Kurosawa

Les Bas-fonds de Akira Kurosawa

 

 

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *