Pale Rider, le cavalier solitaire de Clint Eastwood

ARTE diffuse Pale Rider, le cavalier solitaire (Pale Rider, 1985), réalisé et interprété par Clint Eastwood, dimanche 27 août à 20h50. La mythologie personnelle de Eastwood a débuté grâce aux trois westerns italiens de Sergio Leone dans lesquels il interprétait un pistolero sans nom, aventurier cynique et mal rasé qui désacralisait la figure du cow-boy hollywoodien. De retour en Amérique, Eastwood va continuer à fréquenter le western, genre alors moribond. A quelques exceptions près – des titres anecdotiques – Eastwood va se réserver le soin de mettre en scène ces westerns, comme s’il tenait à garder le contrôle et maintenir un lien direct avec son premier mentor. Des quatre westerns qu’il a réalisés – sans compter Bronco Billy, sorte de western moderne – Pale Rider est sans doute le plus épuré, le plus sec, dans lequel il tente de renouer avec une tradition perdue du cinéma américain. L’influence de Leone s’y fait discrète.

Un cavalier mystérieux, habillé en pasteur, vient en aide à des chercheurs d’or menacés d’expulsion par le patron de la ville et ses tueurs à gages. Mais ne serait-il pas un imposteur, ou un revenant ?

Dans Pale Rider, Clint Eastwood reprend un sujet proche de son premier western L’Homme des Hautes Plaines réalisé en 1973, avec le même personnage de justicier fantôme qui semble surgir d’entre les morts pour accomplir sa vengeance. Douze ans plus tard les accents baroques du cinéaste débutant ont laissé la place à un fantastique discret et un classicisme sûr de lui. Pale Rider cite les quatre cavaliers de l’apocalypse de la Bible et L’Homme des vallées perdues, film mythique de George Stevens. La contribution au western de Eastwood est celle d’un héritier doublé d’un mémorialiste.

2118697 Pale Rider - Der namenlose Reiter

Pale Rider, le cavalier solitaire de Clint Eastwood

Pale Rider, le cavalier solitaire de Clint Eastwood

 

Catégories : Sur ARTE

Comments