Olivier Père

La Chienne de Jean Renoir

ARTE vous gâte lundi 8 mai avec à la suite deux chefs-d’œuvre de Jean Renoir qui sont aussi deux chefs-d’œuvre de Michel Simon : Boudu sauvé des eaux à 21h puis La Chienne (qui lui est pourtant antérieur, réalisé en 1931) à 22h20. Les deux films sont proposés en version restaurée et La Chienne sera également disponible en télévision de rattrapage sur ARTE+7 pendant sept jours.

La Chienne est adapté d’un roman éponyme de Georges de la Foucardière publié en 1929. Maurice Legrand, caissier dans une banque et peintre du dimanche, mène une morne existence aux côtés d’une épouse acariâtre. Il tombe amoureux d’une jeune fille des rues et devient la victime de la belle et de son souteneur. Deuxième film parlant de Renoir après On purge bébé, La Chienne inaugure une longue série de films sublimes et se caractérise par une utilisation déjà parfaitement maîtrisée du son direct, le beau souci du cinéaste. C’est effet l’atmosphère sonore qui confère au film son réalisme, tandis que le cadre a tendance à souligner la théâtralité des situations. La profondeur de champ renvoie souvent à la scène du théâtre. L’introduction nous montre d’ailleurs un spectacle de Guignol où les marionnettes présentent les personnages du film et se contredisent sur sa portée profonde : s’agit-il d’un conte moral ou d’une simple histoire de passion criminelle, mélange de boulevard et de fait-divers ? Au spectateur de trouver la réponse. L’interprétation géniale de Michel Simon et des autres comédiens possède sous la direction de Renoir ce mélange de vérité proche de l’improvisation et d’excentricité qui enrichit le dialogue entre la réalité et le théâtre au sein du film. Renoir a offert à Michel Simon (avec Jean Vigo et Sacha Guitry) les plus beaux rôles de sa carrière. La transformation du petit-bourgeois brimé par ses patrons et sa femme en amoureux transi poussé au crime puis en homme libre de toute entrave, au prix de la clochardisation, annonce bien sûr le personnage de Boudu que les deux artistes porteront ensemble à l’écran un an plus tard dans un autre chef-d’œuvre, Boudu sauvé des eaux.

Michel Simon et Janie Marèse dans La Chienne de Jean Renoir
© Les Films du Jeudi

Michel Simon et Magdelaine Bérubet dans La Chienne de Jean Renoir
© Les Films du Jeudi

Janie Marèse et Georges Flamant dans La Chienne de Jean Renoir
© Les Films du Jeudi

 

 

Catégories : Sur ARTE

3 commentaires

  1. ballantrae dit :

    Arte nous gâte effectivement! Et la programmation spécial Cannes est alléchante que ce soit pour revoir des films ( Timbuktu et Leviathan notamment) ou pour des séances de rattrapage ( Amour fou m’intriguait fortement mais je l’ai manqué lors de sa diffusion en salles).
    Bravo et merci, Olivier!

    • olivierpere dit :

      Merci à vous. Il y aura aussi Snow Therapy de Ruben Ostlund lundi 29 mai en prime time (son nouveau film The Square est en compétition à Cannes) et Saint Laurent de Bertrand Bonello en prime le mercredi 31 mai. On en reparlera bien sûr.

  2. Robert Prevel dit :

    Peut-être que je me méprends mais je perçois, entre autre, dans ce grand film une sorte de réquisitoire contre la peine de mort puisque le personnage de Dédé est victime d’une erreur judiciaire et qu’il sera exécuté pour le meurtre qu’il n’a pas commis … Renoir n’a pas du se faire beaucoup d’amis à l’époque …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *