Olivier Père

La Blonde ou la rousse de George Sidney

ARTE diffuse mercredi 23 décembre à 13h35, dans le cadre d’une journée Frank Sinatra – dont on célèbre le centenaire de la naissance – La Blonde ou la rousse (Pal Joey, 1957) de George Sidney. Le même jour on pourra voir à 20h45 le remarquable documentaire fleuve en deux parties de Alex Gibney Sinatra: All or Nothing at All (2015) consacré à la vie, la musique et la carrière du légendaire artiste surnommé « The Voice ».

Kim Novak et Frank Sinatra dans La Blonde ou la rousse

Kim Novak et Frank Sinatra dans La Blonde ou la rousse

Frank Sinatra est de nouveau au sommet de la gloire lorsqu’il joue dans La Blonde ou la rousse de George Sidney qui l’avait déjà dirigé dans Escale à Hollywood où il chantait (et dansait) aux côtés de Gene Kelly. Son Oscar pour Tant qu’il y aura des hommes en 1954 l’a remis en selle après une traversée du désert et sa carrière d’acteur s’enrichit de rôles dramatiques sous la direction de grands réalisateurs. Sinatra tournera avec Mankiewicz, Preminger, Minnelli, Capra ou Frankenheimer mais c’est surtout dans le registre de la comédie et du divertissement hollywoodien que sa filmographie s’épanouira, transposant sur grand écran la mythologie personnelle du crooner. Ainsi La Blonde ou la rousse est-elle une charmante comédie musicale située dans les coulisses des boîtes de nuit californienne, avec un Technicolor rutilant. Sinatra y interprète un chanteur et animateur de cabaret ambitieux peu avare de son pouvoir de séduction auprès de la gent féminine, notamment pour parvenir à ouvrir son propre night-club. L’année de son divorce avec Ava Gardner, Sinatra joue avec décontraction un personnage proche de ce qu’il est dans la vie : un homme à femmes. La Blonde ou la rousse met en scène la facette égrillarde et salace de Sinatra, insatiable charmeur prêt à conquérir toutes les belles femmes qui croisent son chemin, avec un bagout pas toujours très classe mais plutôt irrésistible. La blonde éclipse la rousse puisque Kim Novak la nouvelle star de la Columbia à l’époque est particulièrement sexy dans ce film, tandis que Rita Hayworth, qui connut son apogée en 1946 avec Gilda, n’est déjà plus au meilleur sa forme. Parmi d’autres standards Sinatra chante « The Lady Is a Tramp » dans La Blonde ou la rousse et rien que pour ces quelques minutes de bonheur le film de George Sidney mérite d’être vu.

 

Le film ressort également au cinéma à partir du 16 décembre, distribué par Park Circus et programmé à Paris à la Filmothèque du Quartier Latin.

 

Catégories : Actualités · Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *