Olivier Père

Shanghaï Express de Josef von Sternberg

ARTE diffuse Shanghaï Express (Shanghai Express, 1932) de Josef von Sternberg lundi 12 octobre à 22h35. Il s’agit du quatrième film de Sternberg avec Marlene Dietrich, et peut-être du plus beau. Entièrement tourné dans des studios hollywoodiens même s’il est censé se dérouler entre Pékin et Shanghaï, Shanghaï Express voit le triomphe du désir démiurgique et de la volonté de contrôle de Sternberg, capable de créer des univers exotiques par la magie des artifices cinématographiques, les jeux d’ombres et de lumières, portés ici à leur incandescence. Il s’agit d’une vision fantasmatique de l’Orient – ici la Chine plongée dans la tourmente de la guerre civile – dans laquelle évolue un petit groupe cosmopolite réunis dans un train puis pris en otage par un seigneur de guerre chinois, auquel seules deux femmes tiendront tête : l’aventurière Shanghai Lily (Marlene Dietrich) et sa compagne de voyage Hui Fei (la fascinante Anna May Wong). Hymne à la féminité, poème visuel à la gloire de Marlene Dietrich – Shanghaï Express est aussi un grand film sur la passion amoureuse, Shanghai Lily dissimulant sous ses allures de beauté froide et calculatrice un cœur de femme aimante entièrement dévouée à l’homme qu’elle retrouve par hasard dans le train, le capitaine Harvey (Clive Brook). Ce huis-clos ferroviaire offre la possibilité à Sternberg d’imaginer et d’animer un monde miniature peuplé de figures pittoresques et inoubliables, dans lequel s’exacerbent les passions humaines, des plus viles au plus sublimes. Sternberg érotise la moindre image de son film, d’une sophistication inouïe, accorde un soin fétichiste au moindre détail, pare son héroïne des étoffes les plus luxueuses – cette incroyable robe en plumes de coq noires. Le fétichisme est d’ailleurs au centre de l’art de Sternberg puisque ce sont les mains de Marlène, isolées du reste de son corps, qui expriment les sentiments et les transformations intimes de la scandaleuse Shanghai Lily – les mains jointes qui jaillissent de l’obscurité lorsqu’elle prie pour le salut de son amant.

Marlene Dietrich dans Shanghaï Express

Marlene Dietrich dans Shanghaï Express

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *