Olivier Père

Trois coproductions ARTE au Festival del Film Locarno

La manifestation cinématographique suisse, que nous avons eu l’honneur de diriger le temps de trois éditions, bat son plein. Son directeur artistique depuis 2012 Carlo Chatrian a choisi avec beaucoup de goût et de talent de nombreuses créations indépendantes d’avant-garde ou documentaires de jeunes cinéastes du monde entier – la prospection et la découverte demeurent la mission principale de Locarno, et aussi invité quelques maîtres à présenter leurs derniers travaux en date en compétition officielle – on est particulièrement curieux de voir les nouveaux films de Chantal Akerman (No Home Movie), Hong Sangsoo (Right Now, Wrong Then) et Otar Iosseliani (Chant d’hiver).

Parmi les hommages et invités (Michael Cimino, Bulle Ogier, Senta Berger, Marco Bellocchio…), il faut applaudir la rétrospective Sam Peckinpah qui permettra de revoir sur grand écran l’intégralité de l’œuvre du génial cinéaste américain – reprise en septembre à la Cinémathèque française.

Sam Peckinpah (1924-1985) sur le tournage de Croix de fer en 1977

Sam Peckinpah (1925-1984) sur le tournage de Croix de fer en 1977

 

Trois productions d’ARTE France Cinéma ou ARTE France seront présentées à la 68ième édition du Festival del Film Locarno, du 5 au 15 août 2015 : Amnesia de Barbet Schroeder – déjà montré en séance spéciale au Festival de Cannes, dont nous avons parlé à plusieurs reprises ici et qui sort en salles le 19 août – projeté sur la fameuse Piazza Grande, et deux films français en première mondiale dans la section Cinéaste du présent Le Grand jeu de Nicolas Pariser (photo en tête de texte) et Dom Juan de Vincent Macaigne.

Le Grand Jeu (coproduction ARTE France Cinéma) est le premier long métrage de Nicolas Pariser. Un film au classicisme assumé et à l’écriture brillante – les dialogues y jouent un rôle essentiel – qui bénéficie des interprétations nuancées et subtiles de Melvil Poupaud – digne héritier de Maurice Ronet, André Dussollier (aussi bon que chez Rohmer et récemment Desplechin) et Clémence Poésy – remarquable – dans les rôles principaux. Cinq ans après avoir reçu le prix Jean-Vigo pour son court métrage La République – sur les coulisses d’une campagne électorale, Nicolas Pariser poursuit avec son premier film l’exploration des arcanes du monde politique à travers la rencontre d’un jeune écrivain désabusé, Pierre (Melvil Poupaud) et d’un mystérieux homme d’influence, Joseph (André Dussollier), qui ourdit dans l’ombre une vengeance machiavélique. Sur fond de coups tordus et d’assassinats politiques, Le Grand Jeu est un thriller d’espionnage sur le pouvoir et l’engagement, entre Debord et Conrad, à contrecourant des modes mais ancré dans une certaine tradition littéraire et cinématographique.

Le Grand Jeu, distribué par Bac Films, sortira en salles le 16 décembre.

La cinéaste Lucie Borleteau (qui fait de la figuration dans le film) et Melvil Poupaud sur le tournage du Grand Jeu de Nicolas Pariser, à Paris

La cinéaste Lucie Borleteau (qui fait de la figuration dans le film) et Melvil Poupaud sur le tournage du Grand Jeu de Nicolas Pariser, Paris, 19 janvier 2015

 

 

Vincent Macaigne - déjà à Locarno en 2013

Vincent Macaigne – déjà à Locarno en 2013

Dom Juan est une fiction adaptée de la pièce de Molière en un road movie actuel et brutal, réalisée par Vincent Macaigne avec la troupe de la Comédie-Française : Gérard Giroudon, Alain Lenglet, Julie Sicard, Loïc Corbery, Serge Bagdassarian, Clément Hervieu-Leger, Gilles David, Suliane Brahim, Jérémy Lopez, Claire de la Rüe du Can. Cette fiction fait partie d’une collection initiée par ARTE France où des textes théâtraux suscitent de nouvelles adaptations et écritures pour la télévision.

Dom Juan, libertin impénitent et blasphémateur, séduit tout individu passant à portée d’yeux. Il conquiert ainsi Elvire et provoque sa malédiction lorsqu’elle se sait bernée. Irrespectueux envers son père, impie et fier de l’être, Dom Juan sera finalement châtié par le Commandeur qu’il tua jadis en duel.
Cette fiction de Vincent Macaigne, premier long métrage du comédien et metteur en scène de théâtre très actif au cinéma depuis quelques années, est coproduite par ARTE France – Unité fiction, La Comédie-Française, Agora Films et Maïa Cinéma. Son premier moyen métrage Ce qu’il restera de nous avait été salué en 2011, nous en parlions ici :

http://www.arte.tv/sites/fr/olivierpere/2013/05/17/ce-quil-restera-de-nous-de-vincent-macaigne/

 

N’étant pas à Locarno cette année, nous n’avons pas encore vu Dom Juan. Nous y reviendrons à l’occasion de sa diffusion prochaine sur ARTE, surveillez nos programmes !

Première image du Dom Juan de Vincent Macaigne

Première image du Dom Juan de Vincent Macaigne

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Actualités · Coproductions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *