ARTE France Cinéma coproduit les prochains films de Semih Kaplanoglu, Michelangelo Frammartino, Maria Schrader et Werner Herzog

En janvier 1996, ARTE et ses partenaires ARTE France, l’ARD et la ZDF décidaient de réunir leurs forces et signaient un accord de coproduction cinématographique. Créé à l’initiative de Heinz Ungureit de la ZDF, cet accord a pour objectif majeur d’apporter une contribution plus substantielle à six films de grands réalisateurs. Pour la diffusion, il permet de renforcer l’exposition du cinéma européen à travers ses grands auteurs. La sélection éditoriale est orientée par la dimension internationale du projet, de la production ou de l’auteur et exclut les premiers films et les documentaires. Bien qu’appelé communément « Grand Accord Franco-Allemand » par la profession, il n’a pas vocation à se concentrer sur des coproductions de films français ou allemands, celles-ci entrant dans la mission de coproduction nationale de chaque pôle. Son intention est, dès l’origine, de promouvoir les coproductions européennes qui encouragent ARTE dans sa volonté de contribuer à la vitalité d’un cinéma original et courageux, où la liberté de ton le dispute à l’audace de la forme.

Siègent au comité de sélection Andreas Schreitmüller (ARTE G.E.I.E.), Gebhard Henke (WDR), Meinholf Zurhorst (ZDF) et moi-même. Ce comité se réunit cinq fois par an pour décider de la coproduction en commun de six films. L’unanimité est requise. Les films sont proposés par les deux pays (trois chacun.) Les six films du Grand Accord entrent dans le quota de la vingtaine de films coproduits annuellement par ARTE France Cinéma.

Les trois films d’initiative française sont préalablement sélectionnés par le comité de sélection d’ARTE France Cinéma. Les trois films d’initiative allemande ne sont pas soumis à la validation du comité de Sélection d’ARTE France Cinéma. Dans tous les cas, le film qui bénéficie du Grand Accord Européen doit avoir un producteur français et un producteur allemand, ainsi qu’un distributeur dans chacun des deux pays.

Depuis un an les films d’initiative française ayant obtenu le Grand Accord sont Foxtrot de Samuel Maoz, Ma loute de Bruno Dumont et Paris est une fête de Bertrand Bonello, tous en préparation, déjà annoncés ici et dont les sorties en salles sont prévues courant 2015.

Elle de Paul Verhoeven avait été accepté pour un Grand Accord en 2014 mais les négociations avec le producteur on été interrompues et le film se fera finalement sans la participation d’ARTE.

Les films d’initiative allemande sont les nouveaux longs métrages de Semih Kaplanoglu, Michelangelo Frammartino, Maria Schrader (pour l’année 2014) et Werner Herzog (photo en tête de texte, premier choix de l’année 2015.)

Semih Kaplanoglu

Semih Kaplanoglu

Né en 1963, le cinéaste turc Semih Kaplanoglu avait été remarqué sur le plan international grâce à sa belle trilogie empreinte d’un réalisme spirituel sur la vie d’un poète que remontait de l’âge adulte jusqu’à son enfance, avec trois longs métrages respectivement découverts à la Quinzaine des réalisateurs en 2007 (Yumurta, « œuf »), à la Mostra de Venise en 2008 (Süt, « lait ») et enfin à la Berlinale en 2010 (Bal, « miel ») avec un Ours d’Or à la clé. Son nouveau film, en postproduction, est une ambitieuse fresque de science-fiction écologique intitulée Budgay (« graine »), avec Jean-Marc Barr dans le rôle principal. C’est une coproduction Kaplan Film (Turquie), Heimatfilm (Allemagne) et Sophie Dulac Productions (France).

Michelangelo Frammartino

Michelangelo Frammartino

Né en 1968 à Milan Michelangelo Frammartino est l’un des principaux protagonistes du renouveau du cinéma indépendant italien, avec deux longs métrages salués à juste titre comme l’apparition d’un talent original : Il dono (2003) et Le quatro volte (2010). Son troisième long métrage Tarda primavera (« printemps tardif », en hommage à Ozu) viendra compléter une sorte de trilogie informelle sur les croyances et légendes animistes du Sud de l’Italie, avec une relecture personnelle et poétique du Pinocchio de Collodi mêlée à une réflexion sur les cycles de la nature et de la vie. Tarda primavera est coproduit par Vivo film (Italie), Essential Filmproduktion (Allemagne), Coproduction Office (France) et Ventura Film (Suisse).

Maria Schrader

Maria Schrader

Avant l’aurore (Vor der Morgenröte) de Maria Schrader est une coproduction franco-allemande (Maha Productions/X-Filme Creative Pool/Dor Film) écrite par Jan Schromburg et Maria Schrader qui relate les six derniers mois de la vie de Stefan Zweig exilé avec sa femme au Brésil durant la Seconde Guerre mondiale. Actrice allemande très active et appréciée au théâtre, à la télévision et au cinéma Maria Schrader avait déjà réalisé en 2007 un premier long métrage, Vie amoureuse (Liebesleben).

 

 

 

 

 

 

 

Vernon God Little projet américain de Werner Herzog annoncé comme Grand Accord dans ce blog le 8 mars 2014 a été hélas définitivement abandonné par son réalisateur pour des questions de financement. Mais Herzog a plus d’un tour dans son sac et il revient avec un nouveau long métrage de fiction dont le tournage devrait débuter au mois d’avril en Bolivie : Salt and Fire écrit par Werner Herzog et librement inspiré par le roman Aral de Tom Bissel est un film d’aventures autour d’une catastrophe écologique qui promet de retrouver le cinéaste allemand haut perché dans sa veine iconoclaste et exploratrice, au cœur de décors naturels extraordinaires. Salt and Fire sera interprété par Veronica Ferres et Michael Shannon qui avait déjà tourné sous la direction de Herzog dans Bad Lieutenant – Escale à la Nouvelle-Orléans et Dans l’oeil d’un tueur en 2009.

Salt and Fire est une coproduction Benaroya Pictures (Etats-Unis), Skellig Rock (Etats-Unis), Construction Films (Allemagne) et La Bête Lumineuse (France).

 

Catégories : Coproductions

Comments