Nadia Comaneci, la gymnaste et le dictateur

mardi 23 août à 22h20 (56 min)

Quarante ans après l'exploit de la gymnaste Nadia Comaneci, l'extraordinaire destin d'une enfant de la Roumanie de Ceausescu devenue icône mondiale aux JO de Montréal, avec le premier "10 parfait" de l'histoire de sa discipline.

Le 18 juillet 1976, à Montréal, une jeune gymnaste de 14 ans fait une entrée fracassante dans la légende du sport. Devant plus de cinq cents millions de téléspectateurs médusés, Nadia Comaneci signe l'un des plus grands exploits de l'histoire de l'olympisme en devenant la première athlète de sa discipline à décrocher la note du "10 parfait". Une perfection si inédite que le panneau de notation n'est pas programmé pour et affiche à la place un ahurissant "1.00", entré lui aussi dans la légende. Surgie d'une bourgade roumaine que personne ne sait situer sur la carte, Onesti, et d'une équipe totalement inconnue, le petit ange aux rubans rouges, qui va au cours de ces Jeux décrocher un 10 à six autres reprises, et rafler trois médailles d'or, devient instantanément une icône planétaire.

Conte de fer

Mais le conte de fées qui fait rêver les petites filles du monde entier dissimule une réalité tragique : celle dans laquelle sombre jour après jour un pays affamé, sous le joug d'une des pires dictatures du bloc de l'Est. Nadia et son entraîneur Béla Károlyi, qui a forgé d'une main de fer, depuis sa plus tendre enfance, cette athlète sans égale, deviennent des figures clés de la propagande des Ceausescu : manipulées, instrumentalisées, mais aussi étroitement surveillées par le régime. Pola Rapaport retrace l'extraordinaire destin de la plus célèbre gymnaste du monde, depuis ses premiers pas sur la poutre, à Onesti, jusqu'à sa demande d'asile aux États-Unis, quelques semaines avant la chute du régime et l'exécution du couple Ceausescu. Un récit sobre et émouvant, qui croise des extraits de l'autobiographie publiée en 2003 par Nadia Comaneci, Letters to a young gymnast, avec d'autres témoignages (dont ceux de Béla Károlyi, désormais entraîneur au Texas, et de Gabriela Geiculescu, une ancienne coéquipière) et de nombreuses archives.

Réalisation:  Pola Rapaport