développement, écriture, projet, tournage

Séries Françaises. Les 10 projets qui promettent (2016)

SeriesFR2016

Tous les ans, à l’aide du hors-série Production qu’Ecran Total met au monde, je réalise une sélection totalement subjective des projets de séries françaises qui me donnent l’eau à la bouche. Voici mon top 10… et quelques autres. La moisson pour les années à venir s’annonce franchement enthousiasmante.

 

10. Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux (M6)

Histoire. Romain est un psychologue terrorisé par les conflits qui revient habiter dans la ville de son enfance avec sa compagne Babette, une actrice bobo, enceinte de leur premier enfant. Il retrouve Frédéric, son meilleur ami d’enfance, qui a repris la prospère agence immobilière de son père, marié à Séverine, une très belle femme totalement superficielle. Qu’importe leurs femmes aux antipodes, les deux amis deviennent vite inséparables.

La créatrice de Fais pas ci, fais pas ça revient aux manettes d’une nouvelle série. Anne Giafferi a déjà prouvé qu’elle sentait particulièrement bien l’humour du quotidien qui révèle quelque chose en nous et sur nous. On attend au moins autant de sa part pour sa nouvelle création qui, en seulement quelques mots dans un synopsis, parvient à alimenter ma machine à fantasmes humoristiques.

Statut : En écriture. Format : 6×52′. Écrit par : Anne Giafferi. Production : Gazelle & Cie / Coproduction : Adventure Line Productions.

 

9. La Dernière Vague (France 2)

Histoire. Brizan était une paisible station balnéaire des Landes jusqu’à ce qu’arrive la Vague : un déferlement de nuages tel un tsunami, paralysant la ville, provoquant un regain d’agressivité du règne animal et d’intenses perturbations électromagnétiques. Lorsqu’elle se retire pour stagner au-dessus de l’océan, plusieurs personnes ont disparu. S’agit-il d’un accident météorologique et d’enlèvements criminels ou, comme l’affirment certains, d’un signal envoyé par la nature ?

Que France 2 commande une série sur une station balnéaire, ça n’a rien de bien original. Mais que cette ville soit la cible d’un événement fantastique, ça peut potentiellement tout changer. Après Les Revenants qui s’était imposée naturellement dans le domaine de l’étrange, tient-on là une nouvelle autre création française, peut-être plus accessible, qui va encore enfoncer le clou ? Allez, parce qu’on y voit aussi un peu de The Mist par exemple, on croise les doigts.

Statut : En développement. Tournage : 2016. Format : 6×52′. Écrit par : Alexis Le Sec et Raphaëlle Roudaut. Production : Kwaï.

 

8. Zanzibar.com (sans diffuseur)

Histoire. Gaël Chevrier, 28 ans, est embauché comment intérimaire chez Zanzibar.com, leader mondial de la vente par correspondance. Mais Gaël n’est pas un « zanzibien » comme les autres. Il est en réalité pigiste indépendant et enquête sur les conditions de travail particulièrement inquiétantes.

La question de la précarité du travail n’a jamais été autant d’actualité. Cette série, sur la base du travail réalisé par Jean-Baptiste Malet dans son ouvrage « En Amazonie…« , devrait rebondir sur cette problématique sociale. Toute la difficulté pour ses auteurs va consister à s’affranchir de la réalité afin d’extraire de cette critique sociétale des personnages attachants. Mais c’est un travail qui, s’il s’avère réussi, devrait être passionnant à découvrir.

Statut : En développement. Écrit par : Lionel Pasquier et Frédéric Faurt, d’après l’ouvrage En Amazonie – Infiltré dans le meilleur des mondes, de Jean-Baptiste Malet. Production : La Boîte à Images.

 

7. L’Orchestre Rouge (sans diffuseur)

Histoire. Désormais légendaire, l’Orchestre rouge fut le réseau de renseignement le plus important et le plus efficace de la deuxième guerre mondiale. Implanté au cœur même de l’empire nazi, tissant sa toile sur toute l’Europe occupée, il a joué un rôle décisif dans la défaite allemande.

Depuis que je réalise cette sélection tous les ans, j’ai disqualifié presque systématiquement toutes les séries en costumes ; c’est un genre qui ne m’a jamais profondément passionné, sauf quand j’ai l’impression de ne pas lire un bouquin d’histoire. C’est le cas de l’Orchestre Rouge qui fait référence à ce réseau de renseignement mis en place par l’URSS à l’époque du régime nazi. L’espionnage est un domaine qui est régulièrement prolifique à la télévision ; Deutschland 83 n’a fait que confirmer cette impression récemment. Il sera intéressant de voir comment cette page de l’histoire sera traitée par les auteurs.

Statut : En développement. Format : 8×52′. Écrit par : Nicolas Lunarossa, d’après l’œuvre éponyme de Gilles Perrault. Production : Compagnie des Phares et Balises.

 

6. La théorie du genre (sans diffuseur)

Histoire. Perdu au milieu de la foule de l’aéroport de Roissy, le visage d’un homme, Jules 30 ans, apparaît. Beauté féline, yeux perçants, barbe de quelques jours. Malgré un charisme indéniable, l’homme semble pourtant fébrile lorsqu’il prend place dans la file pour passer le poste frontière. Même le sourire d’une jolie femme dont il croise le regard ne parvient pas à le détendre. C’est enfin à son tour de s’avancer vers le guichet de la douane. Face à lui, le policier regarde le passeport puis le dévisage longuement, il semble étrangement interloqué…

Il faut une fiction qui va être capable d’aborder, en France, l’offensive idéologique de l’Église envers les politiques qui remettent en cause la vision traditionnelle des sexes. Et c’est tout le mal que l’on souhaite à Virginie Sauveur qui a travaillé sur Engrenages et a créé Virage Nord. Le synopsis révèle toute la finesse de ce projet qui, semble-t-il, aura pour protagoniste un personnage ayant changé de sexe. Ce projet de série promet en tout cas de nous plonger au cœur des maux qui rongent la société française – difficile de ne pas s’en réjouir !

Statut : En développement. Format : 6×52′. Écrit par : Virginie Sauveur et Raphaëlle Roudaut. Production : Day for Night Productions.

 

5. Kim Kong (Arte)

Histoire. Alors qu’il tourne en Asie un blockbuster d’action sans âme, Mathieu Stannis, réalisateur aigri et frustré, se fait kidnapper par des agents d’une dictature voisine. Furieux de la nullité du cinéma de son pays, son dirigeant souhaite confier au Français la réalisation d’un nouveau King Kong qui chante les louanges de sa patrie.

J’ai explosé de rire à la lecture de ce synopsis. C’est généralement bon signe. Kim Kong m’a immédiatement rappelé Tropic Thunder, un film idiot et amusant réalisé par Ben Stiller. Pas besoin d’écrire trois pages à son sujet, le simple fantasme devant cette idée de série suffit, non ?

Statut : En développement. Tournage : 2016. Format : 3×52′. Écrit par : Simon Jablonka et Alexis Le Sec. Production : Kwaï.

 

4. HSE – Human Stock Exchange (sans diffuseur)

Histoire. Alors qu’une crise sans précédent a ravagé l’ensemble de la planète, une valeur financière semble résister… l’humain. Grâce au Human Stock Exchange, les élites de la société peuvent se faire coter en bourse. Danny Doyle, un type ordinaire, parvient miraculeusement à entrer au HSE. Mais ce qu’il pensait être un rêve va se transformer en cauchemar.

L’année dernière, j’évoquais La Liste, un thriller sur le monde actuel de la finance. Cette fois-ci, HSE nous propose une plongée dans un futur encore plus apocalyptique où les personnes pourraient être cotées en bourse. Le sujet est prometteur, il est d’ailleurs accompagné par un scénariste, Olivier Kohn, dont j’apprécie le travail. Il a notamment créé Reporters, une série remarquable. Le tout repose sur une BD de Xavier Dorison en trois volets (le troisième volet n’est pas encore paru) apparemment appréciée par la critique et son public.

Statut : En développement. Format : 8×52′. Écrit par : Xavier Dorison, Olivier Kohn, d’après la bande-dessinée de Xavier Dorison et Thomas Allart. Production : Kwaï.

 

3. Ad Vitam (Arte – saison 2 officieuse de Trepalium)

Histoire. Une ville, on ne sait où, on ne sait quand. La doyenne a 165 ans, la moyenne d’âge est de 83 ans. Un système de régénérescence a été trouvé et permet peu à peu d’atteindre le rêve de l’éternelle jeunesse et de l’immortalité. Mais que faire de la « véritable » jeunesse dans un monde où les anciens ne meurent plus ?

Vous me connaissez, j’aime les projets qui partent d’un concept fort et qui emploient, surtout, ce concept au service de personnages originaux. La disparition de la vieillesse, même si ça complique particulièrement le tournage dans le cas de nombreuses saisons, est en soi un sujet passionnant, car il peut remettre en cause tous les fondements de notre société de consommation – et donc le jeu d’apparences d’hommes et de femmes, nous, auquel nous nous soumettons désormais chaque jour. Et, surtout, Ad Vitam est un projet porté par Thomas Cailley à qui l’on doit ce film étrange et vivifiant intitulé Les Combattants. Qu’il faut voir. On peut donc s’attendre à un traitement surprenant. Très intriguant.

Statut : En écriture. Tournage : 4e trimestre 2016. Format : 6×52′. Écrit par : Thomas Cailley et Sébastien Mounier. Production : Kelija.

 

2. Irresponsable (OCS)

Histoire. A l’aube de ses 30 ans, sans boulot ni argent, Julien, véritable loser immature, est contraint de retourner vivre chez sa mère, dans sa ville natale. Là, il tombe par hasard sur Marie, son premier grand amour à l’adolescence, qui avait à l’époque disparue du jour au lendemain, sans explications. Marie lui annonce qu’elle a un fils de 15 ans, Jacques… et qu’il en est le père !

Ça y est, on le tient enfin, notre How Not To Live Your Life français ? Ce branleur, idiot, qui, par sa nonchalance poussée à l’extrême, fait résonner en nous toute les facettes régressives de notre caractère, est-ce que ce sera le Julien imaginé par Frédéric Rousset ? Sortant du cursus Séries TV de la Fémis, cet auteur avait eu l’occasion de montrer un premier pilote d’Irresponsable à Séries Mania. L’accueil avait été très chaleureux. On espère qu’il saura confirmer cette première bonne impression sur la longueur.

Statut : En postproduction. Format : 10×26′. Écrit par : Frédéric Rosset, Camille Rosset et Maxime Berthemy. Production : Tétra Media Fiction.

 

1. Reality+ (sans diffuseur)

Histoire. Grâce à la puce Reality+, n’importe qui peut changer d’apparence. Chaque utilisateur découvre ainsi cette vie 2.0 maquillant tous les défauts et les imperfections d’une vie classique.

En première position, j’installe à nouveau un récit d’anticipation. Parce que j’aime ça, évidemment. Parce que ça me fait penser tour à tour à Black Mirror ou à Real Humans, bien sûr. Et puis aussi parce qu’à la base de ce projet de série, il y a un court-métrage très remarqué à partir duquel il est aussi possible de se faire une idée, de toute évidence. Et ça donne très, très, très envie. Pas vous ? Ci-dessous, la bande-annonce du court-métrage :

Statut : En développement. Écrit par : Coralie Fargeat, Quoc Dang Tran. Production : Leonis.

 

Au rayon des autres nouveautés, mon œil s’est notamment posé sur :

P4 (Aeternam Films – sans diffuseur), une comédie sur la dernière année du service militaire obligatoire ;

Chez Arte avec Au-delà des murs (Lincoln TV), série fantastique du duo Hadmar/Herpoux, avec Héroïnes (Elzévir Films), sur des ouvrières qui décident de se battre et avec La Divine (One World Films) sur l’histoire du Tennis et en particulier celle de Suzanne Lenglen ;

Chez France 4 avec Loin de chez nous (Calt), une comédie sur des soldats français en Afghanistan et Dead Landes (Shine France Films), série fantastique créée notamment par François Descraques ;

Quatre projets d’adaptations chez TF1 avec Sam (Authentic Prod) sur une prof délirante, Le Secret d’Elise (Quad TV) sur une histoire de fantôme, La Chute (Leonis) sur un tueur de femmes et Unité 9 (Calt) sur l’incarcération ;

Et enfin chez HD1 – OUAIS LA TNT !!! – avec Zadig et ta mère (Made in PM) sur deux familles de milieux différents. Pour la curiosité essentiellement.

 

Pour terminer, on continue de suivre le petit bout de chemin de séries dont j’ai déjà abordé l’existence dans les tops des précédentes années (2013, 2014 et 2015). Plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs sur le point d’être diffusées… vous en entendrez parler prochainement. Chez Canal+ : Baron Noir, Jour Polaire, Les Sauvages, Section Zéro, The Young Pope, Les Disquettes ; chez Arte : J’ai 2 amours, Trepalium, Transferts, Cannabis ; chez France 2 : Speakerine ; et TOUJOURS sans diffuseur : Une fois par an, La Liste, Rubber Ducks et La Vallée.

 

Avertissement : Dans le cadre d’un projet de websérie, je suis lié contractuellement à Shoot Again Production du groupe Tétra Media Studio.

Catégories : Point de vue · Série française