Thema

La Villa Médicis, pour l'amour des arts

Arts & spectacles classiques -
53 min

La Villa Médicis hébergea des artistes français de renom : François Boucher, Jean-Honoré Fragonard, Jacques-Louis David, etc. À l’occasion des 350 ans de la création de l’Académie de France à Rome, cette plongée au coeur d'une institution unique en dévoile les beautés et les secrets.

C’est à Rome qu’il faut chercher l’un des plus beaux trésors de notre patrimoine national. Du haut de la colline du Pincio, la Villa Médicis, lieu de résidence pour des artistes français, domine la cité éternelle. Créée en 1666 par Louis XIV, l’Académie de France à Rome est à l’origine un lieu d’enseignement des beaux-arts dont les pensionnaires ont pour mission d'égaler les grandes œuvres de l'Antiquité. Au début du XVIIIe siècle, devenue une référence pour toute l'Europe, elle héberge des artistes français de renom : François Boucher, Jean-Honoré Fragonard, Jacques-Louis David, etc. En 1803, Napoléon fait l’acquisition de la Villa Médicis pour y installer l’Académie, à laquelle il donne un nouveau souffle.

Filiations

Aujourd’hui dirigée par Muriel Mayette-Holtz, la Villa Médicis accueille chaque année une douzaine d’heureux élus représentant différentes disciplines artistiques. Ils s'y consacrent en toute liberté à leurs travaux, tout en tissant une filiation avec leurs illustres prédécesseurs, dont la mémoire est partout présente. La caméra pénètre dans les pièces les plus étonnantes de ce palais, telle la "chambre turque", perchée dans les étages, où résida Ingres et qui inspira à Balthus, lui-même directeur de l’institution pendant dix-sept ans, le célèbre tableau éponyme. Entre déambulations dans les appartements ou les jardins et conversations avec des pensionnaires, des historiens de l’art, des restaurateurs et des conservateurs, l'une des plus prestigieuses institutions culturelles de l'Europe livre quelques-uns de ses secrets les mieux gardés.

Générique
  • Réalisation :Laurence Thiriat
  • Pays :France
  • Année :2015
  • Origine :ARTE F
Commentaires (0)