Brigitte & Jonathan Meese : une mère et son fils

Quand la réalité rencontre l’art

Brigitte & Jonathan Meese : une mère et son fils preview image

Jonathan Meese, surnommé « l’archi-artiste », sa mère surprotectrice Brigitte Meese et un jouet robotisé nous donnent à voir un processus de création artistique.

Qu’est-ce que l’art ? Comment naît-il et d’où vient-il ? La première production en réalité virtuelle de l’artiste Jonathan Meese et de sa mère Brigitte Meese est une plongée dans la dictature de l’art, une performance dans laquelle fusionnent réalité et mythe de l’artiste agrémentée d’une dose d’absurdité.

Dans l’atelier virtuel de l’artiste, l’observateur assiste à la naissance d’une œuvre totale et futuriste à 360°. Endormi, l’artiste fait des rêves incroyables dont il puise son inspiration. Sa mère entre alors dans la pièce avec du café et l’incite à peindre. Une autre « maman Meese » les rejoint ensuite, puis une autre et encore une autre… Dans un élan créatif, l’artiste se met à peindre, car « pour faire de l’art, il suffit de se lancer et on produit alors des choses encore plus géniales que Picasso ».

Alors que le célèbre film de Clouzot Le mystère Picasso (1956) montre le processus de création en deux dimensions, l’observateur est ici au cœur de l’action dont il palpe le caractère mystérieux. L’atelier virtuel, d’un blanc immaculé, devient une toile multidimensionnelle. Les doubles de la mère commentent le travail, le jugent et le provoquent, le transformant en une réflexion sur Alfred Hitchcock, Anthony Perkins, Richard Wagner et Joseph Beuys. De cette réflexion découle une conclusion claire : nous sommes toutes et tous des artistes, du moins derrière un casque VR…

Coopérant depuis de nombreuses années, ARTE et les Berliner Festspiele/Immersion s’associent à des artistes pour explorer les possibilités et les limites de la réalité virtuelle et des productions à 360°.

À l’automne 2017, Metropolis a rencontré Jonathan Meese dans son atelier à l’occasion de la création de son opéra Mondparsifal aux festivals de Vienne et Berlin.

Réalisation : René Päpke, Robin von Hardenberg ; concept/idée : Jonathan Meese ; mise en scène : Henning Nass ; conseil en mise en scène : Thomas Oberender, Jutta Wangemann ; accessoires : Caroline Rössle-Harper ; directeur de la photographie : Philipp Wenning ; assistants caméramans : Kevin Ruhland, Mats Meisen ; chef électricien : Andreas Schwab ; électricien : Julian Lück ; musique : Bernhard Lang ; montage : René Päpke ; compositing/3D : Paul Schunack, Alexander Court, Lukas Scholz, Dennis Röscheisen ; son : Sven Mühlender ; direction technique KOBALT : Martin Michaels ; production : KOBALT Kreation, Berliner Festspiele/Immersion, ZDF/ARTE ; productrice : Julia Schmejkal ; chargés de programme : Simon Ofenloch (ZDF/ARTE), Kay Meseberg (ARTE360/ARTE G.E.I.E.), Caroline Mutz (ARTE G.E.I.E.), Annina Zwettler (ARTE Deutschland), Jochen Werner (Berliner Festspiele)

Berliner Festspiele/Immersion : direction artistique : Thomas Oberender ; direction technique : Matthias Schäfer ; coordination du projet : Marie-Kristin Meier ; assistant de coordination : Adrian Waschmann ; technique : Ivan Jovanovic, Sybille Casper, Mirco Neugart, Martin Zimmermann

Atelier de Jonathan Meese : coordination : Doris Mampe, Mathilde Walter; installation et logistique : Stephan Kallage

Crédits

  • Concept/idée - Jonathan Meese
  • Réalisation - René Päpke, Robin von Hardenberg
  • Mise en scène - Henning Nass
  • Production - KOBALT Kreation, Berliner Festspiele/Immersion, ZDF/ARTE

Sorry

Site unsupport
Update browser