Lorient, le port d’attaches

Préparation à Lorient

Lorient, le port d'attaches

Préparation à Lorient

L’histoire du quintet Direwolves débute en l’an de grâce 2011. Et comment souvent, elle est le fruit de deux ingrédients :

Une amitié inébranlable : à l’exception de Pierre, le chanteur, Brestois de son état, Benjamin, Jean, Matthieu et Yann-Maël, âgés de 28 à 30 ans, se côtoient depuis les bancs du lycée ou presque et ont déjà eu des projets en commun par le passé. Bien se connaître, s’apprécier est évidemment crucial car, comme le confie le bassiste Benjamin, « un groupe, c’est une vie de couple à cinq ».

Un terrain de jeu favorable : la ville de Lorient, avec ses studios de répétition municipaux ouverts à tous, et la Bretagne, terre celte peuplée de quelques salles de musiques actuelles et de nombreux cafés-concerts, disposent d’une scène alternative relativement active.

Quatre ans d’existence, deux disques dans les bacs et une centaine de concerts plus tard, Direwolves s’est embarqué, du 13 au 17 mai derniers, dans sa sixième tournée, de Fontenay-Le-Comte (Vendée) à Nantes en passant par Strasbourg et Genève.

Concilier les périodes de congés des cinq artistes, qui ont tous un emploi en parallèle, définir un trajet cohérent en sollicitant des promoteurs locaux parfois surchargés de demandes, le tout en étant dans l’optique de ne pas perdre d’argent plutôt que d’en gagner : quand on évolue dans les musiques en marge, une tournée, ce n’est pas forcément le pied à organiser…

Les Direwolves (littéralement, « loups sinistres ») sont des canidés qui ont habité l’Amérique du Nord au Pléistocène et se sont éteints éteint il y a environ dix mille ans, nous apprend Wikipédia. Ils sont aussi le blason de la maison Stark, dans la série télévisée à succès Game of Thrones.

« Un groupe, c’est une vie de couple à cinq. »