D’un film à l’autre: nouvelles en vrac

Le problème avec les investigations au long cours c’est qu’elles ne vous lâchent pas ! Jamais !

 Escadrons de la mort : l’école française

 C’est ainsi que j’ai témoigné pour la septième fois dans un procès contre les généraux de la dictature argentine, car depuis la sortie de mon film et livre Escadrons de la mort : l’école française, en 2003 et 2004, je suis considérée comme « témoin clé » dans les multiples procédures que mon enquête a permis (en partie) de ré-ouvrir. Après m’être rendue deux fois physiquement dans les tribunaux argentins (voir les articles de Télérama), j’ai demandé à témoigner désormais par vidéo-conférence.

argentine 2Mardi 3 mars, j’ai donc rejoint l’ambassade d’Argentine à Paris pour être auditionnée pendant … cinq heures dans le grand procès qui se tient actuellement à Buenos Aires sur l’opération Condor. De nouveau j’ai expliqué le rôle de la « doctrine française », développée par les militaires français pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie, dans la genèse de cette opération criminelle lancée dans les années 1970 par les dictatures du cône Sud (Chili, Argentine, Paraguay, Brésil, Uruguay, Bolivie). J’invite ceux qui ne connaissent pas cette « face cachée de la France » , pour reprendre les mots de Bernard Stasi, lorsqu’il m’a remis le prix du « meilleur documentaire politique » au sénat, à voir mon documentaire Escadrons de la mort : l’école française ou à lire mon livre éponyme.

 Les pirates du vivant

colloque1colloque 3

Le 5 mars, j’animais un colloque sur la biopiraterie organisé par la Fondation France Libertés à l’Assemblée Nationale. En 2009, c’est Danièle Mitterrand qui avait présidé un premier colloque sur le même thème et au même endroit. Dans mon introduction, j’ai repris l’histoire du haricot jaune qui commençait mon film Les pirates du vivant (2005). Le Mexique est le centre d’origine du haricot : on y trouve des haricots noirs, blancs, rouges et … jaunes, une variété qui n’était pas cultivée aux Etats Unis. Dans les années 1990, un fermier américain, dénommé Larry Proctor, a acheté un sac d’haricots jaunes sur un marché de Mexico , puis les a semés dans sa ferme du Colorado. Après deux ans d’ « essais », il a déposé une demande de brevet auprès de l’office des brevets de Washington et l’a obtenu. Résultat :  les paysans mexicains ne pouvaient plus vendre leurs haricots jaunes aux Etats Unis sans payer de royalties à Proctor….Finalement, après une longue bataille judiciaire, le Mexique a obtenu l’annulation du brevet peu de temps après la diffusion de mon film. Le colloque organisé par la Fondation France Libertés intervenait quelques jour avant la présentation d’un projet de loi , concocté par la ministre de l’Écologie Ségolène Royal, visant à protéger la biodiversité. C’est urgent, en effet ! D’après les scientifiques, la moitié des 1,8 million d’espèces animales et végétales identifiées pourraient disparaître avant la fin du XXIème siècle. L’hécatombe est telle qu’ils parlent de la « sixième extinction des espèces », la cinquième ayant eu lieu il y a 65 millions d’années avec la disparition des dinosaures. Le responsable ? L’homme ! Destruction d’habitats naturels, pollutions de toutes sortes, extermination physique (chasse, pêche, contrebande) et privatisation du vivant (à travers les brevets) font que nous sommes en train de « couper la branche sur laquelle nous sommes assis », comme l’a dit Hubert Reeves, le président de l’association Humanité et Biodiversité (Libération du 14 mars). En clair : nous sommes en train de créer les conditions de notre disparition, dans l’indifférence (quasi) générale…

Sacrée croissance !

Cela fait quelque temps que je n’ai pas donné de nouvelles de ma « tournée » pour Sacrée croissance ! Pour dire la vérité, il est impossible que je réponde à toutes les demandes qui continuent d’arriver au rythme de plusieurs par jour à l’adresse de m2rfilms. Il me faut donc choisir et c’est un vrai casse-tête !

La bonne nouvelle c’est que partout où je vais les salles sont pleines, preuve que le film remplit sa fonction : celle de susciter le débat, d’inspirer et de mobiliser citoyens et élus pour que soient lancées ou consolidées des initiatives de transition vers une société plus durable, décarbonée, plus juste et plus solidaire.

Pau1Pau 2

A Pau, le 11 mars.

DieTours

A Die en Drôme, le 31 janvier et à Tours, le 12 février.

lyon

A Lyon, le 20 février lors du Festival Primevère.

L’autre bonne nouvelle c’est que les monnaies locales ont le vent en poupe : Chambéry a lancé sa monnaie – l’Elef-, Strasbourg va lancer la sienne – le stück-, Angers a la « muse », Toulouse le « sol violette », le département d’Ile et Vilaine le « gallego », Montreuil la « pêche », le pays basque « l’eusko », etc.

Eusko1eusko2

Actuellement une cinquantaine de monnaies locales ont été créées ou sont en cours de création en France ! Et partout où je vais on me remercie d’avoir présenté les exemples du Palmas et du Chiemgauer dans mon film, car, disent mes interlocuteurs, « cela nous a permis de comprendre l’intérêt et les vertus des monnaies locales ». C’est ainsi qu’après avoir somnolé pendant deux ans, la « muse » a subitement décollé à la suite de la projection de Sacrée croissance ! à Angers. Lorsqu’on me demande s’il y a un conseil que je peux donner pour préparer le lancement d’une monnaie locale, je réponds deux choses :

– La création d’une monnaie locale est un outil puissant pour rassembler les habitants d’un territoire autour d’un projet de transition écologique. En effet, ainsi que j’ai pu le constater, l’utilisation d’une monnaie complémentaire provoque le premier déclic indispensable à toute démarche de transition : s’interroger sur nos modes de consommation. Comme me l’a très bien expliqué l’économiste britannique Tim Jackson « la consommation est une véritable cage de fer » qui constitue le « moteur de la croissance ». Sans consommation, pas de croissance de la production et donc du PIB ! C’est tellement vrai qu’aujourd’hui la consommation représente en France près de 60% du PIB, et même 67% aux États Unis. C’est pour pousser à la consommation que les entreprises ont dépensé, en 2013, 400 milliards d’euros pour entretenir notre addiction à travers la publicité. C’est aussi pour pousser à la consommation que l’endettement des ménages a littéralement explosé (il représentait 61% du PIB en 2013 contre 38% en 2000).   C’est encore pour pousser à la consommation que le gouvernement « socialiste » de François Hollande vient d’autoriser l’ouverture des magasins douze dimanches par an. Gageons que cela ne suffira pas et que bientôt on ouvrira les magasins la nuit car la bête est insatiable ! C’est pourquoi l’adhésion à une monnaie locale permet de rompre avec cette course folle et destructrice en se posant les bonnes questions : de quoi ai-je vraiment besoin pour vivre ? Qu’est ce qui compte vraiment ?

Gallego1Gallego2

– Il est beaucoup plus facile de lancer une monnaie locale si on a le soutien des collectivités locales. C’est pourquoi je salue l’initiative du conseil général d’Ille et Vilaine qui a créé deux emplois pour accompagner le lancement du Gallego. Un soutien précieux qui permet de mener dans de bonnes conditions l’indispensable travail d’explication auprès des entreprises qui ne comprennent pas forcément l’intérêt d’avoir une « double comptabilité ». Ce fut le cas aussi à Toulouse où la précédente municipalité fut très active dans le lancement du Sol Violette.

 Gallego3

Femmes pour la planète

Le film sera rediffusé sur Ushuaïa TV demain, dimanche 15 mars, à 16 heures 5. Ne le ratez pas car c’est un bel hommage aux « lanceuses d’avenir » qui nous montrent la voie vers une société plus durable, plus juste et plus solidaire!

Pour ceux qui n’ont pas Canal Sat, il est possible de voir le film en clair à partir d’une box :

du 05 au 25 mars sur ORANGE (canal n°116)
du 10 au 20 mars sur SFR (canal 200)
du 2 au 31 mars sur FREE (canal 129)
du 3 au 31 mars sur NUMERICABLE (canal 131)

Catégories : Escadrons de la mort: l'école française · Femmes pour la planèt · Sacrée croissance!