mmrobin

lettre aux pirates de la toile…

Dans ce billet, je voudrais faire œuvre de … pédagogie et m’adresser aux … pirates de la toile.

Mon film Les moissons du futur a été diffusée sur la RTBF (Belgique) le 25 septembre, avec une catch-up de sept jours (l’équivalent de ARTE +7). Cette diffusion était géolocalisée, mais a été largement piratée par des internautes de bonne volonté qui m’ont faire l’honneur d’apprécier mon film au point de contourner la géolocalisation pour le mettre à disposition du plus grand nombre.

Encore une fois, je suis heureuse de ce choix, car il confirme que Les moissons du futur sont appelées à faire le tour du monde, comme Le monde selon Monsanto qui fut piraté aux quatre coins du monde… Toutefois, j’ai dû agir, avec la RTBF, pour faire retirer le documentaire de Daily Motion et de You Tube, car ce piratage, disons « intempestif », me mettait en grande difficulté avec ARTE, qui diffusera le  documentaire, demain, à deux reprises, à 16 heures 55 et à 20 heures 50.

Je m’explique : pour pouvoir réaliser mes enquêtes au long cours, j’ai besoin du soutien financier de chaînes comme ARTE, sans lesquelles je n’aurais plus  qu’à changer de métier.

Pour Les moissons du futur, j’ai, d’abord enquêté pendant trois mois, puis j’ai  voyagé dans dix pays (quatre continents) avec un caméraman et un ingénieur du son, j’ai monté pendant seize semaines avec une monteuse, fait travailler un musicien, des comédiens pour les doublages, sans oublier le matériel qu’il faut louer : la caméra, le matériel son, le studio de montage, l’étalonnage, le mixage, les sous-titrages. Bref, tout cela a un coût (élevé) car l’information de qualité nécessite des moyens.

Si le film est piraté avant sa diffusion « légale » sur les chaînes qui ont contribué à son financement, son audience sera moindre ( ah ! l’audimat) et je risque de perdre le soutien des télévisions, sans lesquelles, encore une fois, je ne pourrais pas réaliser ce genre de films.

J’ai donc dû envoyer une dizaine de requêtes pour violation des droits de propriété intellectuelle à des sites, et surtout à Daily Motion et You Tube, qui avaient hébergé mon film J’ai constaté que le premier réagissait assez rapidement ; quant au second, il est carrément sourd aux demandes, ce qui m’étonne fortement…

Certains « pirates » ont bien compris mes arguments. C’est ainsi que j’ai écrit un mail très « pédagogique » au Cercle des volontaires qui avait mis Les moissons du futur en ligne sur son site que je vous invite à découvrir. Aussitôt, Raphaël Berland m’a répondu pour s’excuser (et retirer le film !) Du coup, il m’a demandé s’il pouvait m’interviewer et j’ai , bien sûr, accepté. Il a mis cet entretien, tourné avec les moyens du bord, sur le Cercle des volontaires, avec une reprise sur Agoravox :

http://www.cercledesvolontaires.fr

http://www.agoravox.tv

Par ailleurs, je vous invite à lire le reportage de Sophie Vernet-Caillat paru dans Rue 89 qui a interviewé Olivier de Schutter, le rapporteur des Nations Unies pour le droit à l’alimentation (voir son interview sur ce Blog) :

http://www.rue89.com/2012/10/15/pesticides-le-gauchiste-de-lonu-qui-inspire-marie-monique-robin-236114

Enfin, le Huffington Post m’a demandé de rédiger une tribune pour présenter mon film et livre. Celle-ci sera publiée demain !

http://www.huffingtonpost.fr/

Photos: tournage au Kenya et au Sénégal, avec Frédéric Pardon, ingénieur du son et Olivier Chambon, caméraman

Catégories : Les moissons du futur