La bactérie E Coli bien connue des élevages intensifs

Je m’étais abstenue d’intervenir dans l’affaire de la bactérie E Coli, attendant de connaître les résultats de l’enquête, mais devant la mauvaise foi des commentaires que je lis sur ce Blog, j’ai décidé de sortir de mon silence (prudent). Comme le rappelle cet article du New York Times, qui est, comme chacun sait, un journal activiste radical (!!), la bactérie E Coli est surtout connue pour proliférer dans les élevages intensifson use et abuse d’antibiotiques.

http://www.nytimes.com/2011/06/12/opinion/12kristof.html?_r=2&hp

Dans cet article récent, Nicholas Kristof rappelle que chaque année 325 000 personnes sont hospitalisées aux Etats Unis, en raison d’une maladie liée à l’alimentation et que 5000 en meurent.  « La nourriture tue une personne toutes les deux heures« , note l’éditorialiste qui souligne le rôle joué par les bactéries, comme E Coli, qui habitent les intestins des animaux et que l’usage délirant d’antibiotiques dans les élevages intensifs a rendu résistantes aux antibiotiques.

Jugez en vous mêmes: d’après un rapport récent de la Food and Drug Administration, 80% des antibiotiques utilisés aux Etats Unis sont administrés bien souvent à titre préventif, aux pauvres poules et cochons , maltraités dans les « élevages hors sols », tandis que le seul Etat de Nord Caroline utilise à lui tout seul autant d’antibiotiques pour ses animaux martyrs que les Etats Unis pour sa population!

Le journaliste explique aussi que l’un des pathogènes les plus virulents générés dans les « usines à viande » est le MRSA (en français le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM), qui prolifère dans les élevages de porcs intensifs.

Il tue plus d’Américains que le sida!

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=8307

D’après une étude publiée dans Applied and Environmental Microbiology, 70% des porcs industriels en sont affectés.

http://aem.asm.org/cgi/content/abstract/77/2/696

D’après une autre étude, 45% des ouvriers agricoles qui travaillent dans les usines à porc sont porteurs du SARM.

http://www.plosone.org/article/info:doi/10.1371/journal.pone.0004258

Nombreux sont aux Etats Unis, les hommes, femmes et enfants qui meurent, après avoir mangé un hamburger contaminé par les bactéries tueuses des élevages intensifs. L’une des histoires  qui avait attiré l’attention sur ce drame terrible concernait le petit Kevin Kowalcyl, décédé à trois ans, les « intestins rongés par la gangrène », après un barbecue estival fatal.

Et comme le note l’éditorialiste du New York Times :

« les végétariens ne sont pas à l’abri. La bactérie E Coli provient des animaux, mais elle peut se répandre dans l’eau utilisée pour arroser les légumes en les contaminant. »

Ce qui est sûr en tout cas c’est que l’ E coli qui a tué des Allemands s’est apparemment retrouvée sur des pousses de soja cultivé sur une ferme bio, mais que son origine remonte à des animaux. Quels animaux? Quels furent les mécanismes de transfert qui ont permis à  la bactérie  de passer des animaux aux pousses de soja? La retrouve-t-on dans les nappes phréatiques proches de la ferme incriminée?

Il est curieux que personne ne se soit intéressé à ces questions…

Photos: les joies de l’élevage intensif qui favorise la prolifération de bactéries ultra-résistantes.

Catégories : Notre poison quotidien