« Notre poison quotidien » en avant-première mondiale au FIPA

« Notre poison quotidien » a été présenté en avant-première mondiale et en ouverture du  FIPA de Biarritz, hier soir à 20 heures. Le film avait été choisi par ARTE, dans le cadre de l’hommage rendu par le FIPA à Jérôme Clément, le patron de la chaîne depuis sa création, qui va bientôt laisser sa place à Véronique Cayla, l’ancienne directrice du Centre National de la Cinématographie (CNC).

J’invite les lecteurs à consulter l’article mis en ligne sur  le site de Télérama.fr par Olivier Milot, qui a assisté à cette avant-première, à laquelle je n’ai pu participer, car je suis dans l’ultime phase d’écriture de mon livre, qui sera en librairie à compter du 8 mars.

Je dois, en effet, impérativement rendre mon manuscrit, avant le 5 février, date de mon départ pour l’Argentine où je suis citée comme « témoin principal » dans deux procès contre les militaires de la dictature (1976-1983). Je reviendrai ultérieurement sur cet événement important, qui fait suite aux révélations de mon film et livre « Escadrons de la mort: l’école française ».

http://television.telerama.fr/television/marie-monique-robin-il-y-a-du-poison-partout-dans-la-nourriture,65112.php#cmtposter

Alors que je suis dans les affres de l’écriture , j’ai constaté que le buzz autour de ma nouvelle enquête a commencé sur Internet. J’en suis très heureuse , car, malgré l’énorme fatigue et stress que ce genre d’investigation entraîne, je suis habitée par un sentiment d’urgence jamais égalé. Hier, je lisais dans Le Monde que l’espérance de vie des Américains a commencé à baisser, une information que j’évoque longuement dans mon livre à paraître. Les scientifiques américains que j’ai interviewés à ce sujet, dont Linda Birnbaum, la directrice du National Institute of Environmental and Health Sciences (NIEHS) m’ont expliqué que la baisse de l’espérance de vie dans les pays dits « développés » était inéluctable , en raison de l’explosion des maladies chroniques cancers, maladies neurodégénératives, troubles de la reproduction, obésité, diabète, maladies automimmunes– qui frappe les générations de l’après-guerre, exposées massivement à des poisons chimiques, y compris (et surtout) pendant la vie intra-utérine. Or, tous les « vieux » d’aujourd’hui sont nés avant que ne commence la folie chimique des hommes.

Je continue la mise en ligne du dossier de presse très complet (8 pages) réalisé par ARTE. Aujourd’hui, les pages 4 et 5, qui donnent des informations clés sur les sujets abordés dans « Notre poison quotidien« .

Enfin, j’ai reçu de nombreux messages de félicitations de téléspectateurs belges qui ont vu mon film sur la RTBF le 26 janvier dernier.

Catégories : Notre poison quotidien