Voleurs d’yeux bientôt en DVD

J’ai le plaisir de vous informer que mon film « Voleurs d’yeux« , couronné par le Prix Albert Londres en 1995, sera  distribué en octobre prochain dans un DVD, édité par les Éditions Montparnasse. Celui-ci regroupera tous les documentaires récompensés depuis la création du Prix audiovisuel, ainsi que le souligne le texte de présentation du coffret  coffret:

Des vallées afghanes aux tours de verre de La Défense, les grands reporters du Prix Albert Londres écrivent l’Histoire de notre temps. Avec pour seules armes, une caméra, de la patience et de l’obstination.

 

Ce coffret, qui regroupe tous les films récompensés depuis la création du Prix, témoigne du courage, de l’indépendance et du talent de tous ceux dont le métier est de nous informer de l’état du monde. En racontant les guerres, en Irak au Rwanda ou au Moyen-Orient. En décrivant aussi, la vie quotidienne à Beyrouth, à Sarajevo, à Gaza…

 

Sans oublier de porter la plume dans la plaie en dénonçant, quand il le faut, des injustices ou des scandales plus proches de nous.

Ce coffret de 10 DVD est vendu au bénéfice de l’Association Albert Londres.

Prix de vente conseillé : 70 euros (10 DVD, environ 25 heures de programmes).

Christophe de Ponfilly, Les Combattants de l’insolence (Afghanistan, 52 mn, 1985) – Philippe Rochot, Village chrétien de Mardouché, La bataille de Sabra, Une méthode d’enlèvement , Journaliste au Liban, Beyrouth et les otages (Liban, 1986) – Frédéric Laffont, La guerre des nerfs (Liban, 1987) – Daniel Leconte, Barbie, sa deuxième vie (Bolivie, France, 52 mn, 1988) – Denis Vincenti et Patrick Schmitt, Les Enfants de la honte (France – 1989) – Gilles de Maistre, J’ai douze ans et je fais la guerre (Irlande, Colombie, Cambodge, Mozambique, USA, 53 mn, 1990) – Dominique Tierce et Hervé Brusini, L’Affaire Farewell (France, URSS, 45 mn, 1991) – Lise Blanchet et Jean Michel Destang, Le Grand Schpountz (France – 52 mn, 1992) –  Jean-Jacques Le Garrec Cinq jours dans Sarajevo (Bosnie, 1993) – Florence Dauchez, Rachida, lettre d’Algérie (Algérie, 52 mn, 1994) – Marie-Monique Robin, Voleurs d’yeux (Argentine, Mexique, Colombie, 57 mn, 1995) – Patrick Boitet et Frédéric Tonolli, Les Seigneurs de Behring (Russie, 52 mn, 1996) – Claude Sempere, La Corse (France, 1997) – Catherine Jentile et Manuel Joachim, Chronique d’une tempête annoncée (Israël, Palestine, 1998) – Christophe Weber et Nicolas Glimois, Les blanchisseuses de Magdalen (Irlande, 52 mn, 1999) – Rivoherizo Andriakoto Les damnés de la terre (Madagascar, 52 mn, 2000) – Danielle Arbid, Seule avec la guerre ( Liban, 59 mn, 2001) – Thierry et Jean-Xavier de Lestrade, La justice des hommes (Rwanda, 91 mn, 2002) – Bertrand Coq et Gilles Jacquier, Reportages à Naplouse (Palestine, 2003) – Rithy Panh, S 21, la machine à tuer des Khmers Rouges (Cambodge, 100 mn, 2004) – Grégoire Deniau et Guillaume MartinTraversée clandestine (Maroc, Espagne, 50 mn, 2005), Manon Loizeau et Alexis MarantLa malédiction de naître fille (Inde, Pakistan, Chine, 52 mn, 2006) – Anne Poiret, Gwen Le Gouil, Fabrice LaunayMuttur, un crime contre l’humanitaire (Sri Lanka, 50 mn, 2007) – Alexis Monchovet, Stéphane Marchetti et Sébastien Mesquida, Rafah, chroniques d’une ville dans la bande de Gaza (Palestine, 52 mn, 2008) – Alexandre DereimsHan, le prix de la liberté (Corée du Nord, Chine, 52 mn, 2009) – Jean Robert VialletLa Mise à mort du travail (France, 180 mn, 2010).

Voici le texte qui accompagnera mon film:

Tout a commencé par une conversation à Bogota avec Hernando Corral, l’un des journalistes les plus respectés de Colombie.  » Tu devrais travailler sur le vol d’organes » m’a-t-il dit, c’est un sujet dangereux, mais tu as l’avantage d’être française et de ne pas vivre ici« .

Rentrée à Paris, j’ai contacté des organisations humanitaires comme La Cimade, l’Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), la Fondation France Liberté, et toutes ont confirmé leur préoccupation pour ce sujet. Un collectif a été créé pour soutenir mon enquête, produite par l’agence CAPA.

Il a notamment été décidé que Sylvie Deplus, ophtalmologiste et membre active de la FIDH, serait ma conseillère médicale dans cette investigation qui s’annonçait particulièrement difficile.

Pendant six mois, j’ai enquêté du nord au sud de la planète, recherchant des témoins – victimes, médecins, avocats, juges,  ou hommes politiques – prêts à rompre la loi du silence pour dénoncer un trafic  alors présenté par l’ Agence d’information des Etats Unis (USIA) comme une « rumeur fomentée par le KGB pour discréditer l’Occident« .

Finalement, le documentaire  m’a conduite en Argentine, où le ministère de la Santé venait de démanteler un trafic de cornées prélevées sur les malades mentaux du plus grand hôpital psychiatrique public du pays, en Colombie, où  les autorités avaient arrêté un réseau de trafiquants de cornées , dont les victimes étaient les chiffonniers de Cartagena, au Mexique où l’on peut se procurer des reins avec une étonnante facilité, aux Etats Unis et dans le cabinet d’un ophtalmogiste français.

Diffusé d’abord sur Planète, sous le titre de « Voleurs d’organes » (couronné par six prix internationaux), le film a ensuite été programmé dans une version raccourcie sur M6, sous le titre de « Voleurs d’yeux« . C’est ce dernier qui a reçu le Prix Albert Londres , déclenchant l’ire de l’USIA et du Dr. Ignacio Barraquer, propriétaire de la plus garnde clinique ophtalmologique de Bogota,  qui ont alors mené une énorme campagne de désinformation et de diffamation, ainsi que je l’ai raconté dans mon livre « Voleurs d’organes: enquête sur un trafic » ( Editions Bayard).

Quinze ans plus tard, et malgré toutes les épreuves que j’ai dû traverser, je suis très fière de cette enquête que je referais exactement de la même manière, s’il le fallait. N’en déplaise à tous ceux qui ont voulu étouffer un trafic odieux, dont l’existence est aujourd’hui reconnue par la plupart des instances internationales comme le Conseil de l’Europe qui écrivait en 2003 qu’il ne représente malheureusement pas « un problème nouveau« …

Catégories : Voleurs d'organes