Conférence annulée à l’Agrocampus de Rennes…

Lundi 27 avril, j’étais invitée à l’Agrocampus de Rennes pour présenter mon film « Le monde selon Monsanto ». Cette conférence avait été organisée par Dominique Vermersch, directeur de recherche à l’INRA et professeur d’économie et d’éthique à l’Agrocampus. Auteur de L’éthique en friche , il est à l’origine du groupe Éthos qui vise à introduire le questionnement éthique dans les thématiques de recherche de l’INRA., ce qui me paraît une fort bonne idée…

Préparée depuis quatre mois, en concertation avec la direction de l’Agrocampus, la conférence avait été largement annoncée au moyen d’une affiche, distribuée dans toute l’agglomération de Rennes (voir ci-dessous).

La semaine dernière, Dominique Vermersch m’a envoyé un e-mail quelque peu embarrassé où il m’explique que des « professeurs du département de la protection végétale ont demandé à ce que la conférence soit repoussée à l’automne pour qu’ils aient le temps de se préparer à ta venue… »

Diantre! Les « professeurs du département de la protection végétale », c’est à dire des pesticides (suivez mon regard…) ont besoin de « se préparer » pendant des mois, afin de participer à un débat sur mon film!!

Joint au téléphone, Dominique Vermersch m’a expliqué l’argument de ces professeurs: « pour nos élèves, le principal débouché professionnel c’est Monsanto… »

Voilà un argument , en effet, pour faire annuler une conférence largement annoncée!

Il faut ajouter que le président de l’Agrocampus c’est Jean-Michel Lemétayer, le patron de la Féderation nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), premier syndicat agricole de France et défenseur inévétéré des OGM de Monsanto. Alors que son homologue allemand s’est prononcé contre le maïs MON 863 (voir sur ce blog), la FNSEA continue de réclamer l’annulation du moratoire décidé par le gouvernement français et, aujourd’hui, suivi par le Luxembourg, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie et la Grèce.

Malgré les mauvaises nouvelles qui s’accumulent dans le ciel de Monsanto: mauvais rendements, multiplication des plaintes en Argentine pour empoisonnement, fiasco des cultures de maïs BT en Afrique du Sud, et colère des paysans américains qui ne savent plus comment se débarrasser des « super mauvaises herbes » , résistantes au roundup, dont j’ai longuement parlé dans mon livre (j’y reviendrai).

En attendant, je serai , mardi, à Pontivy (près de Rennes), pour présenter mon film dans un lycée agricole, puis à 20 heures, dans une projection publique au cinéma Le Rex .

– Photo: 150 personnes, dont de nombreux agriculteurs, ont participé à la conférence que j’ai animée, dimanche 19 avril à Relanges, dans les Vosges.

Catégories : Non classé