webmaster

L’affaire Gottfried Glöckner (suite)

Je reviens donc sur l’affaire de Gottfried Glöckner. Lors de la présentation du reportage de la télévision bavaroise (voir sur ce Blog) montrant comment Monsanto influe sur les décisions du gouvernement allemand, en actionnant des relais au sein de l’organisme chargé de l’autorisation de mise sur le marché des plantes transgéniques (l’équivalent de l’AFSSA en France…) la journaliste qui a introduit le travail de ses collègues m’a précisé que l’affaire du paysan, dont les vaches ont été intoxiquées par un maïs BT de Syngenta, avait pesé dans la décision initiale du ministère de l’agriculture d’interdire le MON 810.

Il ressort, en effet, de cette affaire que les vaches ont probablement été intoxiquées par la protéine BT accumulée dans le maïs ensilé, puis par l’herbe du pâturage sur laquelle Gottfried Glöckner avait épandu du fumier provenant de ses vaches nourries avec du maïs BT.

Tout indiquerait que la protéine insecticide, loin de se dégrader, resterait intacte, ainsi que le laisse entendre Hans-Theo Jachmann, le directeur commercial de Syngenta en Allemagne, dans une lettre conservée par l’agriculteur, dans lequel il recommande que «le maïs ensilé Bt-176 ne devrait pas être répandu sur les prés», en précisant:

«nous ne pouvons pas prévoir d’éventuelles interactions avec le fumier d’animaux établés.»

De plus, des prélèvements réalisés par l’Ecole Technique Supérieure de Weihenstephan»confirment que la toxine BT, loin d’être détruite par le système digestif des vaches, a été décelée dans le sang, le foie,la rate et les intestins des animaux.

Curieusement, aucune étude préalable sur la dissémination de la toxine BT dans l’environnement et sur son impact pour les insectes non cibles et les abeilles n’a jamais été exigée aux fabricants du maïs insecticide, ainsi que le révèle aussi le reportage de mes confrères de la télévision bavaroise.

Autant dire qu’on a libéré un poison dans l’environnement sans aucun test sérieux, d’où la décision du gouvernement français de maintenir le moratoire sur le maïs 810.

Soutenons-le!

Catégories : Non classé