webmaster

L’AFIS attaque (9 et fin! )

Le summum de la mauvaise foi

Concernant l’« argument numéro 5 », où M. Kuntz met en cause les travaux d’Ignacio Chapela sur la présence de maïs OGM au Mexique, je dois dire qu’on atteint là le summum de la mauvaise foi.

Les travaux du Pr. Chapela n’ont pas « été contredits par d’autres », mais bel et bien confirmés, ainsi que je l’explique longuement dans mon livre (Cf chapitre 12).

M. Kuntz ignore aussi superbement la campagne de diffamation lancée contre le chercheur de Berkeley sur Internet par de faux scientifiques créés de toutes pièces par Monsanto, ainsi que je l’ai déjà expliqué dans mon message « appel à la vigilance » (rubrique « les nouvelles de la toile »).
Ce qui prouve, que la « firme n’a aucune envie de convaincre avec des arguments » et qu’« elle est prête à tout pour imposer ses produits partout dans le monde, y compris à détruire la réputation de tous ceux qui peuvent lui faire obstacle… »,comme me l’a dit Jonathan Matthew, qui a découvert les « méthodes très sales de Monsanto ».

Par ailleurs, si le Pr. Chapela a été si vivement attaqué, c’est surtout pour la deuxième découverte que livrait son étude, ainsi qu’il me l’a expliqué, lorsque je l’ai rencontré à San Francisco.

EXTRAIT :

« Le deuxième point de notre étude était beaucoup plus sérieux pour Monsanto et consorts. En effet, en cherchant où étaient localisés les fragments d’ADN transgénique, nous avons constaté qu’ils s’étaient insérés à différents endroits du génome de la plante, de manière complètement aléatoire. Cela signife que, contrairement à ce qu’affirment les fabricants d’OGM, la technique de manipulation génétique n’est pas stable, puisqu’une fois que l’OGM se croise avec une autre plante, le transgène éclate et s’insère de manière incontrôlée. Les critiques les plus virulentes se sont surtout concentrées sur cette partie de l’étude, en dénonçant notre incompétence technique et notre manque d’expertise pour pouvoir évaluer ce genre de phénomène. »

Le fait que les « transgènes soient instables a des « implications graves », commente Science, « étant donné que le comportement d’un gène dépend de sa place dans le génome, l’ADN déplacé pourrait créer des effets absolument imprévisibles ».
« Cela sape la prémisse fondamentale selon laquelle la manipulation génétique est une science sûre et exacte », renchérit le journaliste du East Bay Express…

FIN DE L’EXTRAIT

Je note que la découverte du Pr. Chapela était confirmée, à peu près au même moment, par Marc de Loose, un chercheur belge, qui a découvert un « fragment d’ADN inconnu dans une variété de soja génétiquement modifié de Monsanto », preuve que la manipulation est tout sauf une « science exacte » (Le Monde, 19/8/2001).

Quant au « militant anti-OGM » mexicain qui s’exprime dans mon film, s’il l’est devenu c’est tout à fait par hasard : c’est parce qu’il a été contacté par des paysans indiens, inquiets de voir subitement des « maïs bizarres » dans leurs champs, qu’il a décidé de faire tester les « monstres » : ceux-ci ont révélé qu’ils contenaient un transgène, dû au croisement d’un maïs transgénique avec un maïs traditionnel…

En guise de conclusion :

Les arguments pseudo-scientifiques de M.Kuntz visent à noyer le lecteur pour semer le doute sur ma capacité à comprendre réellement le sujet que je traite. C’est ce que j’appelle de l’arrogance.
Je n’ai certes pas de doctorat en biologie, mais un bac scientifique (série C) qui m’a amplement suffi pour assimiler la matière , de saisir les enjeux et poser les bonnes questions.
Surtout, loin de commenter le film, M. Kuntz botte systématiquement en touche, en ignorant avec une malhonnêteté stupéfiante, ce que disent réellement les interlocteurs de mon film.

Photos:
Aldo Gonzalez, qui accumule les exemples de « maïs monstrueux » dans l’Etat de Oaxaca
Quelques exemples de « maïs monstrueux » sur une banque de 3OO clichés.

Catégories : Non classé