L’AFIS attaque! (5)

La réécriture de l’histoire

Concernant l’« argument N°2 » :

Quand M. Kuntz dénigre la qualité scientifique des travaux du « lanceur d’alerte » Arpad Pusztai, il réécrit cette affaire.
J’y ai, en tout cas, consacré de nombreuses pages dans mon livre (chapitre 9). Ce qui est troublant dans cette affaire, c’est le volte-face de l’Institut Rowett (deux témoins rapporteront les pressions exercées sur son directeur par « Tony Blair et Clinton » pour qu’il arrête l’étude sur les pommes de terre transgéniques ; encore une fois : de quoi a-t-on peur ?), la mise à l’écart brutale du chercheur, le démantèlement inexpliqué de l’équipe de recherche, la campagne de dénigrement absolument inhabituelle de la Royal Society.
Contrairement à ce qu’affirme M. Kuntz, vingt scientifiques internationaux ont soutenu les résultats d’Arpad Pusztai qui « montraient très clairement que les pommes de terre transgéniques avaient des effets significatifs sur la fonction immunitaire des rats ».

– Concernant l’« argument N°3 » : là encore, contestant les critiques que je rapporte à une étude de chercheurs de Monsanto publiée en 1996 et prétendant prouver l’innocuité d’un soja transgénique, M. Kuntz fait preuve d’une mauvaise foi absolue quand il affirme que cette étude « n’a été contestée par aucun spécialiste du domaine ».

Le fait qu’une étude soit publiée dans une « revue scientifique de référence » et « peer reviewed » n’est malheureusement pas la preuve qu’elle est sérieuse ! C’est ce que j’ai eu la tristesse de découvrir pendant mon enquête. Exemple : l’étude publiée dans Science en août 1990 par deux scientifiques de la FDA, qui voulaient justifier la mise sur le marché de l’hormone de croissance laitière de Monsanto. Une publication de dix pages, dont le principal relecteur était l’un des chercheurs payés par Monsanto pour mener des études sur les vaches ! Plus tard, on découvrira que des données capitales avaient été cachées par les auteurs ! (Cf : chapitre 5 de mon livre).

Et que dire de Richard Doll, un cancérologue éminent qui eut le courage de s’attaquer aux fabricants de tabac, en montrant les liens entre le tabagisme et le cancer du poumon .
En 1981, Sir Richard Doll avait publié un article très cité sur l’épidémiologie du cancer, dans lequel il affirmait que les causes environnementales jouent un rôle très limité dans la progression de la maladie …
Seulement voilà : la légende a volé en éclats en 2006, lorsque The Guardian révéla que l’honorable Sir Doll avait travaillé secrètement pour Monsanto pendant vingt ans !

Parmi les archives qu’il avait déposées en 2002 dans la bibliothèque du Welcome Trust, figurait une lettre, datée du 29 avril 1986, avec l’en-tête de la firme de Saint-Louis.

Rédigée par William Gaffey, un scientifique de Monsanto, auteur d’ études manipulées sur la dioxine, (et dûment publiées dans des revues scientifiques de référence, « peer reviewed, etc) elle confirmait le renouvellement du contrat à raison de 1 500 dollars par jour…
( « Renowned cancer scientist was paid by chemical firm for 20 years », The Guardian, 8/12/2006; L. Hardell , MJ walker, B. Wahljalt, LS Friedman et ED Richter, « Secret ties to industry and conflicting interests in cancer research, American Journal of Industrial Medecine , 3/11/2006.)

S’agissant du Pr. Ian Pryme, dont M. Kuntz conteste les critiques, je livre ici l’extrait de mon interview, tel que je l’ai publié dans mon livre, ainsi que ma rencontre avec Manuela Malatesta, qui a eu la mauvaise idée de répéter, dans des conditions rigoureuses, l’étude conduite par Monsanto sur des rats, poulets, poissons et vaches laitières.

Je rappelle qu’en 2003, Ian Pryme et un collègue danois, le Pr. Rolf Lembcke (aujourd’hui dédédé) ont analysé les (rares) études toxicologiques conduites sur les aliments transgéniques.

EXTRAIT :

« Nous avons été très surpris de découvrir qu’il n’y avait que dix études recensées dans la littérature scientifique, m’explique Ian Pryme, c’est vraiment très peu au regard de l’enjeu.
– Comment l’expliquez-vous ?
– D’abord, il faut savoir qu’il est très difficile de se procurer des échantillons des matériaux transgéniques parce que les firmes en contrôlent l’accès. Elles exigent une description détaillée du projet de recherche, et elles sont très réticentes à fournir leurs OGM à des scientifiques indépendants pour qu’ils les testent. Quand on insiste, elles évoquent le « secret commercial ».
Par ailleurs, il est très difficile d’obtenir des financements pour conduire des études sur les effets à long terme des aliments transgéniques. Avec des collègues provenant de six pays européens, nous avons demandé des fonds à l’Union européenne qui a refusé sous prétexte que les compagnies avaient déjà conduit elles-mêmes ce genre d’études…
– Que dire de l’étude conduite par Monsanto sur les rats, poulets, poissons et vaches laitières ?
– Elle est très importante parce qu’elle a servi de base au principe d’équivalence en substance et elle explique, en partie, l’absence d’études complémentaires.
Mais je dois dire qu’elle est très décevante d’un point de vue scientifique. Si on m’avait demandé de la relire avant publication, je l’aurais rejetée, car les données fournies sont trop insuffisantes. Je dirais même que c’est de la mauvaise science…
– Avez-vous essayé de vous procurer les données brutes de l’étude ?
– Oui, mais malheureusement, Monsanto a refusé de les communiquer au motif qu’elles étaient couvertes par le secret commercial…
C’est la première fois que j’entendais un tel argument concernant les données d’une recherche… Normalement, dès qu’une étude est publiée, n’importe quel chercheur peut demander à consulter les données brutes, pour répéter l’expérience et contribuer au progrès scientifique. Le refus de Monsanto donne immanquablement l’impression que la firme a quelque chose à cacher : soit que les résultats ne sont pas suffisamment convaincants, soit qu’ils sont mauvais, soit que la méthodogie et le protocole utilisés ne sont pas suffisants pour résister à une analyse scientifique rigoureuse.
Pour faire notre étude, nous avons donc dû nous contenter du résumé fourni par la firme aux agences de réglementation. Et il y a des choses très troublantes.
Par exemple, à propos de l’étude sur les rats, les auteurs écrivent : ‘ À part leur couleur marron foncée, les foies paraissaient normaux lors de la nécropsie… cette couleur n’est pas considérée comme étant liée à la modification génétique ‘. Comment peuvent-ils prétendent cela, sans faire des sections des foies et les observer au microscope pour être sûrs que cette couleur marron foncée est normale ! Manifestement, ils se sont contentés d’une évaluation oculaire des organes, ce n’est pas une manière scientifique de conduire une étude post-mortem !
De même, les auteurs indiquent que ‘ les foies, les testicules et les reins ont été pesés ‘ et que ‘ plusieurs différences ont été observées’, mais qu’elles ne furent ‘pas considérées comme étant liées à la manipulation génétique’…
Encore une fois, comment peuvent-ils affirmer cela ? Manifestement, ils n’ont pas analysé les intestins ni les estomacs, ce qui constitue une faute très grave dans une étude toxicologique. Ils disent aussi que quarante tissus ont été prélevés, mais on ne sait pas lesquels ! D’ailleurs, je ne connais que vingt-trois tissus répertoriés, comme la peau, les os, la rate, la thyroïde, quels sont les autres ?

De plus, les rats utilisés pour l’expérience avaient huit semaines : ils étaient trop vieux ! D’habitude, pour une étude toxicologique, on utilise de jeunes cobayes, pour voir si la substance testée a un impact sur le développement de leur organisme qui est en pleine croissance. Le meilleur moyen de cacher des effets nocifs éventuels c’est d’utiliser des cobayes âgés, d’autant plus que, malgré les anomalies constatées, l’étude n’a duré que vingt-huit jours, ce qui n’est pas suffisant…

Le dernier paragraphe du texte résume bien l’impression générale : ‘ Les études toxicologiques fournissent une certaine assurance qu’aucun changement majeur ne s’est produit avec le soja modifié génétiquement… ‘ Je ne veux pas une ‘ certaine assurance ‘, mais une assurance à 100 % ! En fait, quand on sait que cette étude a justifié l’introduction des OGM dans la chaîne alimentaire, on ne peut qu’ être inquiets… Mais que faire ? Regardez ce qui est arrivé récemment à ma collègue Manuela Malatesta… »

Photos:
Avec le professeur Ian Pryme qui me commente la fameuse étude de Monsanto sur les rats, les poules, les vaches et les poissons…
La perplexité à quelques mètres de l’Université de Bergen…

Catégories : Non classé