Olivier Père

Les meilleurs films des années 80 / Best films of the 80’s

C’est promis on arrête – temporairement ? – avec les listes après celle-ci, mais on a grandi dans les années 80 et c’est durant cette décennie qu’est née notre passion pour le cinéma, et notre cinéphilie.

J’ai commencé à être plus ou moins synchrone avec l’actualité des sorties en 1981 avec Excalibur de John Boorman, même si bien sûr à dix ans je n’avais qu’un accès limité aux grands films de l’époque. Je suis allé voir Scarface (en version française !) le jour de sa sortie avec un copain et le premier film que j’ai vu seul en salle est Dead Zone de Cronenberg (encore en VF, province oblige). Le premier film que j’ai vu en version originale sous-titrée est Osterman Week-end de Peckinpah. Cela marque un homme.

Pour le cinéphile que j’étais et que je suis toujours les années 80 ont très bien commencé (pléthore de chefs-d’œuvre au début de la décennie) et elles ont fini encore plus mal. C’est au cours des années 80 que l’on voit le cinéma américain entrer en pleine décadence, passant des films les plus audacieux et géniaux de la fin du Nouvel Hollywood au règne des produits manufacturés de médiocre qualité, des films pour les adolescents et la famille, des suites sans âme et des « pop-corn movies » insipides. C’est au cours des années 80 que le cinéma italien, l’un des meilleurs du monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, rend son dernier souffle. C’est au cours des années 80 que le cinéma dit d’exploitation, dernier ersatz des films de genre et de série B agonise et se fait récupérer par le système des studios et de la télévision. Pendant ce temps les grands cinéastes continuent de tourner mais le cheptel des auteurs de films internationaux se renouvelle très lentement.

Le cinéma mondial est toujours dominé par ceux qui l’avaient révolutionné dans les années 60 : Godard, Bergman (qui prend une retraite anticipée mais toute relative en 82), Resnais, Antonioni (victime d’une attaque et réduit au silence au début des années 80, mais son influence reste forte sur le cinéma mondial), Kubrick qui ne tourne que deux films durant la décennie. Le Nouvel Hollywood connaît un sévère retour de bâton mais continue de produire de très beaux films parfois dans une relative indifférence.

Coppola et De Palma survivent mais Bogdanovich et Ashby sont rayés de la carte, Altman s’exile en Europe et à la télévision et Cimino et Friedkin ne se remettront jamais des désastres de La Porte du paradis et Sorcerer.

C’est Scorsese qui s’en tire le mieux à l’époque. Spielberg devient meilleur producteur que réalisateur et après les deux premiers « Indiana Jones » s’enlise dans les plus mauvais films de sa carrière en attendant la résurrection artistique des années 2000.

Le cinéma américain dégringole et devient lamentable à la fin de la décennie (James Cameron et John McTiernan sont alors les nouveaux cinéastes américains les plus intéressants, plus le hollandais Verhoeven qui réussit son passage à Hollywood) et il faudra attendre l’arrivée des Tarantino, Fincher suivis des James Gray, Paul Thomas Anderson, Wes Anderson et compagnie pour que le cinéma américain retrouve les sommets. Le cinéma asiatique est encore quasiment absent de la scène internationale mis à part quelques grands noms japonais comme Kurosawa, Oshima et Imamura.

L’explosion asiatique (Chine, Hong Kong, Iran, Taiwan…) va commencer à la fin des années 80 et trouver son apogée les deux décennies suivantes avec la révélation des nouveaux maîtres du cinéma coréen, chinois, thaïlandais qui vont s’imposer bientôt comme les meilleurs cinéastes du monde. Idem pour le cinéma d’auteur latino américain qui va enfin s’exporter avec plus de régularité et trouver une notoriété plus large grâce au soutien des festivals.

Les années 80 furent d’abord flamboyantes et fascinantes avant de devenir décevantes et déprimantes. On n’est pas surpris que Serge Daney parle de la mort du cinéma dans des années qui montre un déclin évident du niveau la production et un essoufflement du renouvèlement artistique. Mais ce n’était qu’une mauvaise passe et ce qui va suivre, des années 90 à aujourd’hui est absolument passionnant et vivifiant, avec des apparitions aussi superbes qu’inattendues sur la scène cinématographique mondiale. On en a déjà beaucoup parlé ici, on va continuer d’en parler ici et ailleurs.

On a changé un peu les règles puisqu’ici ce ne sont pas les dates de sorties françaises mais les années de production qui comptent (source : Imdb). Enfin c’est sans doute la première liste où cohabitent Le Rayon vert et Démons 2 et on ne va pas s’en plaindre.

1980

Shining (The Shining) de Stanley Kubrick

http://olivierpere.wordpress.com/2011/03/23/stanley-kubrick-2-%E2%80%93-jupiter-et-au-dela-de-linfini/

La Porte du paradis (Heaven’s Gate) de Michael Cimino (photo en tête de texte)

http://olivierpere.wordpress.com/2011/10/26/michael-cimino-un-genie-americain/

Raging Bull de Martin Scorsese

http://olivierpere.wordpress.com/2012/09/16/martin-scorsese-cetait-mieux-avant/

Elephant Man (The Elephant Man) de David Lynch

Pulsions (Dressed to Kill) de Brian De Palma

http://olivierpere.wordpress.com/2012/07/16/pulsions-de-brian-de-palma/

Cruising de William Friedkin

http://olivierpere.wordpress.com/2012/09/04/entretien-avec-william-friedkin-sur-killer-joe-et-son-cinema/

Au-delà de la gloire (The Big Red One) de Samuel Fuller

http://olivierpere.wordpress.com/2011/09/02/un-troisieme-visage-de-samuel-fuller/

Maniac de William Lustig

Spetters de Paul Verhoeven

Inferno de Dario Argento

Une suite indirecte au précédent film d’Argento Suspiria sur l’existence de palaces à Rome, Fribourg et New York abritant les Trois Mères, sorcières gardiennes des Portes de l’Enfer. L’œuvre la plus ambitieuse d’Argento, tant au point de vue esthétique (une débauche d’images somptueusement baroques héritières du caligarisme et de Mario Bava) que narrative. Le film s’affranchit en effet du cinéma d’épouvante classique et de toute construction scénaristique traditionnelle. La logique est abandonnée au profit de séquences reliées entre elles par des motifs picturaux, architecturaux ou opératiques. Création monstrueuse mêlant l’ésotérisme au Grand-Guignol, Inferno est le terrifiant exutoire des visions d’un cinéaste très tourmenté, et un sommet de composition maniériste. On peut trouver ça sublime ou grotesque. C’est évidemment les deux à la fois.

Loulou de Maurice Pialat

http://olivierpere.wordpress.com/2011/07/29/festival-del-film-locarno-depardieu-pialat/

Mon oncle d’Amérique d’Alain Resnais

http://olivierpere.wordpress.com/2011/11/10/alain-resnais-et-le-nouveau-roman/

Sauve qui peut (la vie) de Jean-Luc Godard

Au boulot… Jerry ! (Hardly Working) de Jerry Lewis

Kagemusha d’Akira Kurosawa

Au-delà du réel (Altered States) de Ken Russell

Out of the Blue de Dennis Hopper

L’Enfer des armes (Di yi lei xing wei xian) de Tsui Hark

L’Enfant du diable (The Changeling) de Peter Medak

Popeye de Robert Altman

http://olivierpere.wordpress.com/2012/01/17/retrospective-robert-altman-a-la-cinematheque-francaise/

1981

Blow Out de Brian De Palma

http://olivierpere.wordpress.com/2012/08/15/blow-out-de-brian-de-palma/

Excalibur de John Boorman

Possession d’Andrzej Zulawski

À Berlin l’amant de madame est un monstre. Le meilleur film de Zulawski sur Dieu ou quelque chose de ce genre. Dans Possession l’hystérie n’est pas frelatée et la violence vraiment paroxystique. Un pur cauchemar.

Scanners de David Cronenberg

http://olivierpere.wordpress.com/2012/06/14/david-cronenberg-premiere-periode-de-frissons-a-la-mouche/

Reds de Warren Beatty

http://olivierpere.wordpress.com/2011/07/15/ludwig-de-luchino-visconti-et-reds-de-warren-beatty-2/

L’Au-delà (… E tu vivrai nel terrore ! L’aldilà) de Lucio Fulci

http://olivierpere.wordpress.com/2012/07/13/lucio-fulci-le-poete-du-macabre/

Sans retour (Southern Comfort) de Walter Hill

Ragtime de Milos Forman

Massacres dans le train fantôme (The Funhouse) de Tobe Hooper

http://olivierpere.wordpress.com/2012/03/20/tobe-hooper-cauchemars-americains/

Tout l’or du ciel (Pennies from Heaven) d’Herbert Ross

L’Ange de la vengeance (Ms .45) d’Abel Ferrara

http://olivierpere.wordpress.com/2011/05/15/leopard-dhonneur-swisscom-a-abel-ferrara-au-64eme-festival-del-film-locarno/

Wolfen de Michael Wadleigh

Le Prince de la ville (Prince of the City) de Sidney Lumet

http://olivierpere.wordpress.com/2011/05/10/sidney-lumet-ou-le-style-invisible/

Cutter’s Way d’Ivan Passer

http://olivierpere.wordpress.com/2012/03/28/cutters-way-divan-passer-au-festival-de-fribourg/

La Femme d’à côté de François Truffaut

Conte de la folie ordinaire (Storie di ordinaria follia) de Marco Ferreri

http://olivierpere.wordpress.com/2012/02/21/marco-ferreri-de-la-farce-a-la-fable/

Deux Filles au tapis (…All the Marbles) de Robert Aldrich

Fantôme d’amour (Fantasma d’amore) de Dino Risi

Francisca de Manoel de Oliveira

La Femme de l’aviateur d’Eric Rohmer

http://olivierpere.wordpress.com/2012/04/10/comedies-et-proverbes-deric-rohmer/

1982

Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander) d’Ingmar Bergman

The Thing de John Carpenter

http://olivierpere.wordpress.com/2012/03/29/john-carpenter/

Dressé pour tuer (White Dog) de Samuel Fuller

http://olivierpere.wordpress.com/2012/09/13/dresse-pour-tuer-de-samuel-fuller/

Identification d’une femme (Identificazione di una donna) de Michelangelo Antonioni

http://olivierpere.wordpress.com/2011/11/26/michelangelo-antonioni/

Fast Times at Ridgemont High d’Amy Heckerling

Conan le barbare (Conan the Barbarian) de John Milius

Grand admirateur de Kurosawa et de Leone Milius réussit dans son plus grand succès commercial quelques très belles scènes épiques et des combats formidables. Scénariste déçu d’Apocalypse Now il profite de cette adaptation des aventures du héros inventé par Robert E. Howard pour refaire à sa façon la fin du film de Coppola. Cinéaste controversé en raison de son fascisme de pacotille Milius écopa avec Conan le Barbare d’une belle collection de quolibets de la part de la critique : « Star Wars made by a Psychopath », « l’inspecteur Harry contre la secte Moon », « Connard le barbant », … On pourrait ajouter que le résultat ressemble à une lecture de Nietzsche par une bande de culturistes et surfeurs défoncés. Par sa démesure voire sa prétention Conan le Barbare est un sacré film, un post-scriptum aux années 70, une extravagance qui charrie beaucoup de vent mais qui ne manque pas non plus de souffle.

Rambo (First Blood) de Ted Kotcheff

Rambo, de retour du Vietnam, se heurte à l’hostilité du shérif d’une petite ville. Première et formidable apparition cinématographique du vétéran mécontent et surtout pathétique dans ce beau film d’action avant que le personnage interprété par Sylvester Stallone ne se transforme en symbole de l’Amérique reaganienne dans deux suites plaisantes mais ridicules à force de patriotisme outrancier et délirant. John Rambo (Rambo, 2008) réalisé par Stallone lui-même est un retour monstrueux dont on parlera plus tard.

La Féline (Cat People) de Paul Schrader

« Quel film étrange… » (Nastassja Kinski, mai 2012)

Fitzcarraldo de Werner Herzog

Victor Victoria de Blake Edwards

http://olivierpere.wordpress.com/2011/01/04/blake-edwards-le-rire-les-larmes-et-les-larmes-de-rire/

Ténèbres (Tenebre) de Dario Argento

http://olivierpere.wordpress.com/2012/06/01/dario-argento-des-bas-et-des-hauts/

Coup de cœur (One from the Heart) de Francis Ford Coppola

Honkytonk Man de Clint Eastwood

http://olivierpere.wordpress.com/2011/05/30/clint-eastwood-une-legende/

Passion de Jean-Luc Godard

Travail au noir (Moonlighting) de Jerzy Skolimowski

http://olivierpere.wordpress.com/2011/12/04/jerzy-skolimowski/

Blade Runner de Ridley Scott

Le Beau Mariage d’Eric Rohmer

Une chambre en ville de Jacques Demy

« Chef-d’œuvre absolu, Une chambre en ville s’avère le testament artistique du cinéaste, ses véritables adieux non seulement au cinéma mais aussi à son propre univers esthétique et autobiographique. » (in Jacques Demy, éditions de La Martinière, 2010)

Trop tôt, trop tard de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet

http://olivierpere.wordpress.com/2011/08/05/locarno-2011-day-3-hommage-a-jean-marie-straub/

Querelle de Rainer Werner Fassbinder

1983

Scarface de Brian De Palma

http://olivierpere.wordpress.com/2011/10/07/scarface-de-brian-de-palma/

Les Prédateurs (The Hunger) de Tony Scott

http://olivierpere.wordpress.com/2012/08/23/tony-scott-1944-2012/

Outsiders (The Outsiders) de Francis Ford Coppola

T’es fou Jerry (Smorgasbord) de Jerry Lewis

Vidéodrome (Videodrome) de David Cronenberg

http://olivierpere.wordpress.com/2012/02/25/videodrome-de-david-cronenberg/

Rusty James (Rumble Fish) de Francis Ford Coppola

L’Etoffe des héros (The Right Stuff) de Philip Kaufman

Christine de John Carpenter

Dead Zone (The Dead Zone) de David Cronenberg

Zu, les guerriers de la montagne magique (Xin shu shan jian ke) de Tsui Hark

La Valse des pantins (The King of Comedy) de Martin Scorsese

Zelig de Woody Allen

La Clé (La chiave) de Tinto Brass

Nostalghia d’Andrei Tarkovski

A nos amours de Maurice Pialat

Osterman Week-end (The Osterman Weekend) de Sam Peckinpah

Un jeu brutal de Jean-Claude Brisseau

http://olivierpere.wordpress.com/2012/08/08/locarno-2012-day-8-jean-claude-brisseau/

Prénom Carmen de Jean-Luc Godard

L’Argent de Robert Bresson

Liberté, la nuit de Philippe Garrel

http://olivierpere.wordpress.com/2011/11/07/la-cicatrice-interieure-et-liberte-la-nuit-de-philippe-garrel/

La Ville des pirates de Raúl Ruiz

http://olivierpere.wordpress.com/2011/08/20/adieu-a-raul-ruiz/

1984

Il était une fois en Amérique (Once Upon a Time in America) de Sergio Leone

http://olivierpere.wordpress.com/2010/12/09/il-etait-une-fois-en-amerique-de-sergio-leone/

Body Double de Brian De Palma

Un acteur au chômage prisonnier de ses névroses est le témoin impuissant du meurtre de sa voisine. Le grand film malade de De Palma au sein d’une œuvre déjà très malade. Body Double mêle le voyeurisme de Fenêtre sur cour et la nécrophilie de Sueurs froides. De Palma explicite la violence sexuelle cachée dans les modèles hitchcockiens (la seconde moitié de Body Double se déroule dans les milieux de la pornographie). C’est profondément cynique et pervers mais aussi extraordinairement brillant et envoûtant. A condition d’être soi-même pervers ?

L’Aube rouge (Red Dawn) de John Milius

Terminator (The Terminator) de James Cameron

http://olivierpere.wordpress.com/2012/07/12/terminator-de-james-cameron/

Dune de David Lynch

Gremlins de Joe Dante

http://olivierpere.wordpress.com/2010/12/20/gremlins-de-joe-dante/

La Route des Indes (A Passage to India) de David Lean

http://olivierpere.wordpress.com/2012/04/13/david-lean/

Broadway Danny Rose de Woody Allen

Au-dessous du volcan (Under the Volcano) de John Huston

A mort l’arbitre de Jean-Pierre Mocky

Un titre particulièrement féroce et réussi de Mocky sur la connerie humaine, vaste sujet sur lequel il s’est souvent penché. Composition géniale de Michel Serrault en supporter fanatique.

Torrents d’amour (Love Streams) de John Cassavetes

New York, deux heures du matin (Fear City) d’Abel Ferrara

Boy Meets Girl de Leos Carax

http://olivierpere.wordpress.com/2012/06/21/pardo-donore-swisscom-a-leos-carax/

Les Nuits de la pleine lune d’Eric Rohmer

Indiana Jones et le temple maudit (Indiana Jones and the Temple of Doom) de Steven Spielberg

Le futur est femme (Il futuro è donna) de Marco Ferreri

Amadeus de Milos Forman

Spinal Tap (This Is Spinal Tap) de Rob Reiner

Amerika, rapports de classe (Klassenverhältnisse) de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet

1985

L’Année du dragon (Year of the Dragon) de Michael Cimino

La Chair et le Sang (Flesh + Blood) de Paul Verhoeven

Le Jour des morts-vivants (Day of the Dead) de George A. Romero

Troisième volet après La Nuit des morts-vivants et Zombie de la saga horrifique et politique de George A. Romero. Les fans des scènes sanglantes qui firent la réputation de ce cinéaste trouvèrent le film trop bavard et sérieux. Ils avaient tort. Romero, grâce à qui le gore pense, filme une nouvelle fois un groupe assiégé : à la maison de La Nuit… et au centre commercial de Zombiesuccède un laboratoire militaire souterrain propice à une charge contre l’armée et la science.

Mais surtout Romero inverse les données de ses films précédents : le futur de l’humanité est désormais dans le camp des zombies et l’animalité dans celui des derniers survivants. Un postulat passionnant qui fait de Day of the Dead avec La Mouche de Cronenberg le dernier grand film d’horreur moderne, un genre rongé par la parodie.

Ran d’Akira Kurosawa

Police fédérale, Los Angeles (To Live and Die in L.A.) de William Friedkin

http://olivierpere.wordpress.com/2011/11/28/police-federale-los-angeles-de-william-friedkin/

Runaway Train d’Andrei Konchalovsky

La Rose pourpre du Caire (The Purple Rose of Cairo) de Woody Allen

Phenomena de Dario Argento

Ce très beau film d’Argento sous-estimé à sa sortie à cause des excès « heavy metal » de la bande sonore parvient à transformer une histoire de serial killer en conte gothique. Une idée de départ insolite (une jeune fille communique avec des insectes) donne naissance à des images stupéfiantes et poétiques.

Police Story (Ging chat goo si) de Jackie Chan

Révolution (Revolution) de Hugh Hudson

Cette fresque historique sur la guerre d’indépendance américaine fut un échec cinglant à sa sortie. Il s’agit pourtant du meilleur film du cinéaste anglais Hugh Hudson, ailleurs enclin à l’académisme mais qui réussit ici une œuvre aux ambitions picturales évidentes et parvient paradoxalement à filmer les combats avec un réalisme dénué d’emphase, qualité rare dans ce type de superproductions.

Mishima (Mishima : A Life in Four Chapters) de Paul Schrader

http://olivierpere.wordpress.com/2012/09/15/mishima-de-paul-schrader/

Je vous salue, Marie de Jean-Luc Godard

Sans toit ni loi d’Agnès Varda

Rendez-vous d’André Téchiné

Police de Maurice Pialat

Détective de Jean-Luc Godard

O.C. and Stiggs de Robert Altman

Le Bateau-phare (The Lightship) de Jerzy Skolimowski

Re-Animator de Stuart Gordon

Démons (Demoni) de Lamberto Bava

http://olivierpere.wordpress.com/2011/08/12/locarno-2011-day-10-lamberto-bava-et-aldo-lado/

1986

La Mouche (The Fly) de David Cronenberg

Aliens, le retour (Aliens) de James Cameron

Blue Velvet de David Lynch

Le Sixième Sens (Manhunter) de Michael Mann

http://olivierpere.wordpress.com/2012/03/21/le-sixieme-sens-de-michael-mann/

Le Maître de guerre (Heartbreak Ridge) de Clint Eastwood

Sous ses apparences de gentille histoire de bidasses un grand film d’Eastwood, quelque part entre Battle Cry de Walsh et Full Metal Jacket de Kubrick, qui ridiculise les structures militaires et se livre avant tout le monde à une critique féroce de la « guerre propre ».

Peggy Sue s’est mariée (Peggy Sue Got Married) de Francis Ford Coppola

À partir du milieu des années 80 Francis Ford Coppola déchu de son statut de démiurge cinématographique et criblé de dettes accepte de tourner des films commandes de moindre ambition mais souvent magnifiques. Peggy Sue s’est mariée compte parmi les œuvres soit disant mineures de Coppola mais c’est un film génial qui contient de grands moments de mise en scène. Comme Jardins de pierre.

Le Rayon vert d’Eric Rohmer

Démons 2 (Demoni 2 : l’incubo ritorna) de Lamberto Bava

Mauvais Sang de Leos Carax

Dans un Paris imaginaire au milieu d’un complot visant la possession d’un vaccin capable de vaincre un mystérieux virus, « boy meets girl ». Carax invente un univers poétique qui lui est propre malgré les nombreux hommages aux cinéastes qu’il admire, de Chaplin à Godard. Un titre emblématique du jeune cinéma français des années 80, qui étincelle de passages magnifiques.

Ginger et Fred de Federico Fellini

http://olivierpere.wordpress.com/2011/06/10/integrale-federico-fellini-a-la-cinematheque-suisse/

Max mon amour de Nagisa Oshima

Mélo d’Alain Resnais

Thérèse d’Alain Cavalier

http://olivierpere.wordpress.com/2012/04/25/conversation-avec-alain-cavalier/

La Machine à découdre de Jean-Pierre Mocky

Désordre d’Olivier Assayas

Shadows in Paradise d’Aki Kaurismäki

http://olivierpere.wordpress.com/2011/08/10/locarno-day-8-le-havre-daki-kaurismaki/

Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin (Big Trouble in Little China) de John Carpenter

Hitcher (The Hitcher) de Robert Harmon

La Légende de la forteresse de Souram (Ambavi Suramis tsikhitsa) de Sergei Paradjanov

Le Sacrifice (Offret) d’Andrei Tarkovski

1987

Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat

Full Metal Jacket de Stanley Kubrick

Predator de John McTiernan

RoboCop de Paul Verhoeven

Les Incorruptibles (The Untouchables) de Brian De Palma

Brian De Palma, suite et fin?

Evil Dead 2 de Sam Raimi

L’Aventure intérieure (Innerspace) de Joe Dante

http://olivierpere.wordpress.com/2012/09/07/le-voyage-fantastique-de-richard-fleischer-et-laventure-interieure-de-joe-dante/

Prince des ténèbres (Prince of Darkness) de John Carpenter

Barfly de Barbet Schroeder

http://olivierpere.wordpress.com/2012/03/06/retrospective-barbet-schroeder-a-bobigny/

Boire et déboires (Blind Date) de Blake Edwards

Extrême Préjudice (Extreme Prejudice) de Walter Hill

Gens de Dublin (The Dead) de John Huston

http://olivierpere.wordpress.com/2012/01/29/gens-de-dublin-de-john-huston/

Jardins de pierre (Gardens of Stone) de Francis Ford Coppola

Le Sang du châtiment (Rampage) de William Friedkin

Où est la maison de mon ami ? (Khane-ye doust kodjast?) d’Abbas Kiarostami

Bloody Bird (Deliria) de Michele Soavi

http://olivierpere.wordpress.com/2012/04/27/arrivederci-amore-ciao-de-michele-soavi/

China Girl d’Abel Ferrara

Yeelen de Souleymane Cissé

Soigne ta droite de Jean-Luc Godard

La Mort d’Empédocle (Der Tod des Empedokles) de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet

1988

Le Tombeau des lucioles (Hotaru no haka) d’Isao Takahaka

Japon, été 1945. Victimes des bombardements américains un garçon et sa petite sœur, orphelins de guerre, se réfugient à la campagne. Le film d’animation le plus beau et le plus bouleversant du monde à ranger aux côtés des œuvres de Rossellini et d’Ozu. Je n’exagère pas.

Piège de cristal (Die Hard) de John McTiernan

Mon voisin Totoro (Tonari no Totoro) d’Hayao Miyazaki

http://olivierpere.wordpress.com/2012/04/06/hayao-miyazaki-3/

Invasion Los Angeles (They Live) de John Carpenter

Akira de Katsuhiro Otomo

Faux-semblants (Dead Ringers) de David Cronenberg

Frantic de Roman Polanski

http://olivierpere.wordpress.com/2010/11/29/roman-polanski-vie-et-destin-de-lartiste/

Once More (Encore) de Paul Vecchiali

La Dernière Tentation du Christ (The Last Temptation of Christ) de Martin Scorsese

Tu ne tueras point (Krótki film o zabijaniu) de Krzystof Kieslowski

La Bête de guerre (The Beast of War) de Kevin Reynolds

Gandahar de René Laloux

Ariel d’Aki Kaurismäki

Une affaire de femmes de Claude Chabrol

http://olivierpere.wordpress.com/2010/12/21/saluer-claude-chabrol/

Iguana de Monte Hellman

http://olivierpere.wordpress.com/2011/02/25/monte-hellman-sympathy-for-the-devil/

De bruit et de fureur de Jean-Claude Brisseau

Incidents de parcours (Monkey Shines) de George A. Romero

Le Plus Escroc des deux (Dirty Rotten Scoundrels) de Frank Oz

Maniac Cop de William Lustig

As Tears Go By de Wong Kar-wai

1989

Noce blanche de Jean-Claude Brisseau

Abyss (The Abyss) de James Cameron

L’amphibie Cameron franchit un palier important avec ce croisement entre les rencontres du troisième type (version aquatique) et les principes de la comédie hollywoodienne dite « du remariage ». Les combinaisons de plongée remplacent le smoking et la robe de soirée. Les effets spéciaux sont magnifiques, la mise en scène musclée et les acteurs très bien.

Santa sangre d’Alejandro Jodorowsky

http://olivierpere.wordpress.com/2012/09/06/alejandro-jodorowsky-le-magicien/

The Killer (Dip huet seung hung) de John Woo

L’amour est une grande aventure (Skin Deep) de Blake Edwards

Le Septième Continent (Der siebente Kontinent) de Michael Haneke

La Cité des douleurs (Bei qing cheng shi) de Hou Hsiao-hsien

Violent Cop (Sono otoko, kyôbô ni tsuki) de Takeshi Kitano

Kitano cinéaste à la découverte aussi tardive que la consécration rapide. Son premier film Violent Cop fut conçu comme une version nippone de L’Inspecteur Harry. Kitano au départ seulement acteur (le film devait être réalisé par Kinji Fukazaku) en assura finalement la mise en scène et transforma un banal polar de série B en un exercice de style fascinant.

La Voix solitaire de l’homme (Odinokiy golos cheloveka) d’Alexandre Sokourov

Le Sang (O Sangue) de Pedro Costa

Souvenirs de la maison jaune (Recordações da Casa Amarela) de João César Monteiro

Et la lumière fut d’Otar Iosseliani

Crimes et délits (Crimes and Misdemeanors) de Woody Allen

Crimes et délits peut sans problème passer pour le vrai chef-d’œuvre du Woody Allen des années 80, conte philosophique et théologique sur la question du choix qui pour la première fois mêle à la perfection gravité et humour, emprunts aux codes du cinéma de genre (comédie, film noir) et volonté de s’en abstraire et de faire un véritable cinéma d’auteur aux Etats-Unis.

Outrages (Casualties of War) de Brian De Palma

Un soldat est le témoin du viol d’une jeune vietnamienne par des membres de sa section. Il décide de les dénoncer. De Palma s’inspire du même fait-divers que Elia Kazan dans Les Visiteurs. La guerre vue comme un film d’horreur morbide : De Palma s’aventure dans la dénonciation politique sans renoncer pour autant à ses thèmes de prédilection, le voyeurisme et la culpabilité.

Sweet Home (Sûîto Homu) de Kiyoshi Kurosawa

Les Baisers de secours de Philippe Garrel

Peaux de vaches de Patricia Mazuy

Les Cinéphiles – le retour de Jean de Louis Skorecki

Les Cinéphiles 2 – Eric a disparu de Louis Skorecki

Les Sièges de l’Alcazar de Luc Moullet

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *