Naruto a le blues

Me and the Devil Blues
Akira Hiramoto
Kana

 

Immortalisé dans une bande mémorable de Bob Crumb, on s »attendait peu à voir resurgir la figure mythique du bluesman Robert Johnson sous les traits d »un héros de manga. Encore moins dans le cadre d »un thriller surnaturel dont l »enjeu tient dans l »origine controversée du génie de « R.J. », rendu ici à son état de personnage faustien qui aurait vendu son âme au diable en échange de son talent hors norme. Moins que le suspense qui pâtit d »une construction quelque peu aléatoire, Me and the Devil Blues doit beaucoup à Akira Hiramoto qui n »hésite pas à transformer le guitariste maudit en héros de shônen lambda, autrement dit en personnage maladroit, bon à rien, qui à force de persévérance va transcender son infortune dans les vibrations de sa musique. Des champs de coton gigantesques aux troquets enfumés, le mangaka n »oublie rien de l »imagerie de cette Amérique noire des années 30 et même si on tique un peu en voyant débarquer Bonnie et Clyde, l »angle hétérodoxe donné à ce « biopic » en fait aussi tout le sel.

Au fait, Me And The Devil Blues, ca sonne comme ça.

Catégories : Mang'actu

Comments