La sélection des libraires – Octobre

Vos librairies et ARTE s’associent pour vous présenter chaque mois une sélection thématique d’ouvrages à dévorer entre vos émissions préférées.

100 ans de la révolution russe

Afin d’ancrer la révolution d’Octobre dans l’esprit des gens, la propagande russe utilise des moyens artistiques tel que le cinéma. A cette époque, la politique pénètre profondément dans l’art.

Du 25 octobre au 22 novembre, ARTE consacre une attention globale au centenaire de la révolution d’Octobre, soulignant l’événement et ses conséquences profondes d’un point de vue historique, culturel et social.

 

 

La SÉLECTION du mois

Librairie À tout livre, Paris
Ce mois-ci, c’est la librairie À tout livre, à Paris qui nous présente sa sélection de livres en lien avec le thème 100 ans de la révolution russe. Retrouvez ici une partie de sa suggestion d’ouvrages ou rendez-vous directement dans l’une des quatorze librairies partenaires d’ARTE.

Dix jours qui ébranlèrent le monde – Par John Reed

John Reed retrace avec intensité les premières journées de la révolution russe d’Octobre 1917. Il parcourt en toute liberté Petrograd, la « capitale rouge », recueille les analyses des principaux acteurs politiques et écoute le peuple dans les cercles qui se formaient sur les places publiques, à la porte des boulangeries, à l’intérieur des casernes. Plus qu’une simple énumération des faits ou un recueil de documents, il propose une série de scènes vécues, des tableaux pris sur le vif. De retour aux États-Unis, il rassemble l’essentiel de ses observations et revit, dans l’urgence, cette aventure humaine dont il apparaît encore aujourd’hui comme l’un des témoins les plus proches.

Des vies en révolution ; ces destins saisis par Octobre-17 – Par Marc Ferro

La déflagration de Petrograd provoqua des destinées extrêmes. Des femmes et des hommes se jetèrent à corps perdu dans cette envie révolutionnaire, portant leurs engagements jusqu’à l’incandescence. Beaucoup s’y consumèrent. Voici quatorze portraits de destins exceptionnels, forgés dans la tourmente d’Octobre-17.

Les bolcheviks prennent le pouvoir : La révolution de 1917 à Petrograd – Par Alexander Rabinowitch

Ce livre apporte un éclairage nouveau sur des événements que l’on considérait depuis longtemps comme parfaitement connus. Il remet en cause l’histoire du mouvement révolutionnaire à Petrograd depuis la chute du tsarisme jusqu’à la révolution d’Octobre : le triomphe de la révolution n’était nullement inévitable, le parti bolchevik n’était pas une organisation monolithique, la direction s’est souvent lourdement trompée et le rôle même de Lénine a été surévalué. Ce sont les masses, les ouvriers et les soldats qui ont été le moteur de la révolution de 1917.

La Révolution russe: 1891-1924 ; la tragédie d’un peuple – Par Orlando Figes

Peu d’événements ont été étudiés d’aussi près que la Révolution russe, mais au temps de la guerre froide le domaine ressemblait à un champ de mines idéologique. C’est pour cette raison que, dès sa parution en Grande-Bretagne en 1996, le livre d’Orlando Figes fut salué comme une contribution fondamentale, car il s’agissait de la première histoire sociale, non idéologique et post-soviétique de ce cataclysme historique majeur. De la grande famine de 1891 jusqu’à la mort de Lénine en 1924, Figes détaille le long processus de mutation et de maturation d’une société au bord de l’effondrement et redonne sa place au grand absent : le peuple russe lui-même.

L’agonie de la révolution – Par Emma Goldman

Ce livre contient les récits des rencontres d’Emma Goldman, célèbre anarchiste américaine, avec les dirigeants et militants bolchéviques, ainsi qu’avec les anarchistes persécutés et d’innombrables anonymes rencontrés au cours de ses voyages en Russie soviétique. Elle constate que, deux ans et demi après Octobre, le système, dont elle analyse la nature, réunit déjà en germe tout ce qui fera le totalitarisme stalinien, à l’exception du culte de la personnalité, dont Lénine ne voulait pas.

Makhno : une épopée – Par Malcolm Menzies

Nestor Makhno, protagoniste légendaire et damné de la guerre civile qui suit la révolution russe de 1917, déclenche un mouvement insurrectionnel autonome en organisant des paysans d’Ukraine qui brandissent bien haut le drapeau noir de l’anarchie. La « Makhnovchtchina » comptera jusqu’à 25000 partisans et la fulgurance de son action n’aura d’égal que son courage à livrer bataille : contre les armées blanches, contre les nationalistes ukrainiens et finalement contre l’Armée rouge. C’est cette épopée grandiose qui nous est racontée ici.

PROGRAMMES À L’ANTENNE

Le tragique destin des Romanov – Samedi 28 octobre à 20h50
Le destin exceptionnel du dernier précepteur des enfants Romanov : Pierre Gilliard. Dans son journal intime, il raconte cette révolution telle qu’elle fut vécue par la famille impériale. Le film immerge ce destin individuel dans celui du peuple russe en train de se libérer du joug de la dynastie Romanov.

Lénine, la nostalgie d’une légende – Mardi 31 octobre à 20h55
Vladimir Ilyich Lénine : le père de l’Union soviétique. Que représente-t-il aujourd’hui pour les russes ? Son corps embaumé repose pour l’éternité sur la place Rouge. Mais son patrimoine politique semble moins permanent.

Reds – Lundi 6 novembre à 20h55
L’histoire d’amour du journaliste John Reed et de la féministe Louise Bryant, témoins actifs de la révolution russe.

 

LES DERNIÈRES THÉMATIQUES

Septembre – Guerre du Vietnam
Librairie La Galerne au Havre

Give peace a chance – Par Marcelino Truong

Marcelino Truong a six ans quand ses parents quittent le Vietnam où, depuis 1961, la présence américaine n’a cessé de s’intensifier. Après cette période chaotique, brillamment racontée dans « Une si jolie petite guerre », sa famille s’installe à Londres. Pour Marco, son frère et ses deux sœurs, c’est la découverte d’un monde en pleine ébullition : le Swinging London des Sixties. Une jeunesse au son d’une musique nouvelle, celle des Beatles, des Stones et de Jimi Hendrix. Jeunesse paradoxale, partagée entre l’hédonisme pacifiste qui culmine à Woodstock et l’attachement à un Vietnam martyr. Entre la guerre civile et les fêtes dans les belles town houses. Entre le bruit terrifiant des bombardiers et celui, électrisant, des guitares.

Fin de mission – Par Phil Klay

Un soldat en Irak doit abattre des chiens qui se nourrissent de cadavres, puis, quelques mois après, reprendre place sur son canapé dans une banlieue résidentielle où femme et labrador l’attendent. Un marine affecté aux « Affaires mortuaires » identifie, transporte et inhume des combattants indistinctement Irakiens et Américains. Pendant ce temps, un jeune officier se voit assigner la tâche absurde d’améliorer la vie des civils en leur apprenant à jouer au base-ball. Dans « Fin de mission », Phil Klay emmène le lecteur sur les lignes de front de l’Irak et de l’Afghanistan. Il cherche à comprendre ce qui s’est passé là-bas, mais aussi, surtout, comment vivent ceux qui sont rentrés.

30 contes du Viêt-Nam – Par Nguyen-Xuan Hung

Pourquoi le tigre a-t-il des rayures ? Quelle est l’origine des singes aux fesses rouges ? D’où viennent les moustiques ? Les contes de ce recueil nous transportent des rizières embrumées aux temples cachés dans la jungle, pour nous plonger au coeur d’un mystérieux Viêt-Nam. Un merveilleux voyage dans les profondeurs de l’Asie.

Premier sang – Par David Morrell

Dans une petite ville américaine sans histoire, le shérif Teasle interpelle un jeune vagabond et, après quelques heures d’un interrogatoire musclé, lui ordonne de quitter la ville. Mais le jeune homme n’entend pas être traité de cette manière et le policier découvre à ses dépens que ce vétéran du Vietnam sait répondre à la menace. S’engage alors un duel sans merci, une chasse à l’homme mortelle à travers les forêts, les montagnes et les grottes du Kentucky. La police du comté, celle de l’État et les forces d’élite appelées en renfort ne seront pas de trop pour traquer l’ancien soldat que l’armée a transformé en une machine à survivre et à tuer.

Indochine et Vietnam ; trente-cinq années de guerre : 1940-1975 – Par Robert Miller Dennis Wainstock

Les guerres d’Indochine et du Vietnam ne sont en fait qu’une seule et longue guerre ayant duré de 1940 à 1975. Les deux conflits sont souvent traités séparément par les historiens. Pour la plupart des Américains, la guerre du Vietnam ne commence qu’en 1965, déclenchée par l’incident du golfe du Tonkin. De leur côté les lecteurs français connaissent mal les prémisses et le déroulement de la guerre américaine qui a suivi la guerre d’Indochine.

Sympathy for the devil – Par Kent Anderson

« Hanson ignorait encore qu’il venait de décider de faire ce que l’armée attend précisément de certains de ses hommes, des meilleurs des siens – tenter de la battre à son propre jeu. « Guerre » était le nom de ce jeu et, lorsqu’on frôle la guerre de trop près, qu’on la regarde au fond des yeux, elle peut vous entraîner tout entier, muscles, cervelle et sang, jusqu’au plus profond de son cœur, et jamais plus vous ne trouverez la joie en dehors d’elle. Hors d’elle, amour, travail et amitié ne sont plus que déboires. » De son expérience dans les bérets verts au Vietnam, Kent Anderson a tiré l’un des plus puissants romans écrits sur la guerre..

Août – Inde, 70 ans d’indépendance
Librairie La Galerne au Havre

Histoire de l’Inde – Par Michel Boivin

En ce début de troisième millénaire, l’Inde, l’une des plus anciennes civilisations du monde, a largement passé le milliard d’habitants. Elle est également le seul pays émergent régi, sans interruption depuis son indépendance en 1947, par une démocratie laïque. Quel avenir peut-on espérer pour ce sous-continent, aussi puissant qu’il paraît parfois fragile ?
Cet ouvrage en retrace l’histoire, depuis ses origines préhistoriques jusqu’à la formation d’une république indépendante, exemple unique au monde de la construction progressive d’une identité politique distincte du modèle de l’État-nation.

L’Inde, désir de puissance – Par Olivier Da Lage

Dès son indépendance en 1947, l’Inde s’est identifiée au mouvement des non-alignés, prônant une troisième voie entre l’alliance avec les Occidentaux et celle avec le bloc soviétique. Cette époque appartient désormais pratiquement au passé. L’Inde, dont la population devrait dépasser celle de la Chine vers 2025, se pose désormais en rivale pour devenir la grande puissance de ce XXIe siècle. Ambitionnant de prendre le relais de l’Europe et des États-Unis, elle revendique un siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Son dynamisme démographique et économique soutient ce désir de puissance, mais les obstacles sont nombreux et son ambitieux pari n’est pas encore gagné.

L’Inde – Par Michel Angot

Selon la formule de la collection, il s’agit d’une « Histoire des Indes », mais qui montre bien les ambiguïtés du concept d’« Histoire » quand on aborde cette civilisation. L’auteur insiste particulièrement sur les diverses traditions religieuses et sur les représentations qu’elles ont engendrées. Il s’efforce de fournir les clés nécessaires à l’intelligence d’une culture tout à fait étrangère aux esprits européens.

Un fils en or – Par Shilpi Somaya Gowda

Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part faire son internat aux États-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d’une union prestigieuse. Or, depuis qu’il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d’un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l’éloigner, en la mariant au plus vite. Les destins croisés d’Anil et de Leena forment la trame de ce roman – lui en Amérique, qui est loin d’être le paradis dont il rêvait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main. Mais auront-ils droit au bonheur ?

Le tour de l’Inde en 80 trains – Par Monisha Rajesh

Inspirée par Jules Verne, Monisha Rajesh, une jeune journaliste londonienne pour qui l’Inde est devenue un pays lointain et mystérieux, décide de se lancer dans un grand périple à travers la terre de ses ancêtres. Elle va voyager, dormir et vivre sur ces trains merveilleux qui sillonnent l’Inde: trains de luxe ou trains miséreux, à travers les villes et les villages, jusqu’au sommet des montagnes, et au bord de l’océan. Elle va partir à la rencontre de l’Inde, vivre mille aventures, et peu à peu, se découvrir elle-même. A la fois récit de voyage, roman d’aventures vraies, journalisme narratif, récit d’un cheminement personnel, ce texte est une invitation à sortir de soi, à partir vers l’inconnu, pour devenir soi.

Inde, recettes testées à la maison – Par Poonam Chawla

Des lassis aux naans, en passant par les parathas, les daals, le poulet vindaloo, le riz au masala ou encore les croquettes d’agneau et les cheveux d’ange au lait à la rose… 71 recettes typiques pour découvrir les saveurs délicatement épicées de l’Inde.
Des astuces et des conseils vous aideront à annoncer fièrement : « C’est moi qui l’ai fait ! »

 

Juillet – Summer of Fish ‘N’ Chips
Librairie Le Failler à Rennes

Le Gardien des choses perdues – Par Ruth Hogan

À soixante-dix-neuf ans, Anthony Peardew a passé la moitié sa vie à collecter les objets perdus, dans l’espoir de réparer une promesse brisée. Réalisant que son temps est compté, le vieil homme, autrefois écrivain célébré, décide de léguer sa demeure victorienne et les «trésors» qu’elle recèle à sa fidèle assistante Laura, qu’il pense être la seule à même de restituer les objets à leurs propriétaires. En exprimant ses dernières volontés, il est loin de se douter de leurs répercussions et de l’heureuse suite de rencontres qu’elles vont provoquer.

Dans une coque de noix – Par Ian Mcewan

« À l’étroit dans le ventre de ma mère, alors qu’il ne reste plus que quelques semaines avant mon entrée dans le monde, je veille. J’entends tout. Un complot se trame contre mon père. Ma mère et son amant veulent se débarrasser de lui. La belle, si belle Trudy préfère à mon père, John, poète talentueux en mal de reconnaissance et qui pourtant l’aime à la folie, cet ignare de Claude. Et voilà que j’apprends que Claude n’est autre que mon oncle : le frère de mon père. Un crime passionnel doublé d’un fratricide qui me fera peut-être voir le jour en prison, orphelin pour toujours! Je dois les en empêcher». Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Angleterre du XXIe siècle… Après L’intérêt de l’enfant, Ian McEwan n’en finit pas de surprendre et compose ici, dans un bref roman à l’intensité remarquable, une brillante réécriture d’Hamlet in utero.

Aberration optique (coédition Centre Pompidou) – Par Steven Pippin

La révolution numérique est déjà en marche quand Steven Pippin se fait connaître par ses proto-photographies argentiques prises à l’aide d’objets du quotidien transformés en chambres noires: De l’armoire à la baignoire, en passant par la machine à laver, qui représente pour Pippin le parfait objet capable de capter l’environnement qui l’entoure. Tel un ingénieur, il va tenter de redéfinir ce qu’est l’appareil photo en élaborant des systèmes de prise de vues et en créant des machines artisanales hybrides, qu’il appelle des non-appareils. Il présente alors son invention et le résultat côte à côte, un tirage souvent imparfait, lié dans son esthétique à l’appareil qui l’a créé. Steven Pippin ira même jusqu’à tirer au revolver dans un appareil photo pour capter l’image de la balle traversant le film photographique.

Le portrait de Dorian Gray – Par Oscar Wilde

«Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d’un jeune homme d’une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait assis le peintre lui-même, Basil Hallward, celui dont, il y a quelques années, la disparition soudaine a, sur le moment, tant ému le public et donné lieu à d’étranges conjectures.» Or Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce vœu insensé : garder toujours l’éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l’âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : «Chacun de nous porte en soi le ciel et l’enfer.» Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d’opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers.

David Hockney – Par Didier Ottinger

Une rétrospective sur l’ensemble du travail de l’artiste britannique, présentée sous l’angle de la création artistique comme acte de partage, conception chère à David Hockney.
Inspiré par le Pop-Art du XXème siècle, David Hockney n’en reste pas moins un artiste inclassable. Faisant vivre dans ses toiles des paysages et personnages bigarrés, il entretient la confusion entre peinture et photographie, entre regard et réalité, et capte son spectateur dans un univers coloré.
Le lecteur prendra plaisir à (re)découvrir cette rétrospective joyeuse et colorée, reprenant l’ensemble de l’oeuvre de David Hockney. Animé par le désir constant de diffuser son art au plus grand public, le peintre conçoit la création artistique avant tout comme « un acte de partage ».

« Tu seras un raté, mon fils ! » Churchill et son père – Par Frédéric Ferney

Des grands personnages qui ont façonné le XXe siècle, Churchill apparaît comme le plus sûr de son destin et de son génie. Pas une once de doute chez ce fils de famille, célèbre à vingt-cinq ans, tour à tour officier, aventurier, journaliste, ministre, écrivain, peintre. Jusqu’à l’apothéose de la seconde guerre mondiale, qui en fera de son vivant plus qu’un homme d’Etat : un mythe. Pourtant, ce touche-à-tout égocentrique et généreux, cynique et rêveur, fantasque et indomptable, cachait un secret, une blessure intime que nous dévoile, d’une plume éblouissante, le journaliste et écrivain Frédéric Ferney : le mépris absolu dans lequel le tenait son père. Ce père trop tôt disparu, Winston cherchera toute sa vie à l’épater et à lui donner tort. En faisant revivre les grands moments d’une existence menée au galop, cette traversée d’une vie extraordinaire explore l’insondable lien entre un père et un fils.