FFTV 2015 – Jour 3 : Bankerot, Altijd Prijs, Dix pour Cent…

LaRochelle3

Les rides se creusent, les cernes envahissent nos visages, le troisième jour du Festival de la Fiction TV de La Rochelle est décisif. Ce vendredi, j’ai pu découvrir du danois avec Bankerot, du belge avec Altijd Prijs et du français avec Dix pour Cent.

 

10h

Série danoise diffusée en 2014, Bankerot, renommée pour l’international en Broke, dispose d’un format étonnant pour une histoire qui ne l’est pas moins. Il s’agit d’épisodes de 26 minutes, donc traditionnellement associé à la comédie. Ce qui n’est pourtant pas vraiment le cas ici. Bankerot raconte l’histoire de Thomas, papa de Niklas, qui va devoir relever la tête pour se sortir de l’impasse dans laquelle il se trouve.

Et relever la tête, ça signifie abandonner son affaire casse-gueule de revendeur de matériel ménager usager pour lancer un restaurant et reprendre son activité, sommelier. Il est aidé dans cette tâche par Dion, ami cuistot qui sort de prison, doux mélange de Clovis Cornillac (Chefs) et de Pilou Asbaek (Borgen). C’est frais, il y a quelques moments de comédie mais l’ensemble se concentre davantage sur l’humanité des personnages et leur situation sociale. A noter que ses 16 épisodes étaient diffusés sur DR2, c’est-à-dire la deuxième chaîne du service public danois.

 

11h30

Beaucoup plus barrée, j’ai découvert Altijd Prijs, aka Lottery Winners pour son titre international. Une série belge flamande colorée et décalée apparemment adaptant un format australien que je n’ai pas réussi à retrouver. Serait-ce la lointaine Winners & Losers ? Bref, l’histoire est simple : un accro du loto, Rudy Desmet, gagne un jour contre toute attente le gros lot. Toute sa famille va en profiter mais obtenir une si grosse somme d’argent d’un coup risque de compliquer des relations déjà bien foutraques.

L’humour ne vole jamais très haut, s’appuyant en particulier sur les gesticulations très inspirées de l’acteur principal, Steve Geerts, totalement désinhibé dans un rôle explosif. L’ensemble souffre d’un manque de rythme pour tenir tout de même la cadence et, passée la découverte hallucinée de cette proposition, on a un peu tendance à piquer du nez. Pas incontournable.

 

14h15

Après le repas, j’avais rendez-vous avec Philippe Bailly, président fondateur de NPA Conseil, une société de conseil spécialisée dans les médias. Il a partagé des chiffres qui viennent compléter ceux du CSA publiés il y a quelques mois et qui montraient une amélioration nette du rapport entre la fiction française et la fiction américaine.

NPA a donc constaté un vrai recul sur les soirées de fictions américaines par rapport aux soirées de fictions françaises. L’écart était de 84 en 2011, défavorable à la fiction française et il est revenu à 54 en 2014. C’est encore un rapport négatif mais il convient de souligner la réduction de ce fossé creusé depuis désormais une dizaine d’années.

Enfin, dernière donnée très intéressante, le gain de téléspectateurs grâce à la télévision de rattrapage. Sur le segment des séries, c’est Fais pas ci, fais pas ça, la série de France 2, qui en profite le plus. Elle gagne près d’1 million de téléspectateurs dans la semaine suivant la diffusion de l’épisode. Suit Profilage sur TF1 (+800.000 téléspectateurs) et enfin Plus Belle La Vie (+550.000 téléspectateurs).

NPA

 

20h

Autre série très attendue du festival, Dix Pour Cent. Prochaine nouvelle série de France 2, cette comédie de 52 minutes, qui décortique le monde des agents des stars, était projetée à l’espace Encan de La Rochelle. Beaucoup de monde, beaucoup de rires, une standing ovation à la fin de la projection. Lancement réussi pour cette série dont je suis le parcours depuis 2009.

A la base, le projet était écrit pour Canal+. Sophie Marceau était même évoquée pour intégrer l’équipe de comédiens. Il n’avait finalement pas été retenu par la chaîne cryptée. En 2012, le projet avait refait surface avant d’atterrir finalement sur France 2. Quand un projet bouge et re-bouge autant, c’est souvent très casse-gueule pour obtenir quelque chose de cohérent en fin de course.

Et pourtant, c’est une comédie d’une redoutable efficacité, légèrement mordante sur le monde des paillettes et du botox sans être véritablement acide non plus. La série est construite comme une comédie de bureau façon The Office. ASK est une boîte dans laquelle une équipe d’agents artistiques travaille d’arrache-pied afin d’obtenir les contrats les plus juteux. Les guests, eux, comme Cécile de France dans le premier épisode, ne sont que des apparitions le temps d’un épisode afin de soutenir une intrigue bouclée.

L’intelligence du projet est, justement, de ne pas avoir voulu étaler ostensiblement tout ce qu’on aurait pu attendre d’une série sur le monde des stars. Elle s’appuie, très classiquement, sur l’arrivée d’un nouvel élément dans l’équipe, la jeune Camille, qui va vivre un parcours initiatique, porte d’entrée pour le téléspectateur qui ne connait pas forcément ce monde méconnu fait de crasses, de mensonges et, parfois, de belles émotions.

DixPourCent

J’ai cependant quelques réserves tout de même. Le 52 minutes n’est toujours pas fait pour la comédie. France 2 continue d’y croire tous les ans avec Fais pas ci, fais pas ça, je ne me prive pas de répéter systématiquement qu’ils se trompent mais, rien à faire, ils sont toujours persuadés que c’est possible de tenir le rythme d’une comédie de 26 minutes sur des épisodes deux fois plus longs. Ainsi, dans Dix Pour Cent, pour combler les moments de creux, ils convoquent des histoires personnelles plus délicates ou dramatiques des personnages principaux mais ceux-ci ne correspondent au final plus du tout au ton de la série, qui a bien du mal a géré ces ruptures.

Enfin, dernier détail, le sujet. Dix Pour Cent parle des stars, oui, mais sur ces deux premiers épisodes, il n’est question que de cinéma ! Il me paraîtrait inconcevable de produire une série sur le monde de l’audiovisuel sans aborder la question de la télévision – car c’est là, à mon sens, que résiderait tout l’intérêt du fond d’un tel projet. J’espère que les épisodes suivants répondront à cette attente.

Diffusion prévue pour la mi-octobre sur France 2.

Catégories : Blog